lundi 29 septembre 2014

CONTRE LA HAINE - Pétition contre la "Manif pour tous" du dimanche 5 octobre 2014


98.681 personnes soutiennent cette campagne. Aidez-nous à atteindre 100.000

« Dimanche prochain [le 5 octobre 2014] la "Manif pour tous" revient avec une manifestation géante contre l'égalité à Paris et Bordeaux. Elle redouble les attaques contre les gays et lesbiennes, ces 'personnes' dangereuses pour qui les enfants sont des "objets" et qui veulent "créer des orphelins". Vous ne rêvez pas, ces mots viennent de leur appel à manifester.

La dernière fois ils étaient 100 000. Ils sont en train d'affréter des bus et des trains entiers pour cette nouvelle mobilisation. Déjà plusieurs politiques ont annoncé soutenir eux aussi l'abrogation du mariage pour tous. Même l'ancien Président Sarkozy leur fait des appels du pied.

Il nous reste plus que quelques jours. Voici le plan : si nous rassemblons 100 000 Français pour l'égalité avec une pétition géante, l'équipe d'All Out en France ira la remettre aux politiques, sur les plateaux télé et même pendant la manifestation anti. Ensemble nous pouvons contrer les anti en montrant que des milliers de Français se mobilisent pour l'égalité.

Signez la pétition maintenant et faites signer DEUX proches : nous pourrions atteindre 100 000 avant leur manifestation anti de dimanche. » 
> POUR SIGNER LA PÉTITION

PJ Harvey & John Parish, Black Hearted Love

Agenda Danse et performance - Paris et sa région - Octobre 2014

1  Théâtre de la Ville
2  Théâtre de la Ville - Les Abbesses
3  L'Apostrophe - Théâtre des arts de Cergy
4  Théâtre de la Bastille 
5  ZOA
6  Danses ouvertes - Fontenay-aux-Roses
7  Odéon Théâtre de l'Europe
8  CentQuatre
9  Maison des Arts de Créteil 
10  Musée du Louvre - Auditorium
11  Maison de la Culture du Japon à Paris 
12  Jeu de Paume
13  Théâtre Paul Eluard - Bezons
14  Opéra national de Paris 
15  Le Tarmac
16  Maison de la Musique - Nanterre
17  Musée national des arts asiatiques Guimet
18  Centre national de la Danse 
19  Bateau le Marcounet 
20  Ménagerie de Verre 
21  [FRASQ] rencontre de la performance 
22  Le Prisme de St-Quentin-en-Yvelines
23  Les Productions de l'Invisible




1 - Théâtre de la Ville (4°) 
  Vincent Macaigne    Idiot ! Parce que nous aurions dû nous aimer  Recréation
THÉÂTRE du corps. Auteur : Fedor Dostoïevski. Durée : 3h30 avec entracte. 
Du mercredi 1er au dimanche 12 octobre, 19h30 (ou 17h le dimanche). En savoir + 
(Ci-dessous, noir et blanc) Fedor Dostoïevski, (couleur) Vincent Macaigne, Capture d'écran Espaces Magnétiques


Lucinda Childs - Lucinda Childs DancCompany  Dance  1979
Du vendredi 17 au samedi 25 octobre. En savoir +

William Forsythe - avec le Semperoper Ballett de Dresde
Steptext 1985 + Neue Suite 2012 + In The Middle, Somewhat Elevated 1987
Du mardi 28 au jeudi 30 octobre. En savoir +
— Le Semperoper Ballett de Dresde est dirigé par Aaron Sean Watkin, qui débute sa 9° saison. Il fut danseur en 1997 et 1998 pour le Ballett Frankfurt dirigé par William Forsythe.
Neue Suite, une suite de pas de deux, a été créé spécialement pour cette compagnie, et jamais montré en France.
Du haut vers le bas : Steptext, Neue Suite et In The Middle, Somewhat Elevated,
 Photos 1 & 2 Costin Radu - Photo 3 Matthias Creutziger












.
2 - Théâtre de la Ville - Les Abbesses (18°) 
Tao Ye (Chine) 4 + 5 
Du 1er au 4 octobre, 20h30. Photo Fan Xi  En savoir +

Georges Appaix Univers light oblique  tout public, à partir de 8 ans
Du mardi 7 au samedi 11 octobre. En savoir + Photo de la générale M. Goffinet

Maguy Marin BIT   Très attendu
Du jeudi 30 octobre au samedi 15 novembre. Photo Didier Grappe En savoir +  

3 - L'Apostrophe - Théâtre des arts de Cergy (95) 
      place des arts - Cergy Centre (Pour y aller) nord ouest de Paris
Raimund Hoghe An Evening With Judy   Très attendu
Jeudi 9 19h30 et vendredi 10 octobre 20h30. En savoir +
Dans le cadre d'Escales Danse en Val d'Oise (2014-2015) site (pas encore mis à jour)


4 - Théâtre de  la Bastille (11°) 
Frédérick Gravel (Québec) Usually Beauty Fails
Du mardi 7 au samedi 11 octobre. Photo Denis Farley En savoir +


Frédérick Gravel & Étienne Lepage (Québec) Ainsi parlait...
Du lundi 13 au samedi 18 octobre. Photo Nadine Gomez En savoir +


5 - ZOA (Zone d'Occupation Artistique), 
3° édition, à Micadanses (4°)
Du samedi 4 au vendredi 10 octobre. En savoir +
Avec courage et ténacité, Sabrina Weldman mène son festival en dehors des sentiers battus, ce qui constitue en cette période frileuse, une position courageuse. Elle poursuit son travail de défrichage de nouvelles formes artistiques émergentes avec appétit. 

Samedi 4 octobre 20h
Garance Dor et Valentina Fago Tentative pour être une femme mère  création. 1 heure 

Lundi 6 octobre 20h
Eva Klimackova  Move  création du diptyque. 1 heure  Photo Roger Fusciardi

Mardi 7 octobre 20h
Mohamed El Khatib  Finir en beauté 35 minutes  Photo Zirlib

suivi de
Mardi 7 octobre 20h45
Malika Djardi  Sa prière   35 minutes

Jeudi 9 octobre 20h
Katalin Patkaï Jeudi  50 minutes Photo Laurent Paillier www.photosdedanse.com

Vendredi 10 octobre 20h
Muriel Bourdeau De la nécessité du vulnérable   création. 35 minutes Photo Muriel Bourdeau

suivi de
Vendredi 10 octobre  20h45
Malika Djardi  Sa prière  35 minutes

6 -  Festival Danses ouvertes. Festival des nouvelles formes de la représentation en danse 1ère édition, à Fontenay-aux-Roses (92)   sud de Paris
Préfiguration. samedi 25 et dimanche 26 octobre. En savoir +
Sylvain Groud Chambre 209 (solo) ; Compagnie Camargo Laborituel 

7 - Odéon Théâtre de  l'Europe (6°)
Bob Wilson Les nègres (de Jean Genet)
Du vendredi 3 octobre au vendredi 21 novembre. En savoir + 



8 - CentQuatre (19°) 
William Forsythe concept, Jone San Martin danse, Josh Johnson agent extérieur
Legítimo / Rezo
Du jeudi 2 au mercredi 8 octobre. Photo Josh Johnson
Dans le cadre du Portrait William Forsythe. En savoir +

9 - Maison des Arts de Créteil (94) 
Alessando Sciarroni (Italie) JOSEPH_kids    Vivement conseillé
30 minutes - à partir de 4 ans
Samedi 4 octobre 11h et 17h. En savoir +  
Photo Alessandro Sciarroni

10 - Musée du Louvre (1°),
        SIMONE FORTI             performance
A state of dance : projections et conversation avec Simone Forti
Conversation et projections avec Simone Forti.
Jeudi 23 octobre, 19h, Auditorium. En savoir +
Entré libre sur réservation. Dans le cadre de la FIAC : Ouvertures / Openings ici
Simone Forti, Animal Studies Drawing

Illlummminnnatttionnnssss !!!!, 1971/2014
Simone Forti : danse, voix 
Charlemagne Palestine : piano, voix, synthétiseurs, instruments variés et installation visuelle
Samedi 25 octobre, 21h, Pyramide du Louvre. Entré libre sur réservation. En savoir +
Dans le cadre de la FIAC : Ouvertures / Openings ici
Illuminations, performance de Simone Forti, 1974, 
Contemporanea Festival, L’Attico galerie, Rome 

Jérôme Bel Jérôme Bel      
Vendredi 24 octobre, 21h. Entrée libre sur réservation. Auditorium  En savoir +
Dans le cadre de la FIAC : Ouvertures / Openings ici 

Reanimation, 2012/2014    performance
Joan Jonas : conception et performance
Jason Moran : piano, synthétiseur
Dimanche 26 octobre, 19h, Auditorium. Entrée libre sur réservation. En savoir +
Dans le cadre de la FIAC : Ouvertures / Openings ici 
Reanimation, performance de Joan Jonas, 2013, Performa, New York


11 - Maison de la Culture du Japon à Paris (15°) proche de la Tour Eiffel
Le Polygraphe théâtre
Texte de Robert Lepage et Marie Brassard 
Mise en scène  Mitsuru Fukikoshi 
Interprétation Kaiji Moriyama (danseur), Midori Laurence Ota, Mitsuru Fukikoshi 
Jeudi 9 et vendredi 10 20h et samedi 11 octobre 16h. En savoir +
La repré­sen­ta­tion du 10 oc­to­bre sera suivie d’une ren­contre avec Mitsuru Fukikoshi.


12 - Jeu de Paume (8°) Foyer niveau -1
Eszter SalamonEszter Salamon 1949 arts plastiques
Du mardi 14 octobre au dimanche 9 novembre. En savoir +
Du mercredi au dimanche 12h-18h30. Mardi 14h-20h30. Entrée libre. 

13 - Théâtre Paul Eluard à Bezons (95) 
Irène Tassembédo Le manteau 
Vendredi 10 octobre, 21h. En savoir +
Navette gratuite Paris(19h45)-Bezons. De la place de l'Étoile. Réservation obligatoire. 
Photo Fido

14 - Opéra national de Paris (9°)
—  Lander / Forsythe    Palais Garnier - Ballet de l'Opéra national de Paris
Harald Lander (Danemark) Études (1948) 
  + William Forsythe Woundwork 1 (1999) et Pas./Parts (1999)
Du samedi 20 septembre au samedi 4 octobre. En savoir +
Les places indiquées entre parenthèses ci-dessous ne bénéficient pas d'une bonne visibilité.
TARIFS :  (10€, 12€, 25€, 45€, 70€), 95€, 110€
20 sep, 4 oct  (10€, 25€, 45€, 70€, 100€), 130€, 160€
26, 27 sep, 3 oct  (10€, 12€, 27€, 49€, 77€), 104€, 121€

—  Anne Teresa De Keersmaeker Rain 
            Palais Garnier - Ballet de l'Opéra national de Paris
Du mardi 21 octobre au vendredi 7 novembre. En savoir +
Les places indiquées entre parenthèses ci-dessous ne bénéficient pas d'une bonne visibilité.
TARIFS : (10€, 12€, 25€, 45€, 70€), 95€, 110€
25 oct, 3 nov (10€, 12€, 22€, 40€, 63€), 85€, 99€
25, 31 oct, 7 nov (10€, 12€, 27€, 49€, 77€), 104€, 121€ 
Capture d'écran Espaces Magnétiques

15 - Le Tarmac (20°)
Salia Sanou Clameur des arènes 
Du mardi 14 au samedi 18 octobre. Photo Marc Coudrais En savoir + 


16 - Maison de la Musique de Nanterre (92)
Kader Attou The Roots  
Vendredi 17 et samedi 18 octobre, 20h30. Facebook 

17 - Musée national des arts asiatiques Guimet (16°) 
Meenakshi Srinivasan 
Danse bharata natyam (Inde du sud)
Accompagnée par K. Hariprasad (chant), Jayashree Ramanathan (nattuvangam), V. Vedakrishnaram (mridangam) et Kodampalli Gopakumar (violon)
Vendredi 24 et samedi 25 octobre, 20h30.

18 - Centre National de la Danse (CND) à Pantin (93)
Danses partagées 
    Samedi 4 et dimanche 5 octobre. en savoir +

— Grande leçon - Colin Dunne. Danse traditionelle irlandaise 
    Jeudi 9 octobre, 19h. en savoir +

— À la Cinémathèque française : Jean-Christophe Averty (en partenariat avec l'INA) 
    Dimanche 12 octobre, 11h30. en savoir +

Yuval Pick Ply 
    Du mercredi 15 au vendredi 17 octobre, 20h30. en savoir +

— Les écrans du CND - Jean-Christophe Averty
    Mardi 21 octobre, 19h. en savoir +

— Grande leçon - Martine Mattox. Jazz
Jeudi 23 octobre, 19h. en savoir +

19 - Bateau le Marcounet (4°) 
Quai de l'Hôtel de Ville 75004 Paris- métro Pont Marie.
Performances culinaires avec Vittoria Scognamiglio et Katia Medici en deux mots trois mouvements 
Les lundis 22 septembre, 20 octobre, 17 novembre et 15 décembre 2014
Réservation indispensable au : contact@hsp-productions  Photo DR



20 - Ménagerie de Verre (11°) 
  Claudia Triozzi   Apéritif performé avec des invités 
Vendredi 3 octobre, 19h. site

21 - [FRASQ] rencontre de la performance 
Du samedi 4 au dimanche 26 octobre. www.frasq.com

« Initié par Le Générateur, la rencontre de la performance FRASQ tente de faire bouger la ligne en invitant plus de 50 artistes plasticiens/nes, danseurs/euses, musiciens/nes, acteurs/trices, poètes, historiens et critiques d’art du 4 au 26 octobre. Résolument à la périphérie (nous sommes à Gentilly), délibérément à la marge (d’événements et de lieux parisiens), la rencontre FRASQ offre une caisse de résonance unique pour toutes les pratiques artistiques transversales. Cette année encore, le pouls des artistes, qu’ils soient jeunes ou plus confirmés, reste « sensible ». Tous reformulent sans relâche le sens du mot « performance » : art à la lisière de la vie, vie à la lisière de l’art. »

Artistes invités :
IAIN BAXTER&, Gwenaël Billaud, Opie Boero Imwinkelried & Agnes Nedregard, Sarah Cassenti, Benjamin Colin, Maeva Croissant, Odonchimeg Davaadorj, Charles Dreyfus, Lotus Eddé Khouri & Christophe Macé, Fantazio, Quentin Faucompré, Jean-Marc Froissart, LES IDIOTES, Sandra Johnston, Katrinamuri, Didika Koeurspurs, Aurore Laloy & Vincent Hindson, Thomas Laroppe, Pascal Lièvre, David Liver, Violaine Lochu, Neil Luck, Mélanie Martinez Llense, David Noir, Ornic’art, Katalin Patkaï & Emilie Faïf, Charles Pennequin, Fabien Pinaroli, Dimanche Rouge, Biño Sauitzvy, SKALL, Alberto Sorbelli, SUN IS COMING, Jeanne Susplugas, Tsuneko Taniuchi, Marion Uguen, Jean-Luc Verna, Sarah Venturi, Vloeistof, Frédéric X LIWER, Elinoar Zakaï-Werbner, Emily Zuckerman & Anatole Couëty, Biño Sauitzvy & les étudiants de l’Université Paris 8, les étudiants de 1ère année de l’ENSAPC (Promotion 2013-2014).

22 - Le Prisme de St-Quentin-en-Yvelines (78)  
BADKE de Koen Augustijnen - Les Ballets C de la B (Gand, Belgique), Rosalba Torres Guerrero & Hildegard De Vuyst. Photos DR
« Badke. Changez quelques consonnes de place et vous arrivez à dabke, la danse populaire palestinienne. 10 jeunes danseurs palestiniens de différentes disciplines (la danse contemporaine, le hiphop, le cirque…) sont partis à la recherche du dabke original et ont confronté cette tradition locale de danse à des éléments de la culture de la danse populaire mondiale. Badke étale la pulsion de vie et l’envie de danse comme des formes de résistance. (...)

 Badke est une inversion pour dire l’esprit de renouveau qui souffle au Proche-Orient. Un mot détourné pour renverser la vision que l’on porte sur cette région. Une sonorité qui claque pour dire l’espoir d’un futur différent que dix danseurs et comédiens palestiniens appellent, de Gaza à Ramallah» 
Vendredi 17 octobre à 21h, durée 1h10. En savoir +  

23 - Les Productions de l'Invisible - Night Partitas Exposure 

                      Les Productions de l'invisible “Night Partitas Exposure"
                                            Conception : Mourad Beleksir
                                              Lundi 6 Octobre 2014. 19H30

 

“Night Partitas” est une suite de Danses de 3h 30 composées sur les 41 mouvements des 6 Partitas pour clavier de Johann Sebastian Bach ." Night Partitas ” sera présenté en Novembre prochain à Paris. “Night Partitas Exposure" est une performance et un moment de ce Projet.
For his new project Mourad Beleksir examines the human desire for connection, the quest for encounter and the yearning for fulfillment in a cosmos of increasingly fleeting concepts of lifestyles, relationships and society. In “Night Partitas "individuals search for meaning, fulfillment, the next kick, connection with one another – they encounter each other, they lose each other and they find each other. The figurative forms and patterns of movement in Mourad Beleksir’s choreography, which can rapidly switch from brute strength to closeness, intimacy and vulnerability, tell in a different language how this world leaves its marks on the human body…
Le Rap apparaît aussi à ses auditeurs et aux employés qui le fabriquent comme un monde. Et comme le monde, c'est fascinant. Dans le Rap le fétichisme va peu là où on le montre, c'est­ à­ dire aux sons, aux machines ou aux vedettes : c'est l'argent qui fascine, il y circule si vite qu'on a du mal à comprendre comment quelque chose d'aussi lent, d'aussi figé qu'une valse de Strauss pouvait tourner la tête. L'argent est le rythme du Rap. La jeunesse et le succès sont sa beauté, et des organisations d'escrocs plus véloces et féroces que beaucoup de polices d'Etat font sa loi. Dans le Rap, tout brille, même la misère : c'est un monde de passions, d'aventures, de fortune, de travail volontaire, d'exploitation insensée, d'usure accélérée. C'est un monde qui promet tout au spectateur qui n'a rien. Tout ce qui est Rap est tolérable. .
Conception : Mourad Beleksir
Joueurs : Pascale Degli Esposti, Pierre Brunet, Stefanie Rapin, Thu-Anh Nguyen, Martial Degli Esposti, serge Louis Fernand, Mr Learn, Roman Testud. Avec la participation d’Ophélie et d’Amina du Club de prévention du Val Maubué.  http://lesinvisibles.com

Avec l'aide du C.N.D (accueil studio).
Remerciement: Conservatoire de Vitry/seine.
Le 100 - Etablissement Culturel Solidaire Paris . CPVM du Val Maubué. 
Durée 1h. uniquement sur réservation : contact@lesinvisibles.com

dimanche 28 septembre 2014

Communiqué du Comité de suivi de la réforme de l’intermittence : toujours pas de réelle concertation

Paris, le 25 septembre 2014

Intermittents : toujours pas de réelle concertation

La concertation sur l’intermittence mise en place par le Premier ministre n’a toujours pas commencé.

Chaque organisation a pu exprimer ses positions au cours des séances de travail depuis début juillet, mais, en l’absence de méthode, de calendrier et de moyens, l’élaboration de solutions communes n’existe pas.

Au-delà de la séance plénière du 2 octobre, aucun plan de travail n’a été fixé. L’aboutissement de cette concertation avant la fin de l’année semble irréaliste, le travail d’expertise n’ayant même pas commencé. Dans ces conditions, comment « parvenir à un diagnostic partagé et à une refondation durable du système », tel que le souhaite la Ministre de la Culture dans son interview au Monde du 24 septembre ?

Le Comité de suivi de la réforme de l’intermittence rappelle qu’il défend depuis dix ans le seul modèle alternatif au système en vigueur, un contre-modèle juste et pérenne.

Les parlementaires du Comité de suivi restent extrêmement vigilants quant à l’aboutissement de cette concertation. A défaut, ils sauront prendre leurs responsabilités.

Nos exigences doivent enfin être prises en compte. La nécessité d’aboutir n’a jamais été aussi impérieuse.

En attendant, la mobilisation continue dès le 1er octobre avec une journée nationale de grève, à laquelle se joint le Comité de suivi.

Parlementaires membres permanents du Comité de suivi : Danielle Auroi (députée écologiste), Fanélie Carrey-Comte (députée socialiste), André Chassaigne (député communiste), Karima Delli (députée européenne écologiste), André Gattolin (sénateur écologiste), Laurent Grandguillaume (député socialiste), Pierre Laurent (sénateur communiste), Noël Mamère (député écologiste) 

Organisations membres du Comité de suivi : Coordination des Intermittents et Précaires, Fédération des Arts de la rue, Fédération CGT Spectacle, collectif des Matermittentes, les Monteurs Associés, Recours Radiation, Société des Réalisateurs de Films, SUD Culture Solidaires, SUD Spectacle, Syndicat du Cirque de Création, Syndicat des Musiques Actuelles, SYNAVI, SYNDEAC, TIPPI (Truquistes Infographistes de la Post-Production Image associés), UFISC, Union des Créateurs Lumière

Intermittents - « On en est où ? » Réponse de Samuel Churin

Le président du Medef, Pierre Gattaz, sur le perron de Matignon, le 29 janvier 2014


Beaucoup nous demandent : « On en est où ? ». Question courte mais la réponse pourrait prendre des heures. Pour résumer : Valls met en place une « concertation » censée mettre à plat le régime de l’intermittence. 

Quatre tables rondes sont organisées au mois de juillet, nous y participons de manière offensive, mettant en avant nos propositions. 

Plusieurs points essentiels sont abordés :
- Pôle Emploi et Pôle Emploi Service sont des zones de non droit. Des dossiers sont bloqués sans preuve, les chômeurs stigmatisés et considérés à priori comme des fraudeurs, des contrôles mandataires exercés sur les plus faibles structures sans aucune raison objective, tout est fait pour priver de droits les 4 chômeurs sur 10 encore indemnisés
- Le GUSO n’échappe pas à ce constat : des règles inventées au quotidien pour que des heures travaillées et déclarées ne soient pas comptabilisées dans les 507 h
- Nous voulons des droits pour les congés maternité et maladie, des règles adaptées à la discontinuité
- Nous voulons un modèle d’indemnisation redistributif, mutualiste et non assuranciel. Pour rappel ce sont les exclus du régime qui financent les assedics versés aux salariés à haut revenus. Pour cela, revenir sur un principe de date anniversaire, 507 h, 12 mois. Nous demandons à avoir les chiffres de l’unedic, que les simulations soient vérifiées par nos experts. Pour cela, travailler à partir des fichiers source est indispensable. Sinon nous subirons toujours les mensonges des publications de l’Unedic qui, je le rappelle, est au service du Medef.
- Nous avons remis en cause ce paritarisme. Il faut le crier haut et fort : le dialogue social dont on nous parle tous les jours n’existe pas : le Medef a 50% des voix, aucun accord ne pourrait être signé sans lui. Il a donc de fait un droit de Veto. Pas étonnant que tout se passe dans ses locaux selon sa feuille de route. 

Suite à cela, il est décidé de reprendre à la rentrée sous forme de table de travail. Le 18 septembre nous étions invités à participer à 2 « ateliers » en parallèle :
- Protection sociale : Congés maternité, maladie, retraite
- Rapports avec Pôle emploi, Pôle emploi service, guso

Nous avons décidé de mandater celles qui avaient le plus travaillé ces questions à savoir :
- Collectif « les matermittentes » pour l’atelier sur la protection sociale
- Recours Radiation (association d’aide aux chômeurs) pour l’atelier Pôle emploi


Une fois de plus, ces ateliers ne sont pas du tout à la hauteur de l’enjeu. Nous avons d’abord demandé à ce qu’ils soient prolongés, comment évoquer tous les problèmes en 3 heures ? Et bien non, on en restera là. Pour résumer, il n’y a absolument aucune volonté de régler tous ces problèmes. Ou plutôt on cherche à colmater des énormes entailles avec du sparadrap. Les éléments de réponse éventuellement apportés sont inacceptables, des micro mesures par ci par là. Nous n’avons toujours pas les fichiers de l’Unedic, et lorsqu’il est demandé à Jean-Patrick Gille : « Peut-on savoir quand la comparaison des modèles d’indemnisation aura lieu, sur quelles bases, avec quel fichier ? », sa réponse est « Je n’ai pas à répondre à vos injonctions ». De plus, nous allons clairement vers un petit toilettage pour éteindre le feu : le différé d’indemnisation annulé et financé par l’état provisoirement sera certainement prolongé. Il faudra anticiper cette fausse bonne nouvelle. Nous aurons à rappeler que le problème de fond n’est pas du tout celui-là, que nous avons des propositions justes, qu’une aide de l’état est toujours discrétionnaire et peut disparaître du jour au lendemain, que nous sommes contre le début d’une caisse autonome mais pour de vrais droits collectifs.

Ces tables rondes mettent en avant le fond du débat : le dossier est politique et il exige une réforme en profondeur. Une grande réforme de société. Nous vivons dans un monde pensé pour l’emploi stable. Il faut cependant rappeler que les chômeurs à activités réduites sont passés de 500 000 à 1,7 millions en 20 ans, 86% des embauches se font en CDD, l’intermittence n’est pas réservé au secteur du spectacle, l’intermittence de l’emploi touche tout le monde. L’inadaptation de notre monde à la discontinuité, voilà l’enjeu. Et cette phrase est une cruelle réalité pour les malades et femmes enceintes non couverts par la sécu parce que non indemnisés par l’assurance chômage. Nous ne nous en sortirons pas avec notre petite réserve d’indiens, stigmatisés comme privilégiés et bénéficiaires d’un régime trop généreux. Après avoir démontré qu’un intermittent du spectacle ne coutait pas plus cher qu’un autre chômeur, que notre déficit n’en était pas un, qu’il fallait arrêter de baisser la tête sur le thème des privilèges, il faut affirmer qu’il n’y a pas de honte à travailler de manière discontinue. Cette intermittence, choisie ou subie, doit être couverte. Les droits doivent être attachés à la personne. Contrairement aux idées reçues, donner des droits aux précaires, c’est aussi renforcer les droits pour les salariés à l’emploi stable. Que se passe t-il actuellement ? Les salariés en CDI savent qu’une armée de réserve peut prendre leur place. Ainsi, toutes les conditions sont acceptées et gare à celui qui discute. Oui, la règle est simple : moins il y a de droits pour les chômeurs, plus le lien de subordination (celui qui lie un employeur au salarié) est important. On comprend mieux pourquoi le Medef tient absolument à garder la main mise sur l’assurance chômage, il met en place son projet avec la complicité de tous les gouvernements. Pour rappel sur les 50 milliards d’euros d’économie en 3 ans du pacte de responsabilité, 2 milliards sont prévus pour l’assurance chômage. Autrement dit cette économie sur le dos des pauvres a été conjointement décidée par Hollande et le Medef. Et ces réformes ne provoquent aucun remous pour une raison principale : la refondation sociale dictée par le Medef à savoir des domaines réservés (comme la gestion de l’Unedic) sur lesquels il est clairement demandé aux politiques de ne pas intervenir. Ainsi nous vivons dans un monde où des dirigeants politiques parlent de plein emploi et ont des recettes pour cela. Comment peuvent-ils penser que leurs promesses sont crédibles ? Qui peut croire que 6 millions d’emplois stables seront créés ? Pourquoi ce dictat de l’emploi à tout prix ? Nous ne cesserons de rappeler que 6 intermittents sur 10 tout comme 6 chômeurs sur 10 ne sont pas indemnisés. Imaginons 6 malades sur 10 non couverts par la sécurité sociale ! Nous, intermittent du spectacle, savons à quel point la continuité de revenu sur une discontinuité d’emploi est un enjeu majeur. Nous nous devons de porter ce débat haut et fort, nous devons partir de notre expérience et convaincre, nous devons nous battre pour une société adaptée à nos pratiques. 


Oui nous devons continuer à participer à cette concertation, et nous continuerons à exiger des réponses. Mais ne nous voilons pas la face : nous n’obtiendrons rien sans un grand mouvement national. Alors mobilisons-nous autour des questions suivantes, qui pourraient être des slogans à marteler partout :
- Le dialogue social n’existe pas
- 10 chômeurs sur 10 doivent être indemnisés
- Des droits adaptés à la discontinuité de l’emploi
- Faisons de l’assurance chômage un grand enjeu national

Samuel Churin [21 septembre 2014]