mercredi 24 février 2016

Tribune - Juger les Femen pour «exhibition sexuelle», c’est pervertir la loi

Action d'une Femen sur la voiture de DSK 

Par Edith Cresson, Ancienne première ministre, Erri de Luca, Ecrivain, Taslima Nasreen, Écrivaine, Alain Touraine, Sociologue, Adonis, Poète, Eve Ensler, Ecrivaine et scénariste, Rosen Hircher, Survivante, Georges Kiejman, Avocat et ancien ministre, Jean-Marie Larrieu, Cinéaste et Agnès Jaoui, Actrice et réalisatrice 

Libération, 22 février 2016

Trois membres du collectif Femen doivent comparaître pour avoir manifesté lors du procès du Carlton, au cours duquel ceux qui ont reconnu avoir eu des pratiques sexuelles violentes à l’encontre de prostituées, ont été relaxés.
Monsieur le procureur de la République, le 24 février, trois militantes du mouvement Femen comparaîtront, à la suite de votre décision, devant le tribunal de Lille pour répondre de l’accusation d’«exhibition sexuelle». Le 10 février 2015, elles avaient manifesté le torse recouvert de slogans contre la prostitution et les violences sexuelles faites aux femmes devant le palais de justice de Lille, à l’occasion du procès dit «du Carlton».

Au cours de ce procès pour proxénétisme, ceux qui ont reconnu avoir eu des pratiques sexuelles violentes à l’encontre de femmes prostituées ont été relaxés. Et ce sont finalement les militantes venues dénoncer ces violences qui sont poursuivies sur le fondement inique d’une prétendue «agression sexuelle». Les femmes seraient-elles encore et toujours coupables et jamais victimes ?  > SUITE 
———————————————————————
LIRE AUSSI 
« Trois mois de prison avec sursis et 1 000 euros d'amende. C'est ce qu'a requis le procureur de la République à l'encontre de trois militantes des Femen jugées ce mercredi matin à Lille pour exhibition sexuelle » Le Parisien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire