vendredi 28 décembre 2018

Arte célèbre la danse en cette fin d'année

Arte célèbre la danse en cette fin d'année au travers de cinq programmes : 
Graines d'Étoiles... 5 ans après — documentaire  (Notre article)  
Quatre chorégraphes d'aujourd'hui à l'Opéra de Paris : Thierrée / Shechter / Pérez / Pite  spectacle (Notre article)
Marius Petipa, le maître du ballet russe — documentaire (Notre article) 
Raymonda  spectacle [Théâtre Mariinsky, Saint-Pétersbourg (Russie), chorégraphe : Marius Petipa (1898), version revisitée par Konstantin Sergeyev (1948), extraits chorégraphiques Fyodor Lopukhov (1886 - 1973]  — (à voir ICI)
Gala inaugural des 350 ans de l'Opéra national de Paris — spectacle — Lundi 31 décembre 22h25
C'est cohérent. Mais il s'agit en grande partie de l'Opéra de Paris et de danse classique. Faisons un voeu : et si, renouvelant le geste dans un an, Arte s'intéressait à un autre lieu emblématique de la capitale, un autre lieu historique, le Théâtre de la Ville qui fête cette saison ses 50 ans, entre histoire exceptionnelle, — la liste des chorégraphes importants qu'il a soutenu est longue — et présent qui vaut encore le détour avec des chorégraphes qui défendent la danse contemporaine comme Maguy Marin, Israel Galván (notre article), Takao Kawaguchi (notre article), Jan Martens et Christos Papadopoulos. Le Festival d'Automne à Paris, qui partage le même directeur, va célébrer fin 2019 le génie New Yorkais Merce Cunningham mort en 2009, fêtant le centenaire de sa naissance à travers ce qu'il nomme « un temps fort » (ICI). À cette occasion on pourrait notamment présenter de nouveau le film magnifique de Tacida Dean daté de 2009 filmant la compagnie de Cunningham performant dans un magnifique hangar portuaire dans la baie de San Francisco, Craneway Event. Chiche ?

——— Nous écrivions en 2010 au sujet de Craneway Event (Film 16mm anamorphique couleur - son optique, 1h48) : 

  NOTRE AVIS            ➜    Un Cunningham portuaire et maritime
L'artiste britannique Tacita Dean, née en 1965, utilise aussi bien la photographie, l'installation, le dessin et le cinéma 16 mm. Dans ce dernier domaine on lui doit un film absolument passionnant consacré à Merce Cunningham, Craneway Event. Fidèle à sa volonté de sortir la danse des théâtres, le chorégraphe et sa compagnie investissent début novembre 2008 une ancienne usine Ford construite dans les années 30, située dans le port de Richmond, en Californie, et maintenant nommée Craneway Pavilion. Réhabilitée, elle est devenue un immense loft d'environ 120 mètres de long sur 20 de large, absolument vide — si ce n'est un plancher de danse noir amovible installé pour l'occasion — riche, des trois côtés du bâtiment, d'une immense verrière traversée d'une lumière magnifiqueUn bateau est amarré à quelques mètres à peine. C'est la baie de San Francisco, qui se déverse dans le Pacifique. Au loin, on aperçoit les ponts suspendus qui donnent sur cette ville. La région comprend plusieurs parcs naturels. 

Dans ce cadre exceptionnel, la cinéaste suit trois jours de répétitions de la compagnie, composée de 14 danseurs. Merce Cunningham a 89 ans. Il se déplace en fauteuil roulant. Son esprit est toujours vif, son visage mobile et ses yeux attentifs à tout. À l'époque, personne ne sait qu'il mourra presque neuf mois plus tard, le 26 juillet 2009, à 90 ans. 


On peut parler de "cinéma vérité" dans la mesure où il n'y a aucun commentaire ni aucun effet. La compagnie répète même dans ce que l'on nomme "le silence". On sait, depuis John Cage, compagnon de Cunningham fort  longtemps, que ce mot a un tout autre sens que seulement "absence de musique". Il signifie intensité de la présence (humaine, animale, végétale, et des éléments naturels), ici et maintenant. 

Craneway Event est un document(aire) exceptionnel sur la quotidienneté de la compagnie. Le film avance tranquillement, pas à pas, au rythme de la vie. 


Fabien Rivière

Aucun commentaire:

Publier un commentaire