samedi 20 janvier 2018

Où vont les « Protagonist » de Jefta van Dinther ? (Ballet Cullberg, TND Chaillot)

Protagonist, Photo Urban Jörén

.
Il y a sans doute deux façons de rendre compte de Protagonist, la seconde création de Jefta van Dinther, né aux Pays-Bas et grandi en Suède, pour le Ballet Cullberg, compagnie basée en Suède et fondée il y a cinquante et un ans, en 1967, par la chorégraphe Birgit Cullberg. Soit l'on prend en compte les visages, traversés de rictus (dans un premier temps de diables ou diablotins, vers la fin d'australopithèques ou de singes). Mais grimacer n'est pas aussi facile qu'il peut paraître, et il me semble qu'ils ne sont pas ici très convaincants. Soit l'on préfère se concentrer comme je l'ai fait sur le reste du corps, buste, bras et jambes, et alors, en effet, on peut suivre avec un grand intérêt les évolutions de la pièce.

Mais de quoi s'agit-il ? À vrai dire, là aussi, soit on n'a rien lu avant comme c'est mon cas, soit l'on discute le programme de salle. 

La musique de David Kiers est puissante, tout de pulsations et d'émotions. Elle tient l'heure, quand le plus souvent les propositions sonores s'essoufflent assez vite. Au sol une moquette d'un rouge vif, et en fond de scène, un échafaudage propre qui n'a pas dépassé le rez-de-chaussée, métaphore pour signifier que ces êtres vont esquisser une construction sans aller finalement très loin ? On suit les assemblages et les éloignements des corps, des uns aux autres. C'est déjà pas mal. C'est ambitieux (quand beaucoup de propositions chorégraphiques sont narcissiques ou inconséquentes). Le groupe est composé de quatorze jeunes gens. C'est frais. 

À trois reprises, en voix off, un homme nous parle. Ce qu'il dit demeure mystérieux. On se demande si il ne parle pas de l'hôpital où il est hospitalisé, entre délire et lucidité augmentée. À un moment, le mot revolution (en anglais, donc) retentit. Le groupe est face à nous. On se dit que l'on est plus dans une église que dans un meeting ou dans la rue. Et que ces jeunes gens sont bien trop propres pour pouvoir incarner la révolution. Quelle est la capacité du chorégraphe à les amener à certains états de corps ? Ou sont-ils désespérants ? Que leur a transmis la génération précédente ? On songe alors aux propos de Jérôme Bel, pour qui les écoles de danse castrent les êtres et les corps. On objectera peut-être qu'il s'agit d'une métaphore d'une génération. Ils vont se dénuder, puis suggérer un retour (un effondrement ?) vers l'origine de l'humanité. La scène finale est, étrangement, une sorte d'épiphanie, triste à vrai dire, mais bouleversante, sans que l'on sache pourquoi. 
Fabien Rivière
 Jefta van Dinther, Protagonist, TND Chaillot, du mercredi 17 au dimanche 21 janvier 2018Site 

Sleaford Mods (Nottingham, Royaume-Uni) - Les 7 premiers albums (2007 - 2014)

Agenda Danse et performance - Paris et sa région - Février 2018

1  —  Centre Pompidou
2  —  Palais des Congrès
3  —  Théâtre de la Ville - Espace Cardin
4  —  Théâtre de la Ville - Les Abbesses 
5  —  Théâtre de la Ville > Le Monfort
6  —  Théâtre du Rond Point 
7  —  La BriqueterieVitry-sur-Seine
8  —  Danse Dense à La Briqueterie - Vitry-sur-Seine
9  —  Festival Faits d'Hiver  
10  —  TND Chaillot 
11  —  Palais de la Porte dorée
12  —  Atelier de Paris - Carolyn Carlson  
13  —  L'Apostrophe - Cergy-Pontoise à L'-Théâtre
14  —  Maison de la Musique - Nanterre
15  — Opéra national de Paris 
16 — Théâtre des Champs Élysées




1  —  Centre Pompidou
  Meg Stuart    BLESSED    Magnifique
Du mercredi 7 au vendredi 9 février.  Photo Chris Van der Burcht   En savoir +

Gaëtan Rusquet   Meanwhile    Performance
Vendredi 16 et samedi 17 février. Photo Giannini Urmeneta Ottiker  En savoir +    


2  —  Palais des Congrès (17°)

Maurice Béjart - Béjart Ballet Lausanne La Flûte enchantée  
Musique : Wolfgang Amadeus Mozart 
Du mercredi 7 au dimanche 11 février, places de 47 à 150 €. En savoir +


3  —  Théâtre de la Ville - Espace Cardin (8°)

Wang Ramirez & Nithin Sawhney (compositeur) Dystopian Dream 
Du jeudi 25 janvier au dimanche 4 février et du 22 au 26 mai. En savoir +



Robyn Orlin  Oh Louis...We move from the ballroom to hell while we have to tell ourseves stories at night so that we can sleep... 
Avec Benjamin Pech, Danseur Étoile de l’Opéra national de Paris 

et le claveciniste Loris Barrucand.
Du jeudi 15 au lundi 19 février. Photo Robyn Orlin  En savoir +



4  —  Théâtre de la Ville - Les Abbesses (18°) 
Ambra Senatore  Scena Madre 
Du jeudi 1 au dimanche 4 février. Photo Laurent Philippe  En savoir +    


5  — Théâtre de la Ville > Le Monfort (15°)
Clément Dazin Humanoptère 
Du vendredi 2 au samedi 17 février 20h. Capture d'écran Espaces Magnétiques En savoir +


6  —  Théâtre du Rond Point (8°)
Emma Dante (Italie) Bestie di scena
Du mardi 6 au dimanche 25 février.  Photo Masiar Pasquali En savoir +   

.
Jacques Gamblin et Bastien Lefèvre  1 heure 23'14'' et 7 centièmes
Du mardi 13 février au dimanche 18 mars. En savoir + 
« Jacques, le coach, a les mots, Bastien, l’athlète, a la danse. »


7  —  La BriqueterieVitry-sur-Seine (94)

——  Exposition photographique et table ronde : Viril mais correct 
Olivier Houeix et Nathalie Sternalski - Un dialogue photographique à propos de la danse masculine
       (Lieu : Le Kremlin-Bicêtre) Du mer 10 janvier au jeudi 15 février. En savoir +
Table ronde : Médiation culturelle et photographie de danse : Quelle rencontre pour quelle métamorphose ? Samedi 10 février 18h. 


— Christian Ubl  H&G  Spectacle jeune public 
         28 janvier et 3 février + Ateliers parent/enfant. Mardi 30. En savoir +
——  Christian Ubl  S T I L
Jeudi 1er et vendredi 2 février. En savoir +  

——  Fenêtre sur création : Cie Auguste-Bienvenue  Peubléto
                  vendredi 9 février, GRATUIT. Photo Grégory Hiétin  En savoir +

——  Atelier : Lulla Chourlin mardi 13 février. En savoir + 
——  Conférence dansée : Lulla Chourlin Danser autre - conférence sensible
                     vendredi 16 février 17h. En savoir +

——  Fenêtre sur création :  Hillel Kogan (Israël)  The Swan and the Pimp
                       jeudi 15 février. En savoir +


8  —  Danse Dense (Pantin) à La Briqueterie (Vitry-sur-Seine, 94)
   Danse(s) en chantier mobiles #6   
Vendredi 9 Février  En savoir +
—— 10h30 : Rencontre professionnelle - La place de l'interprète dans le processus de création 
—— 14h : Les chantiers - Présentation de 4 pièces en cours de création
Rafael Smadja, Cédric Gagneur  SHEOL
Fernando Cabral  Une émotion  une pièce matérialiste (Partie 1)
Marion Uguen  La méthode COA 
Tishou Aminata Kane (afro-caribéenne) Je sais que je ne sais pas
—— 17h : Les Afters 
Questions-réponses entre artistes, public et diffuseurs autour de deux thématiques
—— 19h30 : Fenêtre sur création  
Sortie de résidence : 
Auguste Ouedraogo et Bienvenue Bazié (Burkina Faso)  Peubléto (rêves et réalités) 


9  —       Festival Faits d'Hiver    
Du samedi 13 janvier au samedi 17 février. En savoir + 

Me. 31 janvier & je. 1er février — 19h30 — Le Carreau du Temple
Aude Lachaise  Outsiders, la rencontre 

Vendredi 2 février — 14h>18h — Micadanses
Yaïr Barelli  Sur l’interprétation 
- titre de l’instant

Vendredi 2 février —  22h>05h30 — Micadanses
Samuel Bianchini  Discontrol Party
avec les DJ Candie Hank, Rebeka Warrior, 
Front de Cadeaux, 
Retrigger, Mr Marcaille, 
WR2OLD

Lundi 5 février 20h — ma. 6 février 19h - La Gaîté Lyrique
Thibaud Croisy Témoignage d’un homme 
qui n’avait pas envie 
d’en castrer un autre
 + Dominer : rencontre entre Beverly Charpentier, Thibaud Croisy
 et Catherine Robbe-Grillet le jeudi 15 février 19h 
à la Fondation d’entreprise Ricard (Paris), dans le cadre du cycle
 Poésie Plate-Forme proposé par Jérôme Mauche. En savoir +

Mardi 6 > ve. 16 février — 20h (Relâches du 10 au 12) — Le Tarmac
Olé Khamchanla 
& Pichet Klunchun Negotiation 

Jeudi 8 > Samedi 10 fév — 20h30 — Atelier de Paris - CDCN
Joanne Leighton Songlines

Lundi 12 & mardi 13 fév — 20h30 — Le Générateur
Éléonore Didier & Lila Derridj Géographies (ou Classroom)
+ Satchie Noro mA *

Samedi 17 février — 20h — Conciergerie de Paris
Arthur Perole  Fool d’Hiver 

10  —  TND Chaillot (16°)
José Montalvo  Carmen(s)
Du jeudi 1er au vendredi 23 février, salle Jean Vilar. En savoir +   

LE THÉÂTRE DE LA VILLE À CHAILLOT :
Christian Rizzo d'à côté   Pour la jeunesse
Du vendredi 2 au jeudi 8 février, salle Firmin Gémier. En savoir + 


Annabelle Bonnéry  Two, seul   Danse - Musique
Du jeudi 15 au samedi 17 février, salle Firmin Gémier. En savoir + 

Héla Fattoumi & Éric Lamoureux  OSCYL
Du jeudi 22  au samedi 24 février, salle Firmin Gémier. En savoir + 


11  —  Palais de la Porte Dorée (12°)
L'Envers du décor. Quand les artistes revisitent le Palais 
Du vendredi 2 au dimanche 4 février, en accès libre et GRATUIT. En savoir +  


12  —  Atelier de Paris - Carolyn Carlson (12°)
OPEN STUDIO  Liz Santoro et Pierre Godard Vendredi 2 février 16h, entrée libre sur réservation. En savoir + 

Joanne Leighton  Songlines 
Du jeudi 8 au samedi 10 février 20h30. En savoir + 

 Nina Santes Hymen Hymne
+ Mylène Benoit  La maladresse   (Soirée double programme)
Du jeudi 15 au vendredi 16 février 20h30En savoir + 


13  —  L'Apostrophe, Cergy-Pontoise à L'-Théâtre (95)
Dorothée Munyaneza  Unwanted      Conseillé  
Mardi 6 et mercredi 7 février. En savoir + 

Myriam Gourfink  L'Evaporé  CRÉATION 2018
Mardi 13 et mercredi 14 février. Photo Delphine Micheli  En savoir + 


14   —  Maison de la Musique - Nanterre (92)
Via Kanana Via Katlehong invite Gregory Maqoma 
Du vendredi 2 au samedi 3 février. Photo DR  En savoir + 

Ambra Senatore  Scena Madre 
Le vendredi 16 février. En savoir + 


15  —  Opéra national de Paris 
John Cranko (Afrique du Sud, 1927-1973)  Onéguine
Palais Garnier — Du vendredi 9 février au mercredi 7 mars. En savoir + 

Benjamin Millepied  Daphnis et Chloé  +  Maurice Béjart  Boléro
Opéra Bastille — Du vendredi 23 février au samedi 24 mars. En savoir + 


16 — Théâtre des Champs Élysées (8°)
Irina Kolesnikova [étoile] Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre 
  Direction artistique Konstantin Tachkin 
Chorégraphie Marius Petipa   Le Lac des cygnes 
  Solistes et corps de ballet du Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre 
  Orchestre du Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre
Du mercredi 21 au vendredi 23 février. En savoir +  

Irina Kolesnikova [étoile] Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre
  Direction artistique Konstantin Tachkin  Le Lac des cygnes 
Michel Fokine  Chopiniana   +  Marius Petipa  Paquita 
  Solistes et corps de ballet du Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre 
  Orchestre du Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre
Du samedi 24 au dimanche 25 février. En savoir +   

lundi 15 janvier 2018

Exposition - Paris - « Akademia : performer la vie » : Raymond Duncan et Aia Bertrand en France

La Villa Vassilieff est située au fond à gauche du Chemin du Montparnasse, Photo Fabien Rivière
Vue de l'exposition, 1er étage, Photo Fabien Rivière
Raymond Duncan, répétition du chœur, vers 1926, tirage moderne,
Courtesy Duncan Collection, Photo Fabien Rivière
Raymond Duncan, Tunique rouge à motifs animaliers et végétaux, vers 1910, Coton,
Courtesy Duncan Collection, Photo Fabien Rivière
Charles Delius, Aia Bertrand et un membre de l'Akademia, Montfermeil (est de Paris), 1913,
tirage moderne, © Delius / Leemage, Photo Fabien Rivière
Anonyme, Aia Bertrand et sa fille Ligoa Duncan [1917-2015], dans les années 1920, 
Courtesy Duncan Collection, Photo Fabien Rivière
Aia Bertrand (à droite, en tenue traditionnelle lettone) et des élèves de l’Akademia, 
photographiés par Raymond Duncan vers 1924. Courtesy : Duncan Collection




Couverture d'un exemplaire de la revue publiée par Raymond Duncan, Photo Fabien Rivière
Couverture de Orpheus, pièce de théâtre de Raymond Duncan,
Éditions de l'Akademia Raymond Duncan, Photo Fabien Rivière
Couverture de Les Travaux d'Herakles, conférence de Raymond Duncan
à l'Université Philosophique de Paris, 9 mars 1919, Photo Fabien Rivière

« L’exposition Akademia: Performing Life / Akademia : performer la vie se penche sur les récits et la philosophie émanant de l’Akademia, une communauté et une école, qui, des années 1910 aux années 1970, proposait des cours de danse, d’art et d’artisanat, accueillait une galerie d’art, une maison d’édition et montait des pièces de théâtre et de danse [à Montfermeil (est de Paris), Nice, puis à partir de 1929 dans trois bâtiments datant du 16° siècle situés au 31 rue de Seine à Paris, 6° arrondissement, quartier de Saint-Germain-des-Prés]. 

Fondée en 1911 par Raymond Duncan [1874 San Francisco - 1966 Cavalaire-sur-Mer (sud de Ramatuelle), frère de la danseuse Isadora Duncan], danseur et artiste américain, avec sa femme la danseuse grecque Pénélope Sikelianou, et codirigée à partir de 1920 par Aia Bertrand [décès en 1977], danseuse et écrivaine lettone [seconde femme de Raymond Duncan], l’Akademia fut une incarnation de leur syncrétisme idéologique qui mêlait principes socialistes, désir de raviver la Grèce antique et un mode de vie « naturel » letton. L’exposition souhaite explorer les notions et principes incarnés par l’Akademia à ses débuts comme des potentielles alternatives aux modèles traditionnels d’éducation, de création et de vie communautaire tout en questionnant leurs parts d’ombre. »

REMARQUE Et si l'on rassemblait et publiait, d'une part les conférences de Raymond Duncan en un ouvrage, et d'autre part toutes les photos disponibles dans un livre accompagné d'un rappel de l'histoire de l'Akademia, et mettait en ligne sa revue ? Façon de redonner vie à une vie, qui pour le moment dort (meurt ?) dans des cartons, exception faite de cette exposition. Fabien Rivière 

Akademia: Performing Life / Akademia : performer la vie, à La Villa Vassilieff, Chemin du Montparnasse, 21 avenue du Maine, 75015 Paris, du samedi 13 janvier au samedi 24 mars 2018. ENTRÉE LIBRE Du mardi au samedi de 11h à 19h.  En savoir +

Akademia : Perfoming Life est réalisée en collaboration avec le Latvian Centre for Contemporary Art à Riga dans le cadre du projet de recherche et d’art contemporain Portable Landscapes qui examine les récits d’artistes lettons exilés ou émigrés à Paris, New York, Berlin et en Suède, les restituant dans les contextes élargis de l’histoire de l’art au 20ème siècle, des flux de migration et de la mondialisation. L’exposition sera présentée au Latvian National Museum of Art (ICI) au printemps 2018.

Akadémia : Performing Life se déploie sur deux chapitres à la Villa Vassilieff et au Latvian National Museum of Art ; l’exposition est co-produite par le Latvian Centre for Contemporary Art et Bétonsalon – Centre d’art et de recherche.

Raymond Duncan et Aïa Bertrand à New York de retour de France en 1949

lundi 8 janvier 2018

Exposition - Lille - « PERFORMANCE ! » bouge bien

Affiche de PERFORMANCE !, extrait de Body Double 35, de Brice Dellsperger, 2017, vidéogramme, 
Courtesy Air de Paris, avec François Chaignaud

. 
Il ne reste que quelques jours (une semaine exactement, jusqu’au dimanche 14 janvier) pour découvrir la très intéressante exposition PERFORMANCE ! que présente le Centre Pompidou au Tripostal à Lille dans le cadre de l’ample manifestation Centre Pompidou 40 qui visait à fêter durant toute l’année 2017 les quarante ans du Centre Pompidou, dans une quarantaine de villes de France en 50 expositions ICI. Le titre suggère le singulier, mais nous avons pu observer un conférencier qui décline la pluralité du mot performance. 

L’exposition s’organise en trois parties, une par étage, Mouvement sur mouvement, Scènes de gestes et Objets d’écoute. Cela commence dans le hall avec une installation de 2010 de La Ribot constituée d’un vaste mur blanc avec des citations et une chaise en bois devant, un téléviseur qui diffuse un film de 1973 de Vito Acconci et les legos d'un artiste non précisé (très beaux, mais hors-sujet ?). 

Captures d'écran, Trisha Brown (USA) dans le film de Babette Mangolte, Watermotor, 1978


En ouverture, dans une salle se déploie le travail ludique de la française Lili Reynaud Dewar sur trois écrans. Puis se succèdent, en écho à l’ultime tableau de Francis Bacon reproduit dans un coin sombre, trois écrans qui projettent un magnifique solo de 7 minutes et 45 secondes de William Forsythe lui-même, qu’il signe avec Peter Weltz (2006), un travail sur la disparition de Xavier Le Roy et la danseuse et chorégraphe née à Hong Kong et basée à Berlin Scarlet Yu que l’on peut ne pas voir (2017), une petite salle pensée par Dan Graham en 1974 avec caméra qui filme le visiteur, un film drôle du hollandais Aernout Mik (2002), et, enfin, une pure merveille, un solo de Trisha Brown capté par Babette Mangolte en 1978, qui dure 7 minutes et 25 secondes, Watermotor (visible ICI). 

Au premier étage Jérôme Bel a droit à une salle entière, comme La Ribot, où l’on revoit avec émotion l’excellent solo Véronique Doisneau. Le dernier étage propose de la musique d’un côté (à gauche de l’escalier), et des objets, de l’autre (à droite du même escalier). Le film de Hassan Khan, basé au Caire (Égypte), est une découverte, un plan fixe, où deux hommes, dans un pays arabe, dansent. Ce choix manifeste que l’on oublie pas la culture populaire. Mais c’est l’étage le plus faible : la salle qui présente un plan fixe de bruiteurs de film en action, que propose Pierre Huyghe n’a pas grand intérêt, et on s’étonne de l’absence de John Cage. On aurait aimé que Dada ait sa place.

Dennis Oppenheim (USA), Attempt to Raise Hell, 1974 
 Dennis Oppenheim, Centre Pompidou, MNAM-CCI

Mais qu’est-ce que la performance ? En quoi se distingue-t-elle de la danse ? Et en quoi n’est-ce pas un happening (autre catégorie historiquement constituée) ? Comment passe-t-on de la danse à la performance ? En quoi le solo de Trisha Brown relève-t-il de la performance ? La question de la définition ou des définitions de la performance ne donne pas le sentiment d’avoir été vraiment posée. Cela aurait dû être le rôle d’un catalogue d’approfondir ces questions. Mais, on l’a compris, il n’y en a pas. 

Dans le dossier de presse, les deux commissaires de l'exposition, Bernard Blistène et Marcella Lista, respectivement directeur et conservatrice du Musée national d'art moderne (MNAM) - Centre de création industrielle (CCI) au Centre Pompidou écrivent que « Performance ! bouscule la pratique de l'exposition. (...) Performance : le mot résonne au-delà du champ artistique. Venu des arts du spectacle (dans la tradition anglo-saxonne), et de la culture sportive, le terme imprègne aujourd’hui les sociétés postindustrielles, avec leurs « indicateurs » évaluant chaque secteur de l’activité humaine. C’est également une pratique implicite des médias sociaux, où les relations se forment et s’inventent par et à travers les représentations de soi ». Sans doute l'exposition est bien plus modeste et légère, au sens positif du terme, qu'affirmée.

Au passage, dans le délire sécuritaire actuel qui touche aussi les milieux culturels, j’ai pu observer un membre de la société qui assure la surveillance, demander à une adolescente assise et en train de regarder tranquillement un film, de bouger ses jambes pour qu’elle se tienne autrement, sinon mieux (il est difficile de voir en quoi sa position initiale posait problème).  

Chaise incluse dans l'installation de La Ribot, Walk The Chair, 2016, Centre Pompidou, MNAM-CCI

Malgré ces quelques réserves, PERFORMANCE ! vaut la visite. Et le bâtiment est idéalement situé à côté de la gare Lille-Flandres, dont on peut entendre au rez de chaussée si on y prête l’oreille les annonces de la SNCF. :)
Fabien Rivière
Site  
   ARTISTES : 
VITO ACCONCI — SAÂDANE AFIF — DOUG AITKEN — FRANCIS ALŸS
ÉLEANOR ANTIN  — JÉRÔME BEL — ANGELA BULLOCH — PIA CAMIL
CLAUDE CLOSKY — DANICA DAKIĆ — GUY DE COINTET
BRICE DELLSPERGER — RINEKE DIJKSTRA — STAN DOUGLAS
HANS-PETER FELDMANN — ROBERT FILLIOU — KIT FITZGERALD
AURÉLIEN FROMENT — DAN GRAHAM — RENÉE GREEN
PIERRE HUYGHE — RYOJI IKEDA — JOAN JONAS — MIKE KELLEY 
HASSAN KHAN — XAVIER LE ROY & SCARLET YU — 
BABETTE MANGOLTE & TRISHA BROWN — CHRISTIAN MARCLAY
AERNOUT MIK — BRUCE NAUMAN — CLAES OLDENBURG
DENNIS OPPENHEIM — ANTHONY RAMOS — LILI REYNAUD DEWAR 
LA RIBOT — JOHN SANBORN — SARKIS — GILLES TOUYARD
PETER WELZ & WILLIAM FORSYTHE — FRANZ WEST

jeudi 4 janvier 2018

Photo - Antonin Rioche par Thibault Gaëtan Dubroca



Il y a deux ans, le site du magazine papier KALTBLUT., basé à Berlin, a publié une série de photographies réalisées par Thibault Gaëtan Dubroca, du jeune danseur français Antonin Rioche, qui, depuis, a fait du chemin, comme danseur, mais aussi comme chorégraphe, réglant son premier solo en 2017, Oh Boy !, pour son ami Benjamin Behrends, qui sera présenté à Paris ce mois-ci (cf notre Agenda de janvier, Lieu n° 11 ICI).  > PHOTOS
Fabien Rivière