vendredi 20 décembre 2013

Le Syndeac affirme la « situation intolérable ! » de la création artistique en Île-de-France

À rebours des affirmations de la Ministre de la Culture et de la Communication affirmant le maintien des budgets dans le domaine des arts vivants, le Syndicat National des Entreprises Artistiques et Culturelles (Syndeac) — qui regroupe une grande partie des théâtres et compagnies du secteur public des arts vivants en France — a publié un communiqué de presse le 18 octobre dernier titré La création artistique en Île-de-France : une situation intolérable !  ICI (2 pages, format pdf)
Fabien Rivière
EXTRAITS
Voilà des années que les budgets de la DRAC [Direction Régionale des Affaires Culturelles] Ile-de-France s’amenuisent inexorablement, traduisant la politique de l’Etat et du ministère de la Culture. Le mot est faible, car les budgets enregistrent depuis 10 ans une baisse de plusieurs millions d’euros. Les chiffres de la DRAC Ile-de-France parlent d’ailleurs d’eux-mêmes pour qui veut bien prendre le temps de les déchiffrer. La casse n’épargne personne, que ce soit les petits ou les grands, les compagnies indépendantes ou les labels nationaux, que ce soit en matière de création, de fonctionnement, d’investissement ou d’action culturelle et de transmission des savoirs.
——

Pour la seule année 2012, 1,2 millions d’euros font défaut.

——

Dans ce contexte, à l’opposé des annonces nationales faites par le Président de la République et la ministre de la Culture, on assiste à : 
- la réduction du budget 131 (création) de la Drac IDF à hauteur de 450 000 euros en 2013;  
- la réduction des crédits d’actions culturelles de 13% en deux ans (-6% en 2012, -7% en 2013).  

Nous subissons une « triple peine » : 
- l’inflation lamine depuis plusieurs années les capacités de création et de diffusion : le seul réseau des Scènes Nationales et des Centres Dramatiques Nationaux, tous situés hors Paris, a subi une perte de 6 millions en 7 ans ; 
- la réduction spécifique des crédits pour l’Ile-de-France (création, diffusion et actions culturelles) ; 
- la baisse de l’apport des collectivités.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire