lundi 16 octobre 2017

Didier Eribon : « Pourquoi je n'assisterai pas à l'inauguration de la Foire du Livre de Francfort par Emmanuel Macron »

Source : Facebook de Didier Eribon (sociologue et écrivain)
Didier Eribon
La France est cette année l’invitée d’honneur de la Foire du livre de Francfort, et la presse allemande consacre de nombreuses pages à ce qui s’écrit et se publie aujourd’hui en langue française. A cette occasion, la cérémonie d’inauguration, mardi 10 octobre, réunira la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président de la République française, Emmanuel Macron.

En ouvrant le message par lequel les organisateurs m’adressaient un carton d’invitation, un « Admisson Ticket Gold » pour « Guest of Honour », j’ai décidé de ne pas y assister. Je ne m’imagine pas en effet, le regarder et l’entendre discourir sur l’Europe et la culture, au moment où lui – et Merkel – détruisent patiemment les conditions de la création culturelle et les possibilités d’accès à celle-ci en Europe. Il serait bien étrange pour moi – et politiquement impensable – d’être présent à une cérémonie au cours de laquelle Macron inaugurera le pavillon français à Francfort, alors que chacune de ses décisions, chacune de ses réformes met en danger tout ce qui peut constituer le fondement d’une culture européenne. 

Le néo-libéralisme économique et le conservatisme autoritaire ne sont guère compatibles avec le développement et la diffusion de la culture, encore moins avec les principes fondamentaux d’une éthique de la culture.

Or c’est bien l’idéologie économique néo-libérale la plus caricaturale que défend et applique Macron actuellement. Il s’attaque aux protections qu’offrait le droit du travail afin de rendre plus facile les licenciements des travailleurs, et accroître ainsi la dépendance des salariés à l’égard du patronat. Ce qui va augmenter la précarité. Il s’attaque aux droits des chômeurs et au système des retraites. Et les mesures fiscales qu’il s’apprête à mettre en œuvre vont très largement profiter aux plus riches. C’est une redistribution à l’envers : prendre aux pauvres pour donner aux riches (même un journal comme Le Monde, qui l’a si activement soutenu pendant la campagne pour l’élection présidentielle, consacre désormais ses gros titres de « une » à cette étrange politique dont les objectifs explicites sont d’enrichir les riches). On va donner aux riches en multipliant des mesures telles que la suppression de l’Impôt sur la fortune. Et pour financer ce transfert d’argent vers les plus riches, afin, selon leur dogme idéologique, de favoriser la reprise économique qui finira bien par profiter à tous (quelle écœurante plaisanterie), on va prendre cet argent chez les plus démunis : prendre aux étudiants, en diminuant les aides au logement ; prendre aux retraités en augmentant les prélèvements mensuels sur leurs pensions, prendre aux fonctionnaires en bloquant leurs augmentations de salaire…. Tout cela aura pour seul effet d’accroître encore les inégalités, déjà insupportables, et même indécentes.

Je pourrai évoquer tant d’autres exemples : la baisse programmée du nombre de fonctionnaires, ou la situation effarante des hôpitaux publics qui ne peuvent fonctionner que grâce à l’extrême dévouement – jusqu’à l’épuisement – de toutes celles et de tous ceux qui soignent les malades. On peut aussi mentionner l’attaque sans précédent contre le financement du logement social.

Et Macron qui ne cesse d’afficher son mépris de classe à l’encontre des travailleurs, de « ceux qui ne sont rien » qu’il aime à opposer à « ceux qui réussissent », ne se prive jamais d’insulter ceux qui protestent contre sa politique, les syndicalistes, les manifestants, qu’il a osé traiter de « fainéants ». Tout ceci m’inspire un profond sentiment de dégoût, de colère, de révolte.

Et que dire de la manière dont les autorités françaises, la police française, se comportent à l’égard des migrants. Toutes les associations qui aident à l’accueil des migrants dénoncent jour après jour les brutalités policières : la police leur vole leurs couvertures, les arrose de gaz lacrymogènes, coupe les robinets d’eau au beau milieu de la canicule, ferme les cabines de douche, interrompt les consultations médicales… Et ceux qui se souviennent des belles paroles de Macron à la tribune de l’ONU appelant à traiter dignement les migrants et les réfugiés savent quel gouffre existe entre ce qu’il dit et ce qu’il fait. Ou plus exactement : savent que, dans ce domaine, ce qu’il fait est le contraire exact de ce qu’il dit.

Mais puisqu’il va s’agir demain de la « culture », je voudrais insister sur les coupes budgétaires dans les crédits de l’enseignement, et notamment de l’enseignement supérieur et de la recherche. Le nombre de postes ouverts au recrutement dans les universités ou les organismes de recherche ne cesse de baisser. Les universités se retrouvent débordées par l’afflux des étudiants, et n’ont pas les moyens de faire face à cette situation catastrophique. Pendant ce temps-là, le circuit des Grandes écoles (situé en dehors de l’université pour tous, et où seuls les enfants de la bourgeoisie peuvent suivre leurs études) continue de privilégier les privilégiés : l’argent va à ceux qui en ont et, par le moyen du capital culturel, le capital retourne au capital.

La culture n’est pas un domaine autonome. Et l’on ne peut pas appartenir au champ culturel et rester indifférent aux régressions économiques, politiques, sociales ou faire comme s’il s’agissait de questions différentes. On l’a vu de manière exemplaire avec les conséquences de la gestion autoritaire et néolibérale de la crise de la dette, notamment en Grèce : une bonne partie de la population grecque réduite à la misère, les plus jeunes contraints à l’exil, et les plus âgés au désespoir et parfois jusqu’au suicide. En Grèce, et dans tant d’autres pays européens, les maisons d’édition sont menacées dans leur existence même, les librairies ferment, car les lecteurs ne peuvent plus acheter les livres. Et partout, partout, partout, ce sont tous les secteurs de la culture, toutes les activités culturelles qui doivent faire face à des difficultés majeures, en raison de la baisse des subventions publiques, mais aussi en raison de la précarisation générale de la population et donc des publics potentiels de la culture, et donc des métiers de la culture. 

Ce mélange de néo-libéralisme économique sans frein et de politique répressive caractérise la présidence Monsieur Macron, depuis qu’il est arrivé au pouvoir, en grande partie grâce aux électeurs de gauche qui n’avaient sans doute pas d’autre choix, mais qui ne désiraient assurément pas ce qui est en train de se passer. On ne leur demande pas leur avis, et on les insulte quand ils prennent la liberté de le donner. Oui, cette politique fait peser une lourde menace sur la culture, sur les libertés, et même sur la civilisation.

Je suis un européen convaincu. Je suis favorable à l’Europe. Je suis favorable à plus d’Europe. A une Europe sociale – c’est-à-dire une Europe des droits sociaux, celle de la solidarité sociale, celle du welfare state -, à une Europe culturelle, à une Europe intellectuelle, littéraire, artistique... A une Europe ouverte. Ce qui revient à dire que je ne veux pas de l’Europe que nous prépare Macron. Celle de la précarisation et de la fragilisation du monde du travail, celle de la mise en péril de la culture, celle de la brutalité policière contre les migrants… Bref, celle de la violence économique et sociale.

Président mégalomane et narcissique, président insultant et méprisant, Macron aime faire de beaux discours et se lancer dans de grandes envolées lyrico-mystiques. La vérité est plus sombre, plus inquiétante : démolition du droit du travail et des protections des travailleurs, régression sociale, destruction des services publics, appauvrissement généralisé, précarisation, répression, violences policières…

Et l’on voudrait que j’aille le regarder ? que j’aille l’écouter ?? Et peut-être aussi que je l’applaudisse ???

Eh bien, NON.

NOT MY PRESIDENT

Ce texte paraît simultanément en allemand sur le site de Süddeutsche Zeitung et dans l'édition imprimée du mardi 11 octobre.

samedi 30 septembre 2017

Talking Heads (USA), Memories Can't Wait

From their 1979 album Fear Of Music
Do you remember anyone here?
No you don't remember anything at all
I'm sleeping, I'm flat on my back
Never woke up, had no regrets
There's a party in my mind
And I hope it never stops
There's a party up there all the time
And they'll party till they drop
Other people can go home
Everybody else can split
I'll be here all the time
No, I can never quit
Take a walk through the land of shadows
Take a walk through the peaceful meadows
Don't look so disappointed
It isn't what you hoped for, is it?
There's a party in my mind
And I hope it never stops
I'm stuck here in this seat
I might not stand up
Other people can go home
Other people they will split
I'll be here all the time
No, I can never quit
Everything is very quiet
Everyone has gone to sleep
I'm wide awake on memories
These memories can't wait
These memories can't wait
These memories can't wait
These memories can't wait

These memories can't wait
These memories can't wait
These memories can't wait

jeudi 28 septembre 2017

Décès d'un fondateur de la danse contemporaine, Jaque Chaurand, à 89 ans

Jaque Chaurand en 1976, Photo DR ©
Le danseur Jaque Chaurand, Photo DR ©
Jaque Chaurand, Photo  DR ©

Le danseur et chorégraphe français Jaque Chaurand, né le 2 juin 1928, s'est éteint ce vendredi 22 septembre à l'hôpital à l'âge de 89 ans. La danse contemporaine perd une personnalité exceptionnelle, qui a participé de façon décisive à sa fondation. Il est en effet à l'origine d'une manifestation qui va marquer les années 70 et 80, Le Ballet pour Demain, appelée communément Concours de Bagnolet. Venant de la danse classique, il est cependant ouvert aux formes nouvelles. Celui qui n'aime pas les concours va en fonder un. C'est qu'il sent que (seule ?) cette forme est susceptible de mobiliser des énergies en faveur de la danse, alors parent pauvre des politiques culturelles, aussi bien des collectivités territoriales que de l'État, afin d'en élargir son auditoire et son assise sociale. Son intuition va se révéler très pertinente. Faute de pouvoir le faire à Paris, c'est la ville communiste de Bagnolet, commune limitrophe à l'est de la capitale qui l'accueille, mais dans un gymnase. Fondé en 1969, le concours est annuel et va durablement marquer les danseurs et les chorégraphes ainsi que le public qui s'y réunissent dans une ambiance passionnée et survoltée. La dernière édition se déroule en 1985, à l'issue de laquelle il est contraint de quitter brutalement la direction. Il prend alors ses distances avec le milieu de la danse contemporaine. 

Parmi les lauréats les plus connus on peut citer : en 1976 Dominique Bagouet et Jean-Claude Gallotta, en 1977 Reinhilde Hoffman, Karine Saporta, Matt Mattox et Jacqueline Robinson, en 1978 Maguy Marin, Alejandro Witzmann-Anaya et Dominique Boivin, en 1979 Christine Gérard et Jean Gaudin, en 1980 François Verret, en 1981 Joëlle Bouvier, Régis Obadia, Elinor Ambash, Régine Chopinot et Dominique Brun, en 1982 Josette Baïz et Daniel Larrieu, en 1983 Philippe Decouflé, en 1984 Catherine Diverrès, Bernardo Montet, Mark Tompkins et Claude Brumachon, en 1985 Pierre Doussaint, Isabelle Dubouloz, Mathilde Monnier, Alain Rigout et Angelin Preljocaj (liste complète des primé-e-s ICI).

Jusqu'au bout, Jaque Chaurand aura été très actif, aimant voyager notamment, de la Finlande à la Norvège, du Maroc au Japon, du Brésil à l'Irlande en août dernier. Il a été incinéré ce jeudi 28 septembre en début d'après-midi en banlieue parisienne dans l'intimité familiale. 
Fabien Rivière

Vue extérieure du gymnase, 1982, Photo DR ©
Le gymnase, dernières minutes avant le début du concours, Photo DR ©
1978, Remise des prix : (de gauche à droite) Jaque Chaurand, Daniel Mongeau (Maire-adjoint de Bagnolet),
Maguy Marin, Alexandro Witzmann-Anaya, Dominique Boivin, Photo Noak Carrau ©
1984, Remise des prix : (de gauche à droite) Catherine Diverrès, Bernardo Montet, Mark Tompkins, 
Jaque Chaurand, Claude Brumachon, Igor Eisner (Ministère de la Culture), Jean-Claude Gabin 
(Maire adjoint de Bagnolet chargé de la Culture), Photo Noak Carrau ©
1976 : Françoise Giroud, secrétaire d'État à la Culture, discutant avec Jaque Chaurand, à Pont-à-Mousson
(nord-est de la France, département de la Meurthe-et-Moselle, région Lorraine), Photo DR ©

lundi 25 septembre 2017

Moreno Perna, Strip-Teaser XYX (bande-annonce)

Moreno Perna est actuellement danseur dans la pièce de 24 heures de Jan Fabre, Mount Olympus ICI. Il présente sa nouvelle création, Strip-Teaser XYX, qui a été créée le 17 septembre à Anvers (Belgique), le 14 et le 15 octobre au Dansmakers Podium à Amsterdam (Pays-Bas) à l'invitation de Dansmakers Amsterdam ICI. La pièce sera présentée prochainement dans d'autres villes des Pays-Bas ICI (à Tilburg, Arnhem, Utrecht, Nijmegen, et de nouveau Amsterdam).
 Portrait de Moreno Perna 
PRÉSENTATION : Where XX and XY, the two sex chromosomes which distinguish a man from a woman, become fluid, is where Moreno Perna’s show XYX comes into being. His one-man play leads us from the clichéd image of a woman as a sensual body to an androgynous creature. Moreno believes that ‘gender’ cannot be deconstructed, only transcended, and in that zone a fluid sensation is created that goes beyond the division between what is male and what is female in our culture. Rather than a message to the spectator, it is a gentle appeal to everything that is both male and female in the spectator.

Di-Meh (Suisse), Smooth + Focus

Pierre Henry (France), Psyché Rock + Fatboy Slim (Royaume-Uni) Psyche Rock

Psyché Rock, extrait de l'album Messe pour le temps présent (1967), en collaboration avec Michel Colombier, commande de Maurice Béjart.

Deee-Lite (New York), Groove Is In The Heart

9° morceau du premier album de Deee-Lite, World Clique, publié en 1990.

jeudi 21 septembre 2017

OrelSan, Basique

Hommages à Alain Buffard (1960 - 2013)

Alain Buffard, Photo Isabelle Meister

À l'occasion du dépôt au Centre national de la danse (CND) à Pantin (France), des archives du danseur et chorégraphe français Alain Buffard, décédé le 21 décembre 2013 à 53 ans du Sida dans sa commune natale de Les Rousses dans le Jura (notre article ICI), un ensemble d'événements sont organisés par le CND à Paris et à Lyon, auquel se joint le Centre Pompidou qui présente un spectacle à Paris. Mais il y a aussi Nîmes, Montpellier, Toulouse, Rennes, Bordeaux et Uzès pour la France et Bruxelles pour la Belgique (cf. le site de la compagnie pour les détails ICI

À Paris, cet hommage est composé de la reprise de trois pièces emblématiques (Good Boy, Mauvais Genre et Les Inconsolés), d'un colloque, d'une exposition, de deux installations sonores et d'une installation vidéo, d'un concert de Vincent Ségal et d'un solo de Pauline Le Boulba.

Alain Buffard dans Good Boy, Ménagerie de Verre, Paris, Photo Marc Domage

On peut aussi indiquer qu' Elisabeth Lebovici, longtemps journaliste à Libération dans le domaine des arts plastiques, vient de publier un ouvrage, Ce que le sida m'a fait, sous-titré Art et activisme à la fin du XX° siècle (éditions JPR Ringier, ICI), qui comporte un chapitre intitulé Good Boy, du nom de cette pièce d'Alain Buffard créée en 1998.
Fabien Rivière
> Site du CND


EXPOSITION    Buffard rembobine ! 
Du mercredi 4 octobre au vendredi 15 décembre, Gratuit, 10h>19h 
entrée libre, ouvert du lundi au vendredi 10h30 > 19h, vernissage vendredi 6 octobre, 18h; ouvert jusqu’au début de la représentation chaque soir de spectacle, ouverture exceptionnelle : samedi 7 octobre, 14:00 > 20:30 dimanche 8 octobre, 14h > 20h, fermeture exceptionnelle 1er novembre

SPECTACLE  Good Boy
Du mercredi 4 au dimanche 8 octobre 

INSTALLATIONS SONORES  The music roomUn murmure suspendu 
Du mercredi 4 au vendredi 13 octobre, par Ève Couturier & Jean-Jacques Palix 

INSTALLATION VIDÉO    Buffard interprète
Du mercredi 4 au vendredi 13 octobre  

SPECTACLE  Mauvais genre
Du jeudi 5 au samedi 7 octobre  

COLLOQUE Alain Buffard
Du vendredi 6 au dimanche 8 octobre
——— vendredi 6 octobre - 11h > 17:30 C’est très fastidieux d’être toujours le même
Intervenants :
Baron Buffard, résister aux tendances de l’histoire et de la mémoire, par François Frimat
Scintillement de surface. Le vacillement de la subjectivité dans la chorégraphie d’Alain Buffard par Noémie Solomon
Fictionner dans Dispositifs 3.1 par Pauline Le Boulba
En (dé)marche. Alain Buffard, politique par Lucille Toth
Good boy, good boy, good boy, well done par Élisabeth Lebovici
Être interprète pour Alain Buffard par Olivier Normand
Vernissage de l’exposition Buffard rembobine !, présentation des films par Marcella Lista
——— samedi 7 octobre - 14h > 17:30 — Histoires parallèles
Buffard avant Buffard par Mélanie Papin
Les Inconsolés, théâtralité et lyrisme par Frédéric Pouillaude
Politiques de l’esthétique chez Alain Buffard : transdisciplinarité, queerisation et créolisation dans Tout va bien et Baron Samedi par Anne Pellus
Le chevalier désenraciné. Alain Ménil, du sida à la créolisation par Pierre Lauret
Entre formalisme et post-colonialisme par Zahia Rahmani
———dimanche 8 octobre — 14h > 18h — Le mouvement du coude
Good Boy, une politique de l’intime par François Maurisse
We lost the night, la dernière pièce d’Alain Buffard (titre provisoire) par Thibaud Croisy
Table ronde Alain Buffard et les arts visuels avec Marie Muracciole, Marcella Lista, Bernard Blistène
Intervention de Daniel Larrieu
Table ronde Renconstruire les pièces d’Alain Buffard avec Cathy Bouvard, Matthieu Doze, Fanny de Chaillé, Enora Rivière
Conclusion du colloque par Lou Forster

SPECTACLE de Pauline Le Boulba, La Langue brisée (3)
Du vendredi 6 au samedi 7 octobre, durée 30 minutes

CONCERT de Vincent Ségal
Dimanche 8 octobre grand studio durée 60 minutes 
entrée libre sur réservation avec la participation de Miguel Gutierrez

SPECTACLE Les Inconsolés  hors les murs au Centre Pompidou
Du jeudi 12 au samedi 14 octobre En savoir +

mardi 19 septembre 2017

Agenda Danse et performance - Paris et sa région - Octobre 2017

1  —  Théâtre Gérard-Philipe - Saint-Denis
2  —  Le Tarmac
3  —  La Commune centre dramatique national d'Aubervilliers 
4  —  Théâtre de la Ville au Théâtre du Rond-Point 
5  —  Théâtre de la Ville - Espace Pierre Cardin
6  —  Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, Scène nationale 
7  —  CentQuatre
8  —  Le Monfort
9  —  Théâtre de la Ville - Les Abbesses 
10  —  Centre Pompidou
11  —  Palais de la Découverte 
12  —  Foire internationale d'art contemporain - FIAC
13  —  TND Chaillot
14  —  Théâtre Antoine
15  —  Nuit Blanche
16  —  Opéra national de Paris 
17  —  Le Générateur - Gentilly 
18  —  Bobino
19  —  Point Ephémère
20  —  L'Onde, Vélizy-Villacoublay
21  —  L’-Théâtre des Louvrais, Pontoise
22  —  Atelier de Paris Carolyn Carlson
23  —  Les Folies Bergère
24  —  Centre culturel suisse de Paris
25  —  Étoile du Nord
26  —  Théâtre des Champs-Élysées
27  —  Théâtre de Châtillon
28  —  Arcueil - Créteil - Paris
29  —  Théâtre de la Bastille
30  —  ZOA - Zone d'Occupation Artistique



1  —  Théâtre Gérard-Philipe (TGP), Saint-Denis (93), 
La Belle Scène Saint-Denis au TGP
[à l'origine présenté au Festival d'Avignon Off 2017] Danse et Théâtre. 
Danse : 
— samedi : Satchie Noro  mA (création en cours)  Sandrine Lescouran Icône (extrait)  
— dimanche : Sylvère Lamotte Ruines (extraits)
+   Mickaël Phelippeau   Juste Heddy (création en cours) NOTRE ARTICLE > ICI
Samedi 7 et dimanche 8 octobre. Photo Fabien Rivière En savoir + 


2  —  Le Tarmac (20°) 
  Dave St-Pierre   (Québec) Néant    Vivement conseillé
Du mercredi 11 au samedi 14 octobre. Photo Alex Huot En savoir + 


3  —  La Commune centre dramatique national d'Aubervilliers (93)
   Jérôme Bel     Disabled Theater      
 Vivement conseillé
Du vendredi 6 au lundi 9 octobre. En savoir + 
Dans le cadre du Portrait Jérôme Bel. En savoir +
À VENIR au Théâtre de la Ville - Espace Pierre Cardin du 3 au 6 novembre En savoir +
— Rendez-vous mensuel avec Jérôme Bel, dim. 22 octobre 16h (et 26 nov.). En savoir + 

Photo Michel Bause


4  —  Théâtre de la Ville au Théâtre du Rond-Point (8°)

   Jérôme Bel     Gala       Vivement conseillé
Du mercredi 4 au dimanche 15 octobre. En savoir + 
Dans le cadre du Portrait Jérôme Bel.  En savoir + 
Photos (haut) Photo Bernhard Müller - (bas) José Frade  


5  — Théâtre de la Ville - Espace Pierre Cardin (8°) 
   Jérôme Bel     Cédric Andrieux    solo   Conseillé
Du vendredi 20 au dimanche 22 octobre. En savoir +   
Dans le cadre du Portrait Jérôme Bel. Photo Caselli Nirmal En savoir + 

Au Studio : Mustafa Kaplan & Filiz Sizanli Taldans  Dolap 
Du jeudi 19 au dimanche 22 octobre. Photo Isabelle Meister  En savoir + 
 


6  —  Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, Scène nationale (78)
  Hofesh Shechter   Grand Finale
Vendredi 29 et samedi 30 septembre. En savoir +  >   NOTRE ARTICLE ICI  

   Jérôme Bel     Cédric Andrieux    solo    Conseillé
Du mardi 17 au jeudi 19 octobre. En savoir +
Dans le cadre du Portrait Jérôme Bel.  En savoir + 


7  —  CentQuatre (19°)
FOUS DE DANSE 
Une initiative de Boris Charmatz 
GRATUIT. Dimanche 1er octobre 12h - 22h. En savoir +



8  —  Le Monfort (15°)
Dorothée Munyaneza Unwanted     Conseillé
Du mercredi 18 au samedi 21 octobre. Photo Bruce Clarke  En savoir +
À VENIR au Centquatre du 28 nov. au 1 déc. + Théâtre du Fil de l’eau, Pantin, 24 nov.


9  —  Théâtre de la Ville - Les Abbesses (18°)
Akram Khan [danse] et Sue Buckmaster [metteur en scène]  Chotto Desh à partir de 7 ans
Du mardi 24 octobre au mardi 4 novembre. En savoir + 


10  —  Centre Pompidou (4°)
Mette Ingvartsen  to come (extended)
Du jeudi 5 au dimanche 8 octobre. Photo Jens Sethzman En savoir + 

   Alain Buffard    (1960-2013)     Les Inconsolés
Du jeudi 12 au  samedi 14 octobre. Photo Marc Domage En savoir +

  Christian Rizzo   Comme crâne comme culte     performance 
Dimanche 22 octobre 14h et 17h. Avec la FIAC. En savoir +

Gerard & Kelly  Timelining    performance 
Du vendredi 20 au dimanche 22 octobre, de 11h à 21h. En savoir + 
Avec la FIAC (Foire int. d'art contemporain). Autre programme: Lieu n° 11 ci-dessous. 


11  —  Palais de la Découverte (8°)
Gerard & Kelly  Timelining    performance 
Mercredi 18 octobre 18h30. Gratuit.  En savoir + 
Autre programme: Lieu n° 10 ci-dessus. 


12 — Foire internationale d'art contemporain (FIAC) 
        PARADES FOR FIAC      performances  19-22 octobre En savoir +
Gerard & Kelly (Usa) State of Mercredi 18 octobre 18h30  Palais de la Découverte
Dimitri Chamblas & Boris Charmatz A bras-le-corps Jeudi 19 octobre 16h  Grand Palais
Violaine Lochu Superformer(s) #3 Jeudi 19 octobre 18h30  Palais de la Découverte
Raphaëlle Delaunay Jeudi 19 octobre 19h30 Musée de la Chasse et de la Nature
Ivo Dimchev Songs and Book Jeudi 19 octobre  20h  Palais de la Découverte
(haut) Ivo Dimchev - (bas) Trisha Brown Photos DR
Trisha Brown Dance Company Rogues & Locus Solo Ve. 20 oct. 14h & 16h  Petit Palais
Trisha Brown Dance Company Samedi 21 octobre midi & 14h Musée de l'Orangerie
Trisha Brown Dance Company Dimanche 22 oct. 20h30 Auditorium du Musée du Louvre
Gerard & Kelly (Usa)  Timelining Vendredi 20 octobre 18h-21h Centre Pompidou
Lionel Estève Une nuit sans sommeil Ve. 20 octobre 18h30 & 21h  Palais de la Découverte
Jeremiah Day The chair remains empty / but the place is set Ve. 20 oct. 19h30 P. de la Découverte
François Chaignaud & Marie Caroline Hominal Duchesses Ve. 20 octobre 21h Jardin du Petit Palais
David Wampach CASSETTE-DUET Samedi 21 octobre midi  Petit Palais
Christian Rizzo Comme crâne, comme culte Sa. 21 oct. 18h30 & 21h30 P. de la Découv.
Nicolas Paul POUR UN ABÎME Samedi 21 octobre 20h30 Palais de la Découverte
Robert Whitman Samedi 21 octobre 20h30  Auditorium du Musée du Louvre
Marie José Arjona Liberté Dimanche 22 octobre 17h Auditorium du musée du Louvre
Lina Lapelyte Candy Shop - the Circus Dimanche 22 oct. 19h30  Palais de la Découverte


13 — TND Chaillot (16°)
Blanca Li  Solstice
Du jeudi 21 septembre au vendredi 13 octobre. En savoir + 

Anne Nguyen  Kata 
Du mercredi 11 au vendredi 20 octobre. En savoir +

    Boris Charmatz    10000 gestes
 Du jeudi 19 au samedi 21 octobre.
Photo Tristram Kenton   En savoir +


14  —  Théâtre Antoine (10°)
François Alu Hors Cadre
« Deux soirées exceptionnelles avec François Alu, premier danseur de l'Opéra de Paris, réputé autant pour sa virtuosité époustouflante que pour sa personnalité hors normes, et quelques-uns des autres talents les plus singuliers du ballet de l'Opéra. » Une production du groupe 3° étage.
Dimanche 8 octobre 17h, et samedi 14 octobre 19h30. En savoir + 
Prix des places : 78, 52, 44 € 


15 —                          Nuit Blanche                     
Gratuit, du samedi 7 au dimanche 8 octobre. Facebook 
Thème : « Faire oeuvre commune ». Le maître-mot cette année est le « collectif », qui « fait bouger les perceptions et les représentations », « tout en poursuivant son ouverture vers d'autres disciplines artistiques ».
DANSE : 
— Parcours Centre - Canopée des Halles, 19h, durée 10 heures, 1001 Danses
Un rassemblement autour de la musique et de la danse aura également lieu dans le quartier des Halles. Le chorégraphe Olivier Dubois investira trois lieux culturels de la Canopée, avec La Place, le centre dédié au hip-hop, le conservatoire Mozart ainsi que la Maison de pratiques artistiques amateurs (MPAA).
— Parcours Nord - Halle Hébert 19h à 2h : 
 (LA)HORDE (Marine Brutti, Jonathan Debrouwer et Arthur Harel) s'appropriera une friche de la SNCF, dans le quartier de la Chapelle. (18°) Il recherche 100 amateurs (comprendre : non payés) + tournage pour un film 


16  —  Opéra national de Paris 
George Balanchine Joyaux [ÉmeraudesRubisDiamants]
Palais Garnier - Du mardi 19 septembre au 12 octobre. En savoir + 

Balanchine / Teshigawara / Bausch 
     George Balanchine Agon
     Saburo Teshigawara Création 
     Pina Bausch Le Sacre du printemps
Palais Garnier - Du mercredi 25 octobre au jeudi 16 novembre. En savoir +


17 — Le Générateur - Gentilly (94)
    FRASQ, rencontre de la performance     
Du  samedi 7 au samedi 28 octobre  — 9° édition  En savoir +
Performance / Installation / Vidéo / Concert / Danse / Poésie / Multimédia
Rencontre annuelle dédiée à l’art-performance en Région Ile-de-France.


18 — Bobino (14°)
Pockemon Crew  Hachtag 2.0 - Je tague donc je suis   hip hop 
Du jeudi 14 septembre au samedi 7 octobre, 19h. En savoir +   


Philippe Lafeuille  Tutu 
Du mercredi 11 octobre au dimanche 14 janvier.  En savoir +  


19  —  Point Ephémère (10°)
Organisé par Danse Dense : Chantier Mobile #3   
Mardi 10 octobre. En savoir +                                              
——— Les chantiers — 14h - 16h30
Benjamin FORGUES & Charlie-Anastasia MERLET  See you soon
David LLARI  Slave
Thierry MICOUIN  Backline
Hélène ROCHETEAU  La nuit manquante III
——— Les afters — 16h30 -17h30
Questions-réponses avec les artistes autour de leur démarche artistique 


20  —  L'Onde, Vélizy-Villacoublay (78)
  Olivier Dubois    Tragédie       Conseillé
Mardi 17 octobre 20h30. En savoir + 


21  —  L’-Théâtre des Louvrais, Pontoise (L'apostrophe, Cergy-Pontoise) (95) 
  Olivier Dubois    Auguri 
Vendredi 20 octobre 20h30. En savoir + 



22  —  Atelier de Paris Carolyn Carlson (12°)
Deborah Hay, Photo Rino Pizzi
—— Masterclasse  Deborah Hay    25>29 sept.
   + Open Studio  vendredi 29 septembre à 16h  entrée libre sur réservation. En savoir +
—— Masterclasse  Benoît Lachambre   2>13 oct.
   + Open Studio vendredi 13 octobre à 16h  entrée libre sur réservation En savoir +
—— Masterclasse Alban Richard 23>27 octobre 
    + Open studio vendredi 27 octobre à 16h  entrée libre sur réservation En savoir +
—— Nadia Vadori-Gauthier  Mille et un jours / Parce que nos os brillent 
Avec Benoît Lachambre. Vendredi 13 et samedi 14 octobre. En savoir + 


23 — Les Folies Bergère (9°)
The Great Gatsby - Le ballet 
« Avec la star internationale Denis Matvienko du Marinsky Ballet, les Etoiles de Complexions New York et celles du Ballet de l'Opéra de Kiev, [par] le chorégraphe new yorkais Dwight Rhoden »
Du lundi 16 au mercredi 18 octobre. En savoir + 


24 — Centre culturel suisse de Paris (3°)
Yasmine Hugonnet  Se sentir vivant   (solo, 2017, 45', première française)
Du mardi 10 au jeudi 12 octobre 20h. Photo Anne-Laure Lechat  En savoir + 


Cindy Van Acker  Knusa   (solo, 2017, 20' environ)
Performance dans l’exposition de Christian Lutz, Insert Coins.
Du mardi 31 octobre au jeudi 2 novembre 20h. Photo Olivier Oberson En savoir +  


25 — Étoile du Nord (18°)
Avis de Turbulences #13
Du jeudi 28 septembre au jeudi 26 octobre En savoir + 
Sophie Bocquet  La vie est une fête on dirait…  création
Du jeudi 28 au samedi 30 septembre 20h30.
(samedi 30, rencontre à l’issue de la représentation avec Claire Fabre Clark spécialiste en littérature américaine)

Louis Barreau Klisis Kliseis  création
Mercredi 4 octobre 19h30 - Hors les murs Au Carreau du Temple. 

Sébastien Ly Aux portes de l'oubli  création
Du jeudi 5 au samedi 7 octobre 20h30.

Maxence Rey  Le moulin des tentations 
Mardi 11 & mercredi 12 octobre 20h30.


Sandra Abouav  À bouche que veux-tu 
Vendredi 13 & samedi 14 octobre 20h30.

François Stemmer  Les apprentis sorciers  création
Du jeudi 19 au samedi 21 octobre 20h30. Photo François Stemmer 

Mercredi 25 & jeudi 26 octobre 20h30 : 
Lucie Augeai & David Gernez Chronique diplomatique  création
Alina Bilokon & Léa Rault Almanac + C’est confidentiel  création - solos


26  —  Théâtre des Champs-Élysées (8°)
Ballet National du Canada - John Neumeier  Nijinsky   2000
Du mardi 3 au dimanche 8 octobre.  Photo DR  En savoir +  


27  —  Théâtre de Châtillon (92)
Carte blanche à Christian et François Ben Aïm  : 
Trois pièces : Ô mon frère + Youtubing + Ven
Samedi 14 octobre 20h30. En savoir +  


28  —  Arcueil (94) - Créteil (94) - Paris (75)
 Le Mois Kréyol - Festival des langues et cultures créoles
Organisé par la danseuse et chorégraphe Chantal Loïal.
Du dimanche 1er octobre au mardi 7 novembre. En savoir + 


29  —  Théâtre de la Bastille (11°)
Vincent Thomasset   Ensemble Ensemble 
Du mercredi 18 au mardi 24 octobre. Photo DR  En savoir + 


30  —  ZOA Zone d'Occupation Artistique  
           Festival de danse contemporaine et de performances
           Du samedi 21 au samedi 4 novembre. 6° édition.  En savoir + 
Samedi 21 octobre 21 h — Point Ephémère
Cabaret Dégenré conçu par Gurshad Shaheman Le Jardin des Délices Soirée exceptionnelle  suivi d’une soirée dansante 
Dimanche 22 octobre 20 h — Théâtre de la Reine Blanche
Aurélien Richard  Enfer   Création
Lundi 23 octobre 20 h 30 — Point Ephémère
Enora Rivière  Moteur
suivi de
Eva Klimackova  PURE  Première en France
Mercredi 25 octobre 20 h 30 — Point Ephémère
Enora Rivière  Moteur 
suivi de
Maria Montero   Men’s Day     Création 
Samedi 4 novembre 19 h — La Générale
Vincent Lacoste  Bal participatif sur roues
Ouvert à tous et à toute Personne à Mobilité Réduite chorégraphié Soirée exceptionnelle