mardi 25 avril 2017

Nantes, Stereolux - Journées du Geste 2.0 (3-5 mai)

Vue du Stereolux
Trois journées d’études transdisciplinaires sur le geste avec des experts invités du spectacle vivant, des sciences humaines et sociales, et des sciences de l’ingénieur.  La technologie — dans une perspective critique — envisagée ici non seulement comme outil pour capter et enregistrer des gestes, mais également pour analyser et créer de nouveaux gestes.

Il y a deux années déjà nous organisions la première édition des Journées du geste. Il s’agissait de mettre en lumière les gestes des mains et leur capacité à exprimer une émotion.

Ces journées étaient portées par une recherche doctorale d'anthropologie sur la danse indienne, à partir de l’analyse des catalogues de geste que sont les mudras (sceau, en sanskrit). La thématique de la journée portait alors sur la capacité de captation de ces gestes : si la technologie permet d’enregistrer des gestes, comment enregistrer une émotion ?

Ces journées avaient ouvert la possibilité de rencontres avec des chercheurs aux compétences disciplinaires variées (anthropologie, arts numériques, linguistique, robotique, mathématiques). Elles ont permis depuis la génération de projets collaboratifs nouveaux, dont les résultats dépassent aujourd'hui les attentes formulées lors de la première édition.

Voici venu le temps de faire un point sur les résultats de ces recherches et de réfléchir aux perspectives entre geste technique et geste augmen-té. Voilà pourquoi nous avons appelé ces nouvelles rencon-tres les “ Journées du geste 2.0 ”. Car il s'agit d’y indexer la question posée par les premières journées, à travers l’usage de la technologie sous forme d'ateliers de pratique avec des danseurs et des musiciens.

La première journée sera réservée à la présentation des chercheurs, sous forme classique de conférences et de tables rondes. La technologie observée dans une perspective critique sera ici envisagée, non seulement comme lieu d’enregistrement du geste (pour la danse ou pour la langue des signes) mais également comme capacité d’invention de nouveaux gestes pour les mondes à venir.

La deuxième journée réunira les chercheurs sous forme d’ateliers performatifs collaboratifs et improvisés. Le corps des danseurs, des chanteurs et des acteurs sera équipé de capteurs. Chacun sera invité à tester des jeux d'écriture chorale, augmentés par la technologie. Il s’agira ensuite de composer ensemble une forme que nous dévoilerons au public en fin de journée.

3 Le troisième jour sera dédié à l’édition d’un texte commun en toutes lettres : Le glossaire des études du geste. Car là où ingénieurs, anthropologues, philosophes, technologues et poètes, danseurs, musiciens et mécaniciens travaillent sur des thématiques communes, souvent ce sont les mots qui leur manquent pour échanger sur leurs travaux. Chacun sera alors invité à interroger les catégories d’usage et les définitions de leur première matière de travail : le geste.

Anne Dubos   
[mise en forme par Espaces Magnétiques]
DANSE : 
FILM > Loïc Touzé   Dedans ce monde 
JEUNES CHERCHEURS > Coline Joufflineau - Attentions et accordages. Une recherche interdisciplinaire au coeur des chorégraphies de Myriam Gourfink.
DIALOGUES > Les questions soulevées au cours de la journée seront reprises sous forme d’un dialogue animé par Sotiris Manitsaris, chercheur aux Mines ParisTech et Annette Leday, chorégraphe.

À NOTER ; 
À Stéreolux : Conférence Geste humain, geste robot, le je. 15 juin 18h30. En savoir + 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire