jeudi 11 septembre 2014

Le directeur du Centre de Dévelopement Chorégraphique (CDC) d'Avignon répond à l'article de Ladanse.com

Mis en cause par le site Ladanse.com (ici), Emmanuel Serafini, directeur du Centre de Développement Chorégraphique (CDC) Les Hivernales à Avignon, a répondu le 11 septembre sur sa propre page Facebook (ici). 
Philippe Madala sur son site la danse.eu tient des propos qui nécessitent de ma part de sinon d'y répondre du moins de les commenter...

On ne peut pas manipuler des mots lourds de sens et lourds de conséquences tels que "censure" pour se créer des occasions d’ivresse devant son blog…

Ainsi, toi, Philippe Madala - que je connais depuis 30 ans - qui sais trouver mon numéro – et même mon courriel – pour me demander d'acheter une pub pour faire fonctionner ton site, aujourd'hui, tu n’as pas su trouver le temps ni, me dis-tu, l’envie de m’appeler pour savoir ce qui s’était exactement passé… Non ! tu préfères colporter des rumeurs, des « on-dit » qui attentent gravement à ma personne, qui visent de facto mon équipe mais surtout qui ne reflètent pas LA VERITE…

Tu te trompes de cible.
 
Tu me prêtes les propos de M Simonot…, articules ton article pour illustrer l' idée qu’il y a un danger – danger que je ne nie pas et que je vis au quotidien avec une dizaine d’élus FN à la Ville d’Avignon et où le second Vice Président de l’agglomération est FN… - mais tu te trompes de cible… Et comme il n’y a plus beaucoup de Zola de nos jours, je me dois de prendre moi-même ma défense…

Alors, cher Philippe Madala, si tu avais pris la peine - comme l’aurait fait n’importe quelle personne soucieuse de faire éclater LA vérité, - de me demander une explication sur le déroulement chronologique des choses tu aurais appris que :

- j’ai fait savoir à Christian Ubl et à son administratrice mais surtout à mes partenaires (DRAC PACA, ARCADE) en octobre/novembre 2013 que j'étais intéressé à aider Christian Ubl en le programmant en juillet 2014 au CDC.

- A cette date, Shake it out n’existait pas… la pièce devant être créée en mars 2014… tu parles de « choix »… on ne choisit que ce que l’on a vu et c’est ce que j’ai fait… c’est donc une « intention » que j’ai donnée plutôt qu’un choix ferme, définitif, sans retour en arrière…

- Entre novembre 13 et mars 14 – Christian Ubl m’a demandé s'il pouvait engager des démarches pour assurer des représentations dans un contexte plus confortable (en déposant un dossier à l’ADAMI, à la SPEDIDAM… D’ailleurs tu étais là puisque cela s’est fait lors des PSO au KLAP, bref). Au vu des précédents spectacles et singulièrement du solo Wolfi qui servait de base au travail autour de Shake it out, je n’avais aucune raison de les en empêcher…

- Je suis donc allé avec une de mes collaboratrices voir le spectacle au CCN d’Aix à sa création mi Mars… et plusieurs arguments m’ont poussé à envisager une autre voie plutôt que de programmer ce spectacle. J'ai exprimé mes réserves : la pièce ne me semblait pas « aboutie » et, dans tous les cas, Christian Ubl n’avait pas le temps de la retravailler avant Avignon. Ma responsabilité est de ne pas envoyer au casse pipe un artiste à Avignon l’été… car l'objectif de l'opération au CDC est de permettre aux compagnies de présenter leur travail aux programmateurs pour créer le plus d'ouvertures possibles en terme d'achats de spectacles, de retombées médiatiques. C'est dans cet esprit que les propositions ont été faites à Christian Ubl. Il en a accepté toutes les conditions… Je lui ai proposé non pas de présenter deux des trois volets de Shake it out – vérifie tes sources ! - mais un seul, le premier qui est parfaitement composé, et d’y joindre la matrice de cette pièce à savoir son solo Wolfi … et ce programme a, non seulement remporté un très vif succès auprès du public et des professionnels, mais a permis de faire découvrir Christian Ubl et plusieurs aspects de son univers…

Ton fameux plaidoyer du type qui a peur ne tient donc pas !
Par ailleurs en mars, à la veille des élections municipales, je prédisais un score sans précédent de l’extrême droite à Avignon. L’Histoire m’a donné raison, malheureusement. Tu noteras que j’ai été le premier – voir l’article de Brigitte Salino dans Le Monde – à affirmer que si le FN gagnait la Ville d’Avignon, je resterai dans cette ville.

Alors, censure ? Non, bien sûr... non
Il n’y a pas eu « censure » puisque l’artiste avant juillet 2014 a proposé de présenter sa pièce en plusieurs tableaux. A l’Usine Ephémère seul le troisième volet "des drapeaux" a été présenté … Christian Ubl lui même reconnait qu'il est possible de prendre toute ou partie de cette œuvre sans l’endommager…
Censure non puisque dans le premier tableau de shake it out il y a force drapeaux et il se termine par des artistes nus sur scène... c'est à se demander si tu as vu la pièce !

A ce stade, il faut réaffirmer que le Directeur d’un équipement culturel doit et peut faire des choix… c’est ce que j’ai fait…

Ce qui a compliqué la situation, c’est que pour ne pas mettre en péril le projet de la Compagnie, j’ai donné trop tôt mon accord pour que mon éventuel choix ou non choix ne soit pas sans conséquence de part et d’autre…

Il y a toujours deux attitudes possibles dans la vie : suspecter ou faire confiance.
Il me semble que dans les moments assez compliqués que nous vivons où tout est sans arrêt remis en cause, il faille s’attaquer ensemble aux vrais ennemis et non pas tirer sur ses amis, sinon ses alliés…

A quoi sert donc cette délation, lancée sur la place publique sans que le principal intéressé n’en soit au minimum informé ? Sans que les lecteurs ne puissent en vérifier les fondements ?
Quelles sont ces méthodes ?
Quel est ce droit de dire, sans vérifier, n’importe quoi sur n’importe qui ?

A tremper ainsi ta plume dans le fiel tu auras mis en cause un directeur et son équipe qui depuis des années travaillent sans relâche à défendre les artistes...
sans doute auras tu perdu un peu de crédibilité aux yeux des lecteurs... car j'ai bon espoir que les gens ne soient pas dupes...

Quel gâchis !

Emmanuel Serafini

mercredi 10 septembre 2014

Censure et auto-censure (épisode 1) : Le Centre de Développement Chorégraphique (CDC) Les Hivernales - Avignon

Avons nous perdu notre capacité de dire, d'énoncer ? De quoi et de qui avons nous peur ? Le climat de droitisation des esprits a t'il atteint notre pensée à tel point qu'il nous est devenu presque impossible d'assumer pleinement nos choix ?
 
Censure des opérateurs et auto-censure des artistes sont de nouveau quotidien dans le milieu chorégraphique. Le FN et Civitas ont ils déjà gagnés la bataille après leur succès à la dernière élection européenne et la manif pour tous ?
 
En effet j'ai appris cet été, une affaire pour le moins inquiétante voire révoltante : Au CDC Les Hivernales, Christian Ubl et sa création "Shake it out" n'a pas pu être programmé dans son intégralité. Cette création comporte 3 parties et seulement 2 parties ont pu être visible durant 10 jours lors de "L'été, au CDC, particulièrement danse #3". Mais pourquoi donc ? Parce ce que trop longue, non, parce ce que pas aboutie, non. Parce ce que le directeur du CDC Les Hivernales après avoir choisi et proposé de programmer cette pièce, a jugé que la 3ème partie de "Shake it out" ne pouvait pas être visible dans son théâtre, en invoquant qu'elle pourrait provoquer des manifestations pro-FN devant celui-çi. Incroyable, non ?
  
(Philippe Madala, Ladanse.com, fondateur et directeur) > SUITE

lundi 8 septembre 2014

Dave St-Pierre défend La Grande Fente et interpelle Les producteurs / diffuseurs / facilitateurs

Publié sur la page Facebook de Dave St-Pierre (ici), chorégraphe.
Dave St-Pierre
4 septembre, à proximité de Montréal
L'Agora de la danse La danse sur les routes du Québec RQD - Regroupement québécois de la danse

dans la même veine que mon post précédent et que ça m'inquiète.

Chers producteurs, diffuseurs et autres facilitateurs tel que L'Agora de la Danse et Parcours Danse (La danse sur les routes du Québec), entre autres.

Cette intervention critique certaines de vos façons de faire dans notre milieu, plus particulièrement les nombreuses demandes des intervenants, cités ci-haut, à changer le nom de la compagnie de danse contemporaine La Grande Fente. [Isabelle Boulanger, site]
Je, Dave St-Pierre, supporte inconditionnellement les membres de la compagnie La Grande Fente dans leur position de ne pas changer leur nom.

Quel est le but de demander à une compagnie de changer son nom?
Pourquoi leur dire que sinon, il est improbable qu'ils jouent dans votre théâtre?
C'est quoi cette merde?

Les producteurs / diffuseurs / facilitateurs se font-ils les chiens de garde de la bonne conscience, de l'ordre, de la bienséance et de la rectitude?
Pourquoi se sont-ils donné ce pouvoir? Pourquoi choisissent-il les règles du jeu?
Pourquoi ont-ils des "lois" improbables qu'ils sont les seuls à connaître (et à appliquer)?
Pourquoi régissent-ils un milieu comme une mafia ? Pourquoi obliger les artistes à s’inscrire au regroupement de la danse ? Pourquoi y aurait-il qu’une seule façon de faire dans ce milieu ? Le message lancé semble clair ; tu entres dans notre cercle de privilégié et tu pourras tourner au Québec. Quels sont vos réels intérêts ?

L’artiste est encore une fois relégué à n’être qu’un simple produit, une marionnette que l’on peut manipuler et utiliser à sa guise pour son propre intérêt. 

Vous exigez une rigidité qui en fait ne sert à personne et qui blesse et affaiblit le milieu.

J'ai besoin d'explications. En fait, beaucoup de monde a besoin d'explications. Depuis trop longtemps il y a de l'ingérence artistique. 

J'aime croire que votre travail, votre mandat, chers producteurs / diffuseurs / facilitateurs, serait de valoriser l'artiste, le respecter, le comprendre et supporter sa vision artistique. Et non de niveler vers le bas et rendre tout spectacle, photo, texte ou nom de compagnie propre et sain à la consommation. Vous ne protégez personne en faisant cela. 
Je croyais que votre mission était d’offrir une diversité, faire découvrir des artistes singuliers, qui ont le pouvoir de faire réfléchir. Si vous n’êtes pas en mesure d‘offrir cela aux artistes et à votre milieu, à quoi servez-vous vraiment ? 
Au lieu de "prévenir" les coups, pourquoi ne pas permettre cette rencontre entre la Grande Fente et le public? Quels échanges incroyables pourraient sortir de cela? Vous manquer gravement de sensibilité. 

Le nom de leur compagnie, La Grande Fente, est effectivement un nom avec plusieurs niveaux de compréhension. Avec aussi beaucoup d'humour, d'intelligence, de séduction et de politique. Il y a également un aspect marketing à ne pas négliger. Ce nom est un statement. Elles affirment haut et fort qui elles sont et ce qu'elles font.

Ces filles ont le potentiel de faire bouger des choses, de faire réfléchir, de brasser les idéaux reliés au milieu de la danse contemporaine, au public, à l'art contemporain et peut-être même à la femme. Mais ce n'est visiblement pas quelque chose qui est reconnu et/ou supporté par les producteurs / diffuseurs / facilitateurs, qui voudraient plutôt que la Grande "Feinte" (sic) servent leurs idéaux et intérêts (qui ne brassent pas grand chose on s'entend) avant tout.

Ces filles sortent du lot. Et dans ce milieu, tout le monde se bat pour se faire remarquer.
Par peur de ne pas pouvoir présenter, elles ont mis un pied dans un engrenage dangereux. Celui de devenir beige. Et pour avoir été plus de 20 ans dans le milieu, laissez-moi vous dire que cette machine ne s'arrête jamais.

Voici ce que j'aurais à vous dire :

Chers producteurs / diffuseurs / facilitateurs, vous êtes DÉPASSÉS, conservateurs et cruellement en retard. Vous manquez de vision. Selon moi, vous n'êtes plus dans la "game" depuis longtemps. Votre manque d’ouverture est une plaie dans notre milieu.
Ne pas prendre de risque, s’arrêter à un seul mot, une image, un spectacle est réducteur du travail d’une compagnie. Ce manque de confiance nous tuera, et par la bande vous tuera aussi. Comment se fait-il qu'un milieu ait perdu ses lettres de noblesse et descendu aussi bas? Se conformer, surtout en danse contemporaine, c’est inadmissible. Changez de mandat, vous faites mal à notre jeune génération de créateurs.

Et vous tous chers artistes, pourquoi acceptez-vous ce genre d'intervention (relevant de l'ingérence artistique selon moi)?
À force de plier, le milieu va s'appauvrir artistiquement.

Si débat il y a, je demande à ce qu'il se fasse ici même sur cette page facebook.
Tout message privé qui m'est envoyé se retrouvera sur cette page. Les doubles discours ne m'intéressent plus. En privé vous me dites une chose, et en public, tout d'un coup, votre discours change de peur de se faire des ennemis. Pourrait-on, pour une fois, être franc?"
dave st-pierre
 — avec Isabelle Boulanger.

Exposition : "Ballets Russes: The Art of Costume"



Les Japonais ont eu la chance de voir l'exposition Ballets Russes: The Art of Costume, que présentait The National Art Center à Tokyo du 18 juin au 1er septembre 2014 (ici), en provenance de la National Gallery of Australia à Canberra qui l'a proposée en 2010 (ici). Ce qui a donné aussi un catalogue (ici, couverture ci-dessous) distribué par Thames & Hudson Australia, Thames & Hudson UK et University of Washington Press, USA. 


L'exposition était constituée de 144 costumes et accessoires provenant de 33 productions des Ballets Russes (1909-1929), ainsi que des dessins ayant servis à leur conception, de photographies et de programmes originaux. Les costumes sont l'œuvre de Léon Bakst, Alexandre Benois, Nicholas Roerich, Aleksandr Golovin, Henri Matisse, Georges Braque, Natalia Gontcharova, André Derain, Giorgio de Chirico et Pavel Tchelitchew.

Comme l'explique Jean Couturier dans un article publié par Théâtre du blog (ici) : 
Après le décès de Diaghilev en 1929, Léonide Massine «hérita» de la plupart de ses biens mais dès 1934, se sépara d’une partie de sa collection; les costumes dispersés lors de ces premières ventes seront mis aux enchères entre 1967 et 1973; l’Albert Museum de Londres, le Danse Museum de Stockholm, le Theatre Museum d’Amsterdam et enfin la National Gallery of Australia (à l’origine de cette exposition) acquièrent alors ces collections.
Aucune structure culturelle française n’était, bien sûr, présente (l’Opéra de Paris a déjà ses propres archives, mais est-ce suffisant !). Ce qui explique que les plus grandes expositions dédiées aux Ballets russes sont organisées hors de France… 
Fabien Rivière
LÉGENDES
Léon BAKST costume pour Shah Zeman, extrait de Schéhérazade (1910-1930s)
— Léon BAKST Grodno, Belarus (Russia) 1866 – France 1924
designer; M. LANDOFF costumier; Marie MUELLE France costumier
Costume for the Blue God, c.1912
— Extrait de l'affiche de l'exposition.
ET AUSSI - TRÈS BELLE VIDÉO > ICI

dimanche 7 septembre 2014

Cinéma - L'écrivain Michel Houellebecq danse dans "Near Death Experience"

Le film de Benoît Delépine et Gustave Kervern sortira le 10 septembre 2014. En savoir +

Paris - « Le Théâtre de la Ville reste mobilisé »

Facade du Théâtre de la Ville, Paris, 1er septembre 2014
Photo Fabien Rivière pour Espaces Magnétiques ©

Photo - Fabrice Dugied, danseur et chorégraphe, 1986 ou 87

Il y a bien d'autres photos de danse des années 80 à voir sur ce site !

Justin Bieber, yacht, Ibiza (instagram/justinbieber)

Photo publiée début août 2014.

Photos - Une journée avec Aurélie Filippetti, (alors) Ministre de la Culture, par Sébastien Calvet

88 Photos prises le 21 novembre 2012
> SUITE (puis cliquer sur Suivant, à droite)
ou Vue générale ICI

vendredi 5 septembre 2014

Bonnie "Prince" Billy, Love Comes To Me

Bonnie "Prince" Billy, Ease Down the Road


Bonnie "Prince" Billy, I See a Darkness


Well, you're my friend, (that's what you told me)
And can you see (what's inside of me)
Many times we've been out drinking
And many times we've shared our thoughts
But did you ever, ever notice, the kind of thoughts I got
Well you know I have a love, a love for everyone I know
And you know I have a drive to live I won't let go
But can you see it's opposition, comes arising up sometimes
That it's dreadful antiposition, comes blacking in my mind

And then I see a darkness
And then I see a darkness
And then I see a darkness
And then I see a darkness
And did you know how much I love you
Is a hope that somehow you, you
Can save me from this darkness

Well I hope that someday buddy
We have peace in our lives
Together or apart
Alone or with our wives
And we can stop our whoring
And pull the smiles inside
And light it up forever
And never go to sleep
My best unbeaten brother
This isn't all I see

Oh no, I see a darkness
Oh no, I see a darkness
Oh no, I see a darkness
Oh no, I see a darkness
And did you know how much I love you
Is a hope that somehow you, you
Can save me from this darkness

mercredi 3 septembre 2014

De la Danse au Cinéma - Damien Chapelle dans "Métamorphoses" de Christophe Honoré

Damien Chapelle

Publicité avant la bande-annonce : couper le son.


Le jeune Belge Damien Chapelle a travaillé comme danseur pour le chorégraphe Wim Vandekeybus (dans Radical Wrong, Monkey SandwichWhat The Body Does Not Remember, Œdipus/Bet Noir et Spiritual Unity - de 2011 à 2014), et récemment comme performer pour Yves-Noël Genod (dans 1er avril, en avril 2014, aux Bouffes du Nord (Paris)).
Le film de Christophe Honoré sort le 3 septembre 2014.
Interview du réalisateur dans TéléramaICI

De la Danse au Cinéma - Jonathan Capdevielle et Gisèle Vienne dans "Boys Like Us"

Ils sont bien connus dans le milieu de la danse contemporaine Française : Jonathan Capdevielle et Gisèle Vienne

Le premier, un des meilleurs performers de sa génération travaille pour la seconde, une des meilleures chorégraphes, aux œuvres puissantes et oniriques. 

Ils jouent dans Boys Like Us, de Patric Chiha, qui sort ce 3 septembre 2014. En savoir +

Revue - Charles : Culture & Politique


La revue trimestrielle Charles a publié le 18 juin 2014 son numéro 10 qui contient un gros dossier consacré aux relations entre Culture et Politique. Il est constitué de longues interviews d'anciens Ministre de la Culture encore vivants : Aurélie Filippetti (actuelle, à l'époque), Jack Lang, Jacques Toubon, Philippe Douste-Blazy, Catherine Trautmann, Jean-Jacques Aillagon, Renaud Donnedieu de Vabres, Christine Albanel. Manque Catherine Tasca, François Léotard et Frédéric Mitterrand. On méditera cette remarque de Christine Albanel : « (...) traditionnellement, le budget de la Culture, qui n'est pas considérable, est sanctuarisé ». En contrepoint du dossier, le témoignage du comédien et metteur en scène Joachim Salinger sur la lutte des intermittents. La revue propose aussi un Abécédaire Les artistes engagés en politique.  
Fabien Rivière

Charles, été 2014, n°10, Culture et politique, La Tengo Éditions, 16 €. Site

mardi 2 septembre 2014

Arte - Israël et la danse contemporaine avec "Let's dance ! "

Première diffusion : lundi 1er septembre 2014 à 3h15. Durée 52 minutes.
À REVOIR jusqu'au lundi 8 septembre 2014 à 3h15. 

Avec Iyar Elezra (danseuse) & Yaniv Avraham (danseur), Sharon Eyal (une chorégraphe), Ohad Naharin (un chorégraphe, extrait de Echad Mi Yode'a), Gaby Eldor (une critique de danse), Liat Dror (une chorégraphe) & Nir Ben Gal (un chorégraphe; extrait de 2 Room Apartement), Dani Karavan (un artiste et décorateur), Renana Raz (danseuse et chorégraphe), Rina Schenfeld (danseuse et chorégraphe), Ido Tadmor (danseur et chorégraphe), Yoav Kutner (un journaliste musical), Noa Wertheim (une chorégraphe) & Adi Sha'al (un chorégraphe), Yasmeen Godder (danseuse et  chorégraphe; extraits de Love Fire et Strawberry Cream and Gunpowder),  Yair Vardi (un membre du Suzanne Dellal Centre), Dan Ronen (un spécialiste de théâtre), Yonatan Carmon (chorégraphe), Rami Be'er (un chorégraphe; extraits de Aide Mémoire et Reservist Diary), Ruth Eshel (une critique de danse), Oshra Elkayam (une chorégraphe), la Batsheva Dance Company (fondée par la baronne Batsheva de Rothschild; avec Martha Graham, Glen Tetley, Norman Morrice, John Cranko, Jerome Robbins), Moshe Efrati (un chorégraphe), Moshe Romano (danseur), Oshra Elkayam (une chorégraphe), Inbal Pinto (une chorégraphe)  & Avshalom Pollak (un chorégraphe), Talia Paz (danseuse), Yehezkel Lazarov (chorégraphe et comédien) et Barak Marshall (chorégraphe). 

jeudi 28 août 2014

Livre de photos - Annie Leibovitz (Ed. Taschen)






Keith Haring, Couverture de l'ouvrage Annie Leibovitz, paru chez Taschen, en vitrine.
Photo Fabien Rivière pour Espaces Magnétiques  ©

Annie Leibovitz

Steve MartinGraydon Carter,Hans Ulrich ObristPaul Roth
Relié avec dépliants, livret d’accompagnement et lutrin (ou 
trépied, cf. à droite), 50 x 69 cm, 476 pages, 32 kilos, 2014. Éd. Taschen. ICI
€ 2.000

Quarante ans de photos de l'États-Unienne Annie Leibovitz : « Le recueil de Leibovitz s’ouvre sur l’image en noir et blanc de l’hélicoptère de Richard Nixon décollant de la Maison Blanche après sa démission en 1974, suivie du portrait officiel de la reine Élisabeth II dans un salon du Palais de Buckingham en 2007. Au fil des pages, les portraits d’acteurs, danseurs, comédiens, musiciens, artistes, écrivains, journalistes, athlètes et hommes d’affaires dessinent l’album de famille de notre temps où performance et pouvoir résonnent en écho comme les thèmes récurrents. Un livre complémentaire contient un essai écrit par Annie Leibovitz, Graydon Carter, Paul Roth et Hans Ulrich Obrist, ainsi que des notes explicatives sur chacune des 250 photos. »

L’édition collector est disponible dans quatre jaquettes différentes:

  • Whoopi Goldberg, Berkeley, Californie, 1984
  • Keith Haring, New York, 1986 
  • David Byrne, Los Angeles, 1986 [leader des Talking Heads]
  • Patti Smith, La Nouvelle-Orléans, Louisiane, 1978

Tirage total limité à 10.000 exemplaires numérotés et signés par Annie Leibovitz disponibles en Édition collector (numéros 1.000 à 10.000) et en Édition d’art (1 à 1.000). Cette dernière, présentée avec 4 couvertures, comprend un tirage d’Annie Leibovitz.

mardi 26 août 2014

Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication

Entrée en fonction : le 26 août 2014
Ancienne élève de l'ENA et diplômée de Sciences Po et de l'ESSEC, Fleur Pellerin, née le 29 août 1973, à Séoul (Corée du Sud), a été nommée ministre de la Culture et de la Communication le 26 août 2014.


Fleur-Pellerin-ministre-de-la-Culture-et-de-la-Communication
Fonctions ministérielles
Ministre de la Culture et de la Communication depuis le 26 août 2014
Secrétaire d’Etat chargée du Commerce extérieur, de la promotion du Tourisme et des Français de l’étranger, auprès du ministre des Affaires étrangères et du Développement international, d'avril à août 2014
Ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Économie numérique, de mai 2012 à mars 2014
Fonctions politiques
Membre de l’équipe de campagne de François Hollande pour l’élection présidentielle de 2012 chargée du pôle "Société et économie numériques"
Autres fonctions
  • Ancienne présidente du Club XXIe siècle, membre du bureau
  • Ancienne trésorière des Entretiens de l’excellence, membre du bureau
  • Administratrice de l’association Unis-Cité
  • Ancienne administratrice de la Fondation de Royaumont
  • Ancienne membre de la commission des sanctions de l’ARJEL
  • Ancienne membre du conseil d’administration de la chaîne Public Sénat
  • Ancienne membre du comité diversité de France Télévisions
  • Membre des jurys de la prep’Ena intégrée de l’Ecole nationale d’administration et des épreuves d’admissibilité de la filière ZEP de l’Institut d’études politiques de Paris
Carrière
  • Auditrice puis conseillère référendaire à la Cour des comptes, depuis 2009
  • Directrice associée à Tilder (cabinet de conseil en stratégie de communication), de 2007 à 2008
  • Missions d’audit externe dans le cadre du commissariat aux comptes des Nations Unies en Irak, à New-York et Genève
  • Rapporteur auprès de la Commission permanente de contrôle des Sociétés de perception des droits d’auteur (SPRD), de 2001 à 2005
Cursus
  • Elève à l’Ecole nationale d’administration, promotion Averroès
  • Diplômée de l’Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec)
  • Diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris

Stagiaires 100% Sénégal, Ecole des Sables, Travail chorégraphique avec Jean Tamba

lundi 25 août 2014

Lettre d'Aurélie Filippetti au Président de la République et au Premier Ministre (25 août 2014)

Le matin du 25 août 2014 on apprenait la démission du gouvernement de la France. Un nouveau gouvernement sera présenté le 26 août par le même Premier Ministre. La Ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filippetti explique dans un courrier daté du 25 août et envoyé au Président de la République et au Premier Ministre, et que nous publions ci-dessous, qu'elle ne souhaite pas poursuivre dans ce gouvernement, quel qu'en soit le poste.
Fabien Rivière



Bourdin Direct (BFMTV & RMC) : Aurélie Filippetti – 26 août 2014 
Jean-Jacques Bourdin reçoit Aurélie Filippetti,
 ex-ministre de la Culture et de la Communication.

dimanche 24 août 2014

Tunisie - Danse : Des corps à l'ouvrage

CHORÉGRAPHIEFace aux menaces que font peser les salafistes sur les libertés, un collectif de chorégraphes investit les rues et la Toile avec des spectacles de danse, pour redonner une place aux artistes, et à la jeunesse.
Libération, Marie-Christine Vernay, 21 août 2014. > SUITE  

Facebook de Danseurs-Citoyens

Expositions et catalogue - Yvonne Rainer. Espace, Corps, Langage



Le Musée Ludwig à Cologne (Allemagne) a présenté l'exposition Yvonne Rainer - Raum, Körper, Sprache (en anglais, Yvonne Rainer - Space, Body, Language), du 28 avril au 29 juillet 2012 (suite). Yvonne Rainer, née à San Francisco en 1934, figure importante de l'histoire de la danse, est chorégraphe, danseuse, poète, activiste et réalisatrice. C'est la première rétrospective de ce type en Europe. 

C'est une collaboration avec le Kunsthaus Bregenz (KUB) (en français, Le musée d'art de Bregenz, Autriche) qui avait présenté l'exposition un peu plus tôt, du 4 février au 9 avril 2012, et le Getty Research Institute à Los Angeles (USA), qui propose Yvonne Rainer: Dances and Films, du 27 mai au 12 octobre 2014 (suite). 
Fabien Rivière


Couverture du catalogue
CATALOGUE 
Yvonne Rainer
Space, Body, Language
German | English
Edited by Yilmaz Dziewior and Barbara Engelbach 

Design: Selitsch Weig, Düsseldorf
Essays by Gabriele Brandstetter, Douglas Crimp, Yilmaz Dziewior, Barbara Engelbach, Carrie Lambert-Beatty, Volker Pantenburg, and Catherine Wood.
Approx. 288 pages, 21 x 26.5 cm, Softcover, 42 €.  

(diffusion par Buchhandlung Walther König, Cologne, Allemagne, à 68 €, ici)
  SOMMAIRE 
18  GREETINGS
21  YVONNE RAINER  Yilmaz Dziewior Barbara Engelbach Kasper König
27  HOW TO MANAGE TIME  Carrie Lambert-Beatty
49  WORK AND "WORK"  Catherine Wood
65  WHAT A WOMAN  Yilmaz Dziewior
77  SELECTED WORKS 1961-2011  Barbara Engelbach
205  SENTIMENTAL EDUCATION  Barbara Engelbach
219  WHICH STORY ?  Volker Pantenburg 
233  RE-VISIONS  Gabriele Brandstetter 
247  PEDAGOGICAL VAUDEVILLIAN  Douglas Crimp 
266  APPENDIX 
                     Biography - Bibliography - Works in the Exhibition 

mercredi 20 août 2014

Agenda Danse et performance - Paris et sa région - Septembre 2014

1  Opéra de Paris
2  Théâtre du Châtelet 
3  Théâtre de la Ville
4  Théâtre de la Ville - Les Abbesses 
5  Centre Culturel Suisse 
6  Plastique Danse Flore 
7  Techno Parade
8  Jerk 
9  Centre Pompidou 
10  La Briqueterie & Maison des Arts de Créteil
11  Maison des Métallos
12  Théâtre des Champs Élysées
13  Centre des arts d'Enghien-les-Bains
14  Le CentreQuatre
15  La Commune CDN d'Aubervilliers
16  Maison de la Culture du Japon à Paris
17  La Maison Rouge
18  Studio Le Regard du Cygne
19  Abbaye de Royaumont
20  Centre Wallonie-Bruxelles
21  Théâtre Louis Aragon - Tremblay-en-France



1 - Opéra de Paris (9° ), Palais Garnier
 Tanztheater Wuppertal - Pina Bausch Two Cigarettes in the Dark (1985), 
Du lundi 1er au dimanche 7 septembre. 6 représentations. En savoir +
Durée : 2h31 avec un entracte. 
Les places indiquées entre parenthèses ci-dessous ne bénéficient pas d'une bonne visibilité.
TARIFS : (10€, 12€, 25€, 45€, 70€), 95€, 110€
1 sept. (10€, 12€, 22€, 40€, 63€), 85€, 99€
5, 6 sept. (10€, 12€, 27€, 49€, 77€), 104€, 121€


— Palais Garnier - Ballet de l'Opéra national de Paris   Lander / Forsythe  
Harald Lander (Danemark) Études (1948) 
  + William Forsythe Woundwork 1 (1999) et Pas./Parts (1999)
Du samedi 20 septembre au samedi 4 octobre. En savoir +
Les places indiquées entre parenthèses ci-dessous ne bénéficient pas d'une bonne visibilité.
TARIFS :  (10€, 12€, 25€, 45€, 70€), 95€, 110€
20 sep, 4 oct  (10€, 25€, 45€, 70€, 100€), 130€, 160€
26, 27 sep, 3 oct  (10€, 12€, 27€, 49€, 77€), 104€, 121€

AUTOUR DU SPECTACLE Convergences. Harald Lander / William Forsythe 
Samedi 13 septembre. En savoir +

2 - Théâtre du Châtelet (1°), 
   William Forsythe - Ballet de l'Opéra de Lyon     Limb's Theorem (1990)
Pièce pour 27 danseurs. 
Du jeudi 4 au samedi 6 septembre, 20h. Photos Michel Cavalca En savoir +
Dans le cadre du Portrait William Forsythe

3 - Théâtre de la Ville (4°) 
  Vincent Macaigne    Idiot ! Parce que nous aurions dû nous aimer  Recréation
THÉÂTRE du corps. Auteur : Fedor Dostoïevski. Durée : 3h30 avec entracte. 
Du mercredi 1er au dimanche 12 octobre, 19h30 (ou 17h le dimanche). En savoir + 
(Ci-dessous, noir et blanc) Fedor Dostoïevski, (couleur) Vincent Macaigne, Capture d'écran Espaces Magnétiques


4 - Théâtre de la Ville - Les Abbesses (18°) 
William Forsythe concept, Jone San Martin danse, Josh Johnson agent extérieur
Legítimo / Rezo
Du vendredi 5 au dimanche 7 septembre. En savoir + 
+ CentQuatre 2 au 8 octobre. Photo Josh Johnson
Dans le cadre du Portrait William Forsythe 

Ioannis Mandafounis et Fabrice Mazliah Eifo Efi 
Du mercredi 10 au samedi 13 septembre, 20h30. Photo Dominik Mentzos En savoir + 
Dans le cadre du Portrait William Forsythe

5 - Centre Culturel Suisse (3°)
Ioannis Mandafounis (Genève, Suisse), Twisted Pair
Mardi 23 et mercredi 24 septembre, 20h. Photo Dorothée Thébert En savoir +
ET AUSSI Voir ci-dessus Lieu n°4 + Ioannis Mandafounis et May Zahry, les 20 et 21 novembre au Centre National de la Danse, Pantin

6 - Plastique Danse Flore, Potager du roi, Versailles (78) 
Vendredi 19 au dimanche 21 septembre. En savoir + 
Yaïr Barelli - Plastique danse flore avril 14, Photo Didier Dupressoir

VENDREDI 19 SEPTEMBRE
18h  De l’improvisation - titre de l’instant de Yaïr Barelli - Jardin le Nôtre, 80 min 
19h30  L’assaut de Carole Perdereau - 3ème des Onze, 30 min
20h  Fading # 3 de Sophie Laly - le balbi, 60 min

SAMEDI 20 SEPTEMBRE
11h  visite du potager par ses jardiniers - Statue de La Quintinie, 60 min
14h  Polder - Émulsion cobalt de Françoise Tartinville - le Grand Carré, 50 min 
14h30  visite du potager par ses jardiniers - Statue de La Quintinie, 60 min
15h  Percée Persée de Rémy Héritier - 1er des Onze, 45 min
15h  Tronco Ramas Delta de Amaia Urra - le Potager du Roi et ses alentours, 45 min 
16h  visite du potager par ses jardiniers - Statue de La Quintinie, 60 min
16h30  De l’interprétation - titre de l’instant de Yaïr Barelli - Jardin Le Nôtre, 80 min 
17h  Tronco Ramas Delta de Amaia Urra - le Potager du Roi et ses alentours, 45 min 
18h  Deux ou trois bagues au doigt de Annabelle Pulcini - le balai, 60 min
19h30  L’assaut de Carole Perdereau - 3ème des Onze, 30 min
20h  Fading # 3 de Sophie Laly - le balbi, 60 min

DIMANCHE 21 SEPTEMBRE
11h  visite du potager par ses jardiniers - Statue de La Quintinie, 60 min
14h  Percée Persée de Rémy Héritier - 1er des Onze, 45 min
14h30  visite du potager par ses jardiniers - Statue de La Quintinie, 60 min
15h  Pareidolie une lecture de Marcelline Delbecq - 3ème des Onze, 40 min
15h Tronco Ramas Delta de Amaia Urra - le Potager du Roi et ses alentours, 45 min 
16h  Polder - Émulsion cobalt de Françoise Tartinville - le Grand Carré, 50 min
16h  visite du potager par ses jardiniers - Statue de La Quintinie, 60 min
17h  carte blanche de Gilles Clément - 3ème des Onze, 60 min
17h  Tronco Ramas Delta de Amaia Urra - le Potager du Roi et ses alentours, 45 min 
18h  Deux ou trois bagues au doigt de Annabelle Pulcini - le balai, 60 min

EN CONTINU :
– Femmeuses en ville - une installation vidéo Cécile Proust et Jacques Hoepffner - Salle du potager
– une installation du paysagiste et plasticien Bruno Tanant
– des installations réalisées par les étudiants de l’École nationale supérieure de paysage encadrés par le plasticien et paysagiste Gilles Bruni

7 - TECHNO PARADE  
Samedi 13 septembre, Paris. RDV Place de la Nation à 12h. En savoir +

8 -    Jerk Off      
Festival pluridisciplinaire et alternatif (Exposition - Danse - Performance - Cabaret - Performance textuelle - Live & Clubbing)
DANSE > Mathieu Hocquemiller (Le Générateur), Guillaume Marie & Tazcorp (Canopée, Théâtre de Vanves), Camille Ollagnier (Point Éphémère)
Du vendredi 12 au samedi 27 septembre.  En savoir +

9 - Le Théâtre de la Ville au Centre Pompidou (4°), 
Tânia Carvalho (Portugal), Weaving Chaos 
Du mercredi 24 au vendredi 26 septembre, 20h30. Photo DR En savoir + - En savoir +


10 - La Briqueterie (94) organise : 
— Journées du Patrimoine, samedi 20 et dimanche 21 septembre. En savoir +  

— Les Plateaux 2014, Vendredi 26 & samedi 27 septembre. En savoir +
Vendredi 26 septembre
à la Maison des Arts de Créteil - Journée pour les professionnels
14h - Marco Vargas et Chloé Brûlé, Por casualidad
         Maxence Rey - Betula lenta, Curiosities
14h30 - Adrienn Hód - Hodworks, Dawn
15h45 - Gaetano Battezzato, Extases
15h45 - Camille Mutel, Etna !

16h30 - Présentation de la revue Alternatives Théâtrales
par Daniel Favier, directeur de la Briqueterie pour le projet européen Métamorphoses

17h30 - Emmanuel Eggermont, Vorspiel op.3
18h30 - Armand van den Hamer, Requiem for a cosmonaut
18h30 - Marco Vargas et Chloé Brûlé, Las 24
20h30 - The Loose Collective, The Old Testament

Samedi 27 septembre
 à la Briqueterie - Vitry-sur-Seine
14h - Jann Gallois, P = mg
14h30 - Nicolas Hubert, (re)flux
15h30 - Aoife McAtamney, Softer swells
15h30 - Jordi Galí, T

15h30 - Leïla Gaudin, Errance à la Briqueterie
16h30 - József Trefeli & Gábor Varga, JINX 103
17h30 - Viktória Dányi, Csaba Molnár et Zsófia Tamara Vadas, Skin me
18h15 - Aoife McAtamney, Softer swells
18h15 - Jordi Galí, T
18h15 - Leïla Gaudin, Errance à la Briqueterie
19h15 - Laurent Falguieras - Pic la poule, Scène
21h - Patrick Lander, Casca d'OvO   Capture d'écran Espaces Magnétiques

11 - Maison des Métallos (11°), 
Mohamed Rouabhi  All Power to The People  danse hip hop théâtre
Du lundi 8 au mercredi 10 septembre. Photo Pascal Gélys En savoir +

12  - Théâtre des Champs-Élysées (8°), 
Les Étoiles du XXIe siècle Gala International de Danse 17° édition 
Vendredi 12 au dimanche 14 septembre. En savoir +
Olga Smirnova et Semyon Chudin - Ballet du Théâtre Bolchoï de Moscou 
Lucia Lacarra et Marlon Dino - Ballet de l'Opéra de Munich 
Aurélien Houette et Erwan Leroux "Incidence Chorégraphique - Danseurs de l'Opéra de Paris" 
Oxana Skorik et Timur Askerov - Théâtre Mariinksi de Saint-Pétersbourg
Isabella Boylston et James Whiteside - American Ballet Theatre 
Manu Navarro et Gian Carlo Perez Alvarez (photo ci-dessous) Ballet National de Cuba

—  Soirée Jiří Kylián, Ballet National de Norvège (dans le cadre de TranscenDanses)
FUTURE MEMORIES Jiří Kylián chorégraphie
Bella Figura
     Foss, Pergolèse, Marcello, Vivaldi, Torelli musiques, Jiří Kylián décor
     Joke Visser costumes, Kees Tjebbes lumières
Gods and Dogs (première française)
     Beethoven, Haubrich musiques, Jiří Kylián décor, Joke Visser costumes, 
     Kees Tjebbes lumières 
Symphonie de Psaumes 
     Stravinsky musique, William Katz décor, Joop Stokvis costumes, 
     Kees Tjebbes lumières
Du lundi 22 au mercredi 24 septembre, 20h. En savoir +
Les places indiquées entre parenthèses ci-dessous ne bénéficient pas d'une bonne visibilité.
TARIFS : (15€, 40€, 60€), 78€, 95€

13 - Centre des arts d'Enghien-les-Bains (95),   nord de Paris
Michèle Noiret (Belgique), Hors-Champ danse cinéma
Samedi 27 septembre, 20h30. Photo Sergine Laloux En savoir +

14 - Le CentreQuatre (19°), 
Josef Nadj, Ivan Fatjo, Akosh Szelevényi, Gildas Etevenard Paysage inconnu 
Du mercredi 17 au jeudi 25 septembre. Capture d'écran Espaces Magnétiques En savoir +


Alessando Sciarroni (Italie) JOSEPH_kids  30 minutes - à partir de 4 ans
Jeudi 25 10h30 & 14h et vendredi 26 10h30 & 19h30 et septembre. En savoir +
Photo Alessandro Sciarroni

15 - La Commune Centre Dramatique National (CDN) Aubervilliers (93), 
   Jérôme Bel   Jérôme Bel  1995
Du mercredi 24 au samedi 27 septembre. Photo Herman Sorgeloos 
lacommune-aubervilliers.fr


16 - Maison de la Culture du Japon à Paris (15°)
Claude Régy Intérieur 
Du mardi 9 au samedi 27 septembre. Photo Koichi Miura  En savoir +
Les retardataires se verront refuser l'accès à la salle.
— Une ren­contre avec Satoshi Miyagi, Directeur du Shizuoka Performing Arts Center, aura lieu le 16 ­sep­tem­bre à 17h30 à la MCJP.

17 - La Maison Rouge (12°), 
   Pippo Delbono. Ma mère et les autres   
Exposition du vendredi 5 septembre au dimanche 21 septembre. En savoir +
Vernissage le jeudi 4 septembre de 18h à 21h
Une exposition de Pippo Delbono, conçue par Pippo Delbono et Richard Laillier
— AUTOUR DE L'EXPO : 
- mercredi 3 septembre à 20h, rencontre avec Pippo Delbono à l’Institut Culturel Italien
73, rue de Grenelle 75007 Paris www.iicparigi.esteri.it
- mardi 9 septembre à 20h, projection du film Sangue
en présence de Pippo Delbono (à confirmer) au Cinéma le Nouvel Odéon
6 rue de l’école de médecine 75006 Paris www.nouvelodeon.com
- samedi 4 octobre de 19h à 3h du matin
Nuit Blanche - L’exposition de Pippo Delbono sera visible à la Maison Rouge à l’occasion de la nouvelle édition de la Nuit Blanche

18 - Studio Le Regard du Cygne (20°), 
Journées Européennes du Patrimoine & ouverture de saison
dimanche 21 septembre, de 12h à 19h, Entrée  libre. En savoir +
- 12h - 19h, Visite libre du studio Le Regard du Cygne
- Exposition de peintures et dessins sur la danse et le corps en mouvement
- 12h - 12h30, Yoga pour femmes enceintes avec Julie Banzet
- 12h30 - 13h, Atelier de Yoga Vinyasa avec Laurence Schrœder
- 13h, 13h30, 15h, 15h30, Poilopattes avec Flore Dupont et Julie Trouverie
- 13h30, 14h, 15h30, 16h, Visite commentée par Amy Swanson, directrice artistique et fondatrice du lieu
- 14h - 14h50, Make your own dance avec Sherry Sable
- 16h30 - 17h30, Cours de danse africaine avec musiciens avec Boris Godot
-  17h45 - 18h45, Atelier de Swing avec Ilyas Usal

19 - Abbaye de Royaumont (95)   30 km au nord de Paris www.royaumont.com
Journée Songes chorégraphiques à Royaumont     ci-dessous Susan Buirge Photo DR

Samedi 6 septembre 
13h30 Film - Transforme, portrait d’une formation chorégraphique 50 mn. En savoir +
15h15 Susan Buirge Dogū déterré Création 30 mn.  En savoir +
16h15 Myriam Gourfink 
                   The monster which never breathes. Pour danse et orgue 50 mn En savoir +
17h45 Hervé Robbe La Tentation d’Un Ermitage 45 mn  En savoir +
19h30 Marianne Baillot Yeeepeee !!!  30 mn.

SAMEDI 6 septembre
16h15 Myriam Gourfink
                   The monster which never breathes. Pour danse et orgue 50 mn En savoir +
17h30 Susan Buirge Dogū déterré Création 30 mn.  En savoir +
18h15 Film Transforme, portrait d’une formation chorégraphique 50 mn En savoir +
19h30 Marianne Baillot Yeeepeee !!! 30 mn.
20h45 Hervé Robbe La Tentation d’Un Ermitage 45 mn En savoir +
21h45 Film - Transforme, portrait d’une formation chorégraphique 50 mn En savoir +

Service spécial de navettes, aller-retour Paris (Châtelet) - Royaumont - 15 €
Horaires des départs
Paris > Royaumont : 11h30 / 14h30
Royaumont > Paris : 20h30 / 22h

20 - Centre Wallonie-Bruxelles (4°), 
Thierry Smits (Belgique), Cocktails. Cabaret contemporain pour cinq danseurs 
Spectacle interdit aux moins de 16 ans.
Du jeudi 25 au samedi 27 septembre, 20h. Photo Hichem Dahes En savoir +  

21 - Théâtre Louis Aragon à Tremblay-en-France (93) 
3 villes - 5 compagnies chorégraphiques

Samedi 20 septembre à 16h : rendez-vous au Théâtre ! En savoir +
16h30 - Parc de la Poudrerie, champ de tir (Sevran)
Herman Diephuis Vue sur Parc

17h30 - Ferme Godier (Villepinte)
Anne Nguyen The looping pop show

18h15 - Parc d'équitation du Château Bleu (Tremblay)
Bernardo Montet En Chemin

19h15 - Jardins familiaux du Vieux Pays (Tremblay)
Amala Dianor Fénène (Somewhere Else)

21h - Théâtre Louis Aragon (Tremblay)
Hervé Sika Herbe Folle 

21h45 / Esplanade des Droits de l'Homme (Tremblay)
Anne Nguyen Bal de looping pop