jeudi 28 septembre 2017

Décès d'un fondateur de la danse contemporaine, Jaque Chaurand, à 89 ans

Jaque Chaurand en 1976, Photo DR ©
Le danseur Jaque Chaurand, Photo DR ©
Jaque Chaurand, Photo  DR ©

Le danseur et chorégraphe français Jaque Chaurand, né le 2 juin 1928, s'est éteint ce vendredi 22 septembre à l'hôpital à l'âge de 89 ans. La danse contemporaine perd une personnalité exceptionnelle, qui a participé de façon décisive à sa fondation. Il est en effet à l'origine d'une manifestation qui va marquer les années 70 et 80, Le Ballet pour Demain, appelée communément Concours de Bagnolet. Venant de la danse classique, il est cependant ouvert aux formes nouvelles. Celui qui n'aime pas les concours va en fonder un. C'est qu'il sent que (seule ?) cette forme est susceptible de mobiliser des énergies en faveur de la danse, alors parent pauvre des politiques culturelles, aussi bien des collectivités territoriales que de l'État, afin d'en élargir son auditoire et son assise sociale. Son intuition va se révéler très pertinente. Faute de pouvoir le faire à Paris, c'est la ville communiste de Bagnolet, commune limitrophe à l'est de la capitale qui l'accueille, mais dans un gymnase. Fondé en 1969, le concours est annuel et va durablement marquer les danseurs et les chorégraphes ainsi que le public qui s'y réunissent dans une ambiance passionnée et survoltée. La dernière édition se déroule en 1985, à l'issue de laquelle il est contraint de quitter brutalement la direction. Il prend alors ses distances avec le milieu de la danse contemporaine. 

Parmi les lauréats les plus connus on peut citer : en 1976 Dominique Bagouet et Jean-Claude Gallotta, en 1977 Reinhilde Hoffman, Karine Saporta, Matt Mattox et Jacqueline Robinson, en 1978 Maguy Marin, Alejandro Witzmann-Anaya et Dominique Boivin, en 1979 Christine Gérard et Jean Gaudin, en 1980 François Verret, en 1981 Joëlle Bouvier, Régis Obadia, Elinor Ambash, Régine Chopinot et Dominique Brun, en 1982 Josette Baïz et Daniel Larrieu, en 1983 Philippe Decouflé, en 1984 Catherine Diverrès, Bernardo Montet, Mark Tompkins et Claude Brumachon, en 1985 Pierre Doussaint, Isabelle Dubouloz, Mathilde Monnier, Alain Rigout et Angelin Preljocaj (liste complète des primé-e-s ICI).

Jusqu'au bout, Jaque Chaurand aura été très actif, aimant voyager notamment, de la Finlande à la Norvège, du Maroc au Japon, du Brésil à l'Irlande en août dernier. Il a été incinéré ce jeudi 28 septembre en début d'après-midi en banlieue parisienne dans l'intimité familiale. 
Fabien Rivière

Vue extérieure du gymnase, 1982, Photo DR ©
Le gymnase, dernières minutes avant le début du concours, Photo DR ©
1978, Remise des prix : (de gauche à droite) Jaque Chaurand, Daniel Mongeau (Maire-adjoint de Bagnolet),
Maguy Marin, Alexandro Witzmann-Anaya, Dominique Boivin, Photo Noak Carrau ©
1984, Remise des prix : (de gauche à droite) Catherine Diverrès, Bernardo Montet, Mark Tompkins, 
Jaque Chaurand, Claude Brumachon, Igor Eisner (Ministère de la Culture), Jean-Claude Gabin 
(Maire adjoint de Bagnolet chargé de la Culture), Photo Noak Carrau ©
1976 : Françoise Giroud, secrétaire d'État à la Culture, discutant avec Jaque Chaurand, à Pont-à-Mousson
(nord-est de la France, département de la Meurthe-et-Moselle, région Lorraine), Photo DR ©

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire