jeudi 7 février 2019

L'adolescence sidérante de Jan Martens (« Passing the Bechdel Test »)

 Brochure au format de poche remise à l'issue de la représentation, Photo Fabien Rivière

Le silence règne. L’espace du plateau est vide, si ce n’est, sur le bord gauche une table sur laquelle est posée un ordinateur portable. Au fond, un immense écran de projection, blanc. Une adolescente entre par le fond gauche, se dirige vers le portable, écrit quelques mots, qui sont diffusés sur l’écran géant. Puis, elle se saisit d’une chaise pliante au sol, et s’assoit face au public à droite. Treize ados vont ainsi se livrer au même rituel. Certaines phrases sont  "banales", si l’on veut. Mais le tout suffit à produire, déjà, un puissant effet de souffle. La déstabilisation débute. Car que sait-on, en fait « des ados ». La publicité et la musique participent grandement à en construire une représentation qui se veut dominante. Les parents ont leurs idées, aussi. Mais Jan Martens dans Passing the Bechdel Test, vu au deSingel à Anvers (Belgique) part d’un point zéro. Comme un sociologue qui ne veut pas avoir d’idées préconçues sur son sujet, comme un observateur qui ne saurait rien à priori. On peut alors  penser savoir où l’on va, qu’il sera question du réel quotidien de ses jeunes. Erreur. 

En fait, les ados ne vont pas cesser de parler, à part deux courts passages dansés. Ils parlent en flamand, nous lisons les sous-titres en français. C'est une langue à la fois simple et élaborée. En fait, il s’agit de textes de théoriciennes américaines qui ont étudiées la fameuse question du genre, ou, plus précisément, de la domination masculine. On se dit que l’on n'est pas à Anvers mais au fin fond des États-Unis (même pas à New York ou San Francisco, paradoxalement). Est-ce une classe de surdoué-e-s ? La maîtrise du texte est remarquable. Elle est le résultat d’une année de travail. Mais non, ce ne sont pas des surdoué-e-s. On peut penser qu’il existe un décalage entre le très haut degré d’élaboration du texte même si il demeure toujours compréhensible, et le jeune âge des interprètes. Cela produit un effet de dé-réalisation et de sidération, même si tout cela demeure très réel. On peut se demander soudain, quelques secondes, si ce ne sont pas des cyborgs. Et en même temps, quand on sera sorti de la salle, amené à parler de son ressenti à un membre de l’équipe de production, on sera submergé par l’émotion. Même si on a un peu lâché prise en cours de route. Sans doute aurait-il fallu plus de danse, pour pouvoir respirer. 

C'est une proposition singulière et de grande qualité, la plus intéressante à ce jour sur le sujet me semble-t-il. À l’inverse de tel spectacle où le chorégraphe - metteur en scène avait cru bon de rester au milieu du plateau, comme un père qui surveillerait ses enfants, contrôlant tout. Et annihilant tout. Ou de telle autre proposition, pas inintéressante certes, où l’on suivait quelques bellâtres (des jeunes hommes Blancs) en skate censés représenter « la jeunesse », oubliant les jeunes des quartiers populaires ou des campagnes, (considérés comme) bien moins "sexys". Ou enfin telle autre pièce, très rigide, très scolaire. À Anvers, on observe des corps, et des façons de tenir son corps, que l’on ne voit jamais en danse contemporaine (excepté le Gala (2015) du Français Jérome Bel). C’est en soit déjà énorme. 

Bref, les ados de Jan Martens ne cherchent pas à séduire. Ils s’approprient des outils exigeants, produits par l’Université. Ils  exposent des processus. Ils pensent à voix haute. Pas d’anti-intellectualisme, comme c’est souvent le cas en danse contemporaine, où on met un peu trop facilement en avant « le sensible », qui a bon dos et évite de trop réfléchir à ce que l’on fait vraiment.
Fabien Rivière

mardi 5 février 2019

Jonathan Richman (USA) : When I Dance + I Was Dancing in the Lesbian Bar + Parties in the USA


Paroles

Things were slow, a little slow
And I was at the kind of party
Where I said I wouldn't go
But in the moon, I stay
And then I didn't blush at all
At the scene I made.

Well, they're all in my trance
When I dance
The way I move myself around
And they're all in my trance
When I dance.

I'm not a pro, I'm not a pro
In fact I barely move at all
Compared to certain guys you know
But if you look and see
You'll see they won't watch them
The same way they watch me

And they're all in my trance
When I dance
The way I move myself around
And they're all in my trance
When I dance.

Well, when I dance that's passion
And when I dance that's love
And there's times I cause that attraction
Well then I don't try to start
I just don't try to stop
And I don't blush cause I like it like that

Things were slow, a little slow
And when they put on a record I didn't want to know
But soon I stood against my will
I heard an old time song and I could not sit still

And they're all in my trance
When I dance
The way I move myself around
And they're all in my trance
When I dance.

dimanche 3 février 2019

« Judson Dance Theater: The Work Is Never Done » - Exposition - New York - MoMA


Experience the creative spirit of “Judson Dance Theater: The Work Is Never Done.” This exhibition—along with an ongoing program of live performances and iconic films—serve as a testament to the innovation fostered by the artists who came together in downtown New York’s Judson Memorial Church in the early 1960s. The performances that evolved from their workshops defied convention, redefining what counted as dance.

"Judson Dance Theater: The Work Is Never Done" is on view at The Museum of Modern Art through February 3, 2019. En savoir +

dimanche 20 janvier 2019

Agenda Danse et performance - Paris et sa région Février 2019

1  —  Théâtre de la Ville Hors les Murs au Centre Pompidou 
2  —  Théâtre de la Ville - Théâtre des Abbesses 
3  —  Théâtre de la Ville - Espace Cardin 
4  —  Festival Faits d'Hiver
5  —  Centre national de la danse - Pantin
6  —  MAC VAL
7  —  Salle Pleyel  
8  —  Cité des sciences et de l'industrie
9  —  Théâtre de Suresnes Jean Vilar
10  —  Théâtre des Champs-Élysées
11  —  Opéra de Paris 
12  —  TND Chaillot 




1  —  Théâtre de la Ville Hors les Murs au Centre Pompidou (4°) ET Festival Faits d'hiver 
Fabrice Lambert  Aujourd'hui, Sauvage      Conseillé 
Du mercredi 6 au samedi 9 février. En savoir +   Capture d'écran Espaces Magnétiques
 

SANS LE THÉÂTRE DE LA VILLE :  
Alexandra Bachzetsis (Suisse - Grèce)  Escape Act 
Du jeudi 14 au samedi 16 février 20h30.  Photo DR   En savoir + 


2  —  Théâtre de la Ville - Théâtre des Abbesses (18°)
North Korea Dance - Eun-Me Ahn 
Du mardi 19 au samedi 23 février. En savoir +   Capture d'écran Espaces Magnétiques


3  —  Théâtre de la Ville - Espace Cardin (8°)
Maguy Marin May B      Un classique 
Du mercredi 27 février au mardi 12 mars. En savoir +   


4  —  Festival Faits d'Hiver [suite]              Danse
         Du lundi 14 janvier au mercredi 20 février. 
         Onze Lieux. Quinze chorégraphes. En savoir +   

Affiche du Festival Faits d'hiver, Edouard Hue, Photo Gregory Batardon
MPAA - Saint-Germain — 1 février 19h30
Sylvère Lamotte  Ruines  duo - 25 mn. 
+ Corps constellaires  22 danseurs amateurs - 40 mn.

Le Tarmac — 4 > 6 février 20h
Aïcha M’Bareck et Hafiz Dhaou  Ces gens là !   quintette - 1h Photo DR


Centre Pompidou avec le Théâtre de la Ville Hors les murs 6 > 9 février 20h30
Fabrice Lambert  Aujourd’hui, Sauvage   8 danseurs - 1h20     Conseillé 

Théâtre de la Cité internationale —  7 & 8 février  20h30
Louis Barreau  Montagne dorée     duo -  1h20

MA Créteil — 13 & 14 février   20h
Catherine Diverrès  Jour et Nuit    9 danseurs - 1h

Atelier de Paris -  CDCN — 15 février 20h30 & 16 février 18h
Sylvère Lamotte  L’Écho d’un infini    6 danseurs

Le Générateur  —  (Soirée partagée) 18 & 19 février 20h30
Benoît Canteteau  h o m    solo - 40 mn.
 + Marinette Dozeville  Là, se délasse Lilith…     solo - 45 mn.

micadanses  —  20 février  20h
Thomas Lebrun  
Blitz - Festival de la micro-performance - 3° édition
« Un chorégraphe programmé dans Faits d’hiver propose une carte blanche de formes courtes voire très courtes. Après Nadia Vadori-Gauthier et Joanne Leighton, c’est Thomas Lebrun qui propose et dispose.
Chorégraphie et interprétation : Odile Azagury et Jessie-Lou Lamy-Chappuis, Christine Bastin et ?, Christine Corday et Sophie Lèbre, Christine Gérard et Anne-Sophie Lancelin, Jean Guizerix et Laure Daugé, Daniel Larrieu et Anna Chirescu, Thomas Lebrun et Emmanuel Eggermont. avec DJ Moulinex  »     Photo Thomas Lebrun


5  —  Centre national de la danse, Pantin (93) 
 « Dix-sept projets de recherche et de notation ont bénéficié d’une aide à la recherche et au patrimoine en danse en juin 2017. Chercheurs et notateurs présentent ici l’avancée de leurs travaux. »
_ Exposés de recherche - Jeudi 7 février 14h. En savoir +  
_ Exposés de recherche - Jeudi 14 février 14h. En savoir +  


6  —  MAC VAL (94)
Thierry Thieû Niang  « Va voir là-bas si j’y suis » 
Dimanche 3 février 16h, Gratuit. En savoir +    
Performance de Thierry Thieû Niang, MAC VAL 2018, Photo Marc Domage


7  —  Salle Pleyel (8°)
Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault  Lorenzaccio
Du vendredi 1er au dimanche 10 février. En savoir +   



8  —  Cité des sciences et de l'industrie (19°)
Exposition Microbiote (d'après le livre Le charme discret de l'intestin
Du 4 décembre 2018 au 4 août 2019. En savoir +  


9  —  Théâtre de Suresnes Jean Vilar (92)
Festival Suresnes Cités Danse - 27° édition. 
Du vendredi 11 janvier au dimanche 3 février. En savoir +  


10  —  Théâtre des Champs-Élysées (8°)  
 Les Ballets de Monte-Carlo - Jean-Christophe Maillot : 
— Semaine Ballets Russes : En compagnie de Nijinsky 
Daphnis et Chloé Musique de Maurice Ravel, Jean-Christophe Maillot chorégraphie 
Aimai-je un rêve ? Première française Musique C. Debussy, Jeroen Verbruggen chorégraphie
Le Spectre de la Rose Musique de Carl Maria Von Weber, Marco Goecke (Allemagne) chorégraphie et scénographie
Petrouchka Première française Musique d’Igor Stravinsky, Johan Inger (Suède) chorégraphie
Du vendredi 8 au dimanche 10 février. En savoir +   
Daphnis et Chloé, de Jean-Christophe MaillotPhoto Marie-Laure Briane


11  —  Opéra national de Paris 
—— Opéra Garnier - Cherkaoui (Faun) / Goecke (Dogs Sleep) / Lidberg (Les Noces)
Du mardi 5 février au samedi 2 mars. En savoir +  
—— Opéra Bastille - Le Lac des cygnes, de Rudolf Noureev 
Du samedi 16 février au mardi 19 mars. En savoir +    


12  —  TND Chaillot (16°)
Alban Richard et Arnaud Rebotini [musique]  Fix me 
Du mardi 29 janvier au samedi 2 février. En savoir +  

GöteborgsOperans Danskompani - Damien Jalet  Skid 
Du jeudi 31 janvier au samedi 2 février. En savoir +  

Angelin Preljocaj  Gravité  
Du jeudi 7 au vendredi 22 février. En savoir +   

Emmanuelle Vo-Dinh  Cocagne 
Du mardi 12 au jeudi 14 février. En savoir +       

Jann Gallois  Compact  +  Diagnostic F20.9
Du mardi 19 au vendredi 22 février. En savoir +   

samedi 19 janvier 2019

Séminaire « Chorégraphies. Écriture et dessin, signe et image dans les processus de créations et de transmissions chorégraphiques (XV°-XXI° siècle) »

Raoul Auger Feuillet et Guillaume-Louis Pécour, Recueil de dances, composées par M. Pécour, et mises sur le papier par M. Feuillet, 1700, Bibliothèque nationale de France

Descriptions verbales, représentations de la figure, conceptualisation du corps en mouvement et images des traces, du « chemin » sur la page devenue « sol métaphorique », les notations et partitions chorégraphiques révèlent la complexité des réseaux de relations techniques, esthétiques et matérielles entre arts visuels et création chorégraphique. Ces objets essentiels à l’histoire de la danse s’inscrivent également dans une histoire du livre et des publications scientifiques et dans une culture de la représentation technique des arts. Traités, recueils ou notes de chorégraphes relèvent de notations et de systèmes d’écriture multiples, sans cesse renouvelés, qui mêlent parfois images du danseur et transcription de la fluidité du mouvement dans des créations composites, dans l’hybridation du signe et de la figure dont il s’agira d’analyser les sources et correspondances visuelles (histoire de l’ornement, art des jardins, chronophotographie…).

À partir des fonds conservés à la Bibliothèque nationale de France et au Centre national de la danse, le programme invite à penser la place des pratiques graphiques et de l’image dans la création chorégraphique et dans ses processus de transmission, depuis les premières expériences du XVIe siècle jusqu’aux créations et interprétations contemporaines, quand le recours au dessin comme outil de l’exploration esthétique interroge aussi le statut des créations graphiques et de l’image, supports transitoires, traces du processus somatique, en deçà de l’œuvre.


Comité scientifique
  • Mathias Auclair (BnF)
  • Laurent Barré (CND)
  • Sarah Burkhalter (SIK-ISEA)
  • Benoît Cailmail (BnF)
  • Marie Glon (Lille 3)
  • Joël Huthwohl (BnF)
  • Marine Kisiel (Musée d'Orsay)
  • Juliette Riandey (CND)
  • Laurence Schmidlin (Musée des Beaux-Arts de Lausanne)
  • Laurent Sebillotte (CND)
  • Delphine Vernozy (Labex Obvil)
Dans le cadre du programme de recherche « Chorégraphies. Écriture et dessin, signe et image dans les processus de création et de transmission chorégraphiques », sous la direction de Pauline Chevalier (domaine Histoire des disciplines et des techniques artistiques)

Lieu : Institut national d’histoire de l’art (INHA), Galerie Colbert, salle Vasari
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris, Entrée libre, 17h-19h. 
 Programme
  • 16 janvier 2019
    Marie Glon (université Lille 3), Mathias Auclair (BnF), Laurent Barré (CND), Juliette Riandey (CND) : « Danses sur papier » : quelles perspectives entre écriture et dessin ?   Voir dans l'agenda
  • 13 février 2019 
    Sophie Jacotot (EHESS / Labex CAP) : L’écriture Conté, outil de composition et/ou de transmission en danse ?   Voir dans l'agenda
  • 20 mars 2019 
    Susan Rosenberg (université Saint John, New York), Marie-Charlotte Chevalier (danseuse et notatrice), Modération par Marcella Lista (Centre Pompidou) : Trisha Brown : dessiner, noter, interpréter   Voir dans l'agenda
  • 15 mai 2019 
    Marina Nordera (Université Côte d’Azur) et Antonella Fenech Kroke (Centre Chastel) : Figurer le mouvement dans les traités de danse et de jeux sportifs de la première modernité.
  • 19 juin 2019
    Audrey Gouy (EPHE) : Reconstituer et dessiner la danse par la biomécanique et la photographie

dimanche 13 janvier 2019

Disparition d'Andy de Groat à 72 ans

Andy de Groat, Photo Catherine Galasso 

Le danseur et chorégraphe né à Paterson dans le New Jersey (au nord-ouest de New York) et installé en France depuis 1980, et à Montauban depuis 1996 Andy de Groat est mort le jeudi 10 janvier à 72 ans d'une crise cardiaque. Il fut proche de Bob Wilson avec qui il travailla (pour Ouverture, Le Regard du sourd, et Einstein on the Beach), des danseurs étoiles français Wilfride Piollet et son époux Jean Guizerix, et de Jerome Robbins. Il connaissait des soucis de santé depuis un certain temps. 
Fabien Rivière
On peut lire : Le Figaro  
Hommage du maire de Montauban de 1994 à 2001 Roland Garrigues : 
« Il avait choisi de passer le reste de ses jours dans la Cité d'Ingres qui avait accueilli sa compagnie de danse de 1996 à 2002. Il vient de mourir dans le plus grand dénuement aidé par de rares mais précieux amis. Et pourtant ce commandeur dans l'ordre des Arts et Lettres avait fréquenté les plus prestigieuses scènes au monde. Il est né en 1947 aux États Unis, de racines européennes. Abandonnant ses études aux beaux-arts, il a rejoint «créative tribu» de Bob Wilson avec qui il travaillera comme danseur et chorégraphe et se liera avec ce qui se fait de mieux dans la danse contemporaine. Il créera une première compagnie «Andy Degroat dancers» à New-York en 1975, avec laquelle il tournera aux USA, en Iran, en France et en Italie. Elle sera remplacée par «Rédaction Notes», soutenue par diverses institutions culturelles d'abord à New-York puis en France. C'est peut-être pour cela qu'il portait à chaque poignet une montre marquant l'heure des deux pays que sépare l'Atlantique. Le ministère de la culture l'a subventionné de 1984 à 2004. Autodidacte obsédé par le mélange et la coexistence de styles, de techniques, d'époques, il s'intéresse à l'intégration de danseurs amateurs et professionnels dans les mêmes créations. Associés à Montauban, Andy Degroat et «Red Notes» ont participé au formidable fourmillement culturel des années 90. Ils ont contribué-à l'obtention du label Ville d'art et d'histoire. Il aimait revisiter les œuvres classiques ; nous nous souvenons de la création de «Casse-noisettes» et de la «Flûte enchantée», cette dernière jouée à l'Opéra Bastille. Nous nous souvenons de son spectacle d'adieux le 21 octobre 2001 au théâtre municipal de Montauban. Nous nous souviendrons de l'immense artiste trop discret qu'était notre ami Andy Degroat.»  (source : ICI)

——— Les obsèques civiles auront lieu le jeudi 17 janvier à 13h30 au crématorium ACF de Montauban. Les visites seront possibles le jeudi matin de 9h à 11h30 à la chambre funéraire du crématorium (100 route de St Martial à Montauban).  ——————————

<< Andy de Groat est né en 1947 aux États-Unis de racines hollandaise, italienne, française, allemande et anglaise. Pendant ses études de beaux arts à New York en 1967, il rencontre le metteur en scène Robert Wilson. Il rejoint sa troupe en tant que danseur puis chorégraphe dans l'ensemble de ses productions du Regard du Sourd en 1971, Une Lettre pour la Reine Victoria en 1974 jusqu'à Einstein on the Beach en 1976, créée pour le festival d'Avignon.

En 1981, il reçoit une bourse de la Fondation Guggenheim - New York pour sa recherche chorégraphique.

Des nouvelles pièces s'enchaînent pour Red Notes et parmi d'autres, plusieurs pour Jean Guizerix et Wilfride Piollet, Jean-Christophe Paré, le Groupe de Recherche Chorégraphique de l'Opéra de Paris (GRCOP), la Scala de Milan, Ris et danceries, le Ballet du Nord (Roubaix) et Wah Loo Tin Tin Co, compagnie de jeunes interprètes à Montauban.

Aujourd'hui, son œuvre compte plus de soixante créations présentées dans une vingtaine de pays et revient périodiquement à une interrogation du répertoire et du patrimoine de la danse.

Sa compagnie a collaboré régulièrement à des productions lyriques depuis 1988, notamment pour La Flûte enchantée (Mozart), Robert Wilson à l'Opéra Bastille, The Rake's Progress (Stravinski), Alfredo Arias au festival d'art lyrique d'Aix-en-provence et à l'Opéra de Lyon, de Gênes et de Montpellier, Aïda (Verdi) et Klaus Michael Grüber à l'Opéra d'Amsterdam. >>

       SWAN LAC       

Swan Lac, 1982
Choreography by Andy de Groat
Performed by Patrick Gallagher, Austin Selden, Madeline Wilcox
Music: Talking Heads
This is an excerpt from de Groat’s evening length Swan Lac, which premiered in Aix-en-Provence in 1982, and was performed at Danspace Project in 1983 by de Groat, Viviane Serry and Michael O'Rourke.

Part of the GET DANCING program at Danspace Project, December 2015
danspaceproject.org/calendar/catherine-galasso-get-dancing/

Lighting by Carol Mullins
Costumes by Karen Boyer
Videography by Victoria Sendra 
         FAN DANCE       

Andy de Groat's Fan Dance (1978)
NOVEMBER 22 2013
92nd Street Y, Fridays at Noon
Lexington Avenue at 92nd St - Buttenwieser Hall

Performers: Paisid Aramphongphan, Racy Brand, Ritty Burchfield*, Rosalie Elkinton, Edith Freyer, Patrick Gallagher, Olsi Gjeci, Makram Hamdan**, Kathy Ray*, Satya Stainton, Julia Vickers, Buck Wanner

Rehearsal director: Catherine Galasso
Rehearsal space donated by Abrons Art Center

*original cast, Fan Dance 1978 at St. Mark's Church 
**member of Andy de Groat's company Red Notes from 1991-1995

Andy de Groat's Fan Dance was originally choreographed in 1978 for St Mark's Church and featured an original score by composer Michael Galasso. It was re-performed by a multi-generational cast including some of the original cast members. The program, curated by Benjamin Kimitch, included works by Maggie Bennett and Molly Poerstel.

vendredi 4 janvier 2019

2019 en 4 albums

Dans quel état d'esprit aborder l'année 2019 ? Dans quelles énergies ? Tentative de réponse en quatre albums, sortis en 2018. 
Fabien Rivière

Bodega  New York   Endless Scroll

Idles  Bristol, Royaume-Uni   Joy as an Act of Resistance

 Oh sees  San Francisco   Smote Reverser 


Shame   sud de Londres   Praise

lundi 31 décembre 2018

Danse et performance : Le meilleur de 2018

Les 7 péchés capitaux, de Pina Bausch, Photo Zerrin Aydin-Herwegh 

Pina Bausch  (Allemagne)   
Les 7 péchés capitaux   [The Seven Deadly Sins]     1976
Opera House, Wuppertal, Allemagne

Bruno Beltrão (Brésil)
Inoah 
CentQuatre, Paris   [Notre article]

William Forsythe (États-Unis - Allemagne) par le Ballet du Rhin 
Quintett 
Opéra de Strasbourg  [Notre article]

Lia Rodrigues (Brésil)
Fúria
CentQuatre, Paris

Christos Papadopoulos  (Grèce)
Ion  
Théâtre de la Ville - Les Abbesses, Paris

Frank Willens (États-Unis - Berlin, Allemagne)
interprétant (sans titre) (2000) [ou (untitled) (2000)] de Tino Sehgal  [vidéo]
Week-end #3 (Musée de la danse - Boris Charmatz), L'invitation aux musées, Centre national de la danse, Pantin (93)

Maarten Seghers (Belgique) 
O or The Challenge of This Particular Show Was To Have Words Ending in O
Théâtre, (Festival) Artdanthé, Théâtre de Vanves (92) 

Jérôme Bel
Conférence sur rien 
(Festival) Inaccoutumés, Ménagerie de Verre, Paris 

Exposition Gordon Matta-Clark : Anarchitecte 
Jeu de Paume, Paris   

Alex Huot & Dave St-Pierre (Québec)
Fléau 
Le Tarmac, Paris

Ali Chahrour (Beyrouth, Liban) 
May he rise and smell the fragrance 
Théâtre Benoît XII, Festival d'Avignon In (84)   [Notre article]

Takao Kawaguchi  (Japon) 
About Kazuo Ohno 
Théâtre de la Ville - Espace Cardin, Paris     [Notre article]
+ Exposition photos Kazuo Ohno, une traversée du siècle [Haruhisa Yamaguchi, Akira Inoue, Koko Kiyama, Hiroaki Tsukamoto, Teijiro Kamiyama, Eikoh Hosoe, Naoya Ikegami, Michiko Matsumoto, Munesuke Yamamoto, Lieuichi Yoshida, Yoshihiko Ueda]

Vincent Dupont
Cinq apparitions successives
(Festival) Inaccoutumés, Ménagerie de Verre, Paris 

Thibault Croisy  
Témoignage d'un homme qui n'avait pas envie d'en castrer un autre
Gaîté Lyrique, Festival Faits d'Hiver et Festival Sors de ce corps ! *, Paris
* dans le cadre de Némo, Biennale internationale des arts numériques - Paris / Île-de-France

Mark Tompkins
STAYIN ALIVE à ma mère
Centre national de la danse, Pantin (93)

Simon Mayer (Autriche) 
Sons of Sissy
Centre Pompidou, Paris   [Notre article]

Gisèle Vienne
CROWD
Kaaitheater, Bruxelles (Belgique)   

Israel Galván (Espagne)
Gatomaquia
Théâtre de la Ville au Cirque Romanès, Paris  [Notre article]

Steven Cohen 
Sphincterography - La politique du trou du cul 
Théâtre du Rond-Point, Paris 

Wagner Schwartz (Brésil - France)
J'ai été tué sur internet comme si j'étais un zombie de la série The Walking Dead
(Festival) DO DISTURB, Palais de Tokyo, Paris 

Herman Diephuis 
MIX 
Panopée, (Festival) Artdanthé, Théâtre de Vanves (92) 

Guillaume Marie, Igor Dobričić, Roger Sala Reyner  
Roger Préfiguration #1
Parking, (Festival) Artdanthé, Théâtre de Vanves (92) 

Anne Teresa De Keersmaeker - ROSAS - P.A.R.T.S. (Bruxelles, Belgique) et public 
Slow Walk  
Rues de Paris 

Maguy Marin  
Ligne de crête 
Théâtre de la Ville - Les Abbesses, Paris

Hofesh Shechter -  Shechter II * (Londres, Royaume Uni - Israël)
                               * Interprètes de 18 à 25 ans
Show [à l'exception de la scène qui suit le début des saluts]
Théâtre de la Ville - Les Abbesses, Paris

Aspen Santa Fe Ballet (États-Unis)   
Jorma Elo 1st Flash  +  Alejandro Cerrudo  Silent Ghost  +  Cayetano Soto  Huma Rojo
Théâtre du Casino, Festival Le Temps d'aimer la danse, Biarritz (64)

Mohamed Fouad  (Le Caire, Égypte)  
Without Damage  
La Manufacture au Château de Saint-Chamand, Festival d'Avignon Off (84) 

Thomas Ballèvre
Autopilot / TIL YOU DROP
Danse en résidence, avec la Manufacture au Château de Saint-Chamand, Festival d'Avignon Off (84) 

Farah Saleh (Palestine)  
Gesturing Refugees  
La Manufacture au Château de Saint-Chamand, Festival d'Avignon Off (84) 

Filipe Lourenço 

PULSE(S)    [extrait] 
La Belle Scène Saint-Denis (Théâtre Louis Aragon - Trembay-en-France & TGP Théâtre Gérard Philipe CDN - Saint-Denis), La Parenthèse, Festival d'Avignon Off (84) 

Jefta van Dinther  (Pays-Bas - Suède - Berlin, Allemagne)
Protagonist
TND Chaillot, Paris   [Notre article]

Nasser Martin Gousset
Pop Life Club
(Festival) Bien fait !, Micadanses, Paris 

Olivier Dubois  
Pour sortir au jour
L'Onde - Théâtre Centre d'art, Vélizy-Villacoublay (78)   

Mickaël Phelippeau    
Ben & Luc
On (y) danse aussi l'été !, Les Hivernales, Centre de Développement Chorégraphique National (CDCN), avec le Festival d'Avignon In (84) 

Frank Micheletti - Kubilai Khan Investigations

Black Belt
On (y) danse aussi l'été !, Les Hivernales, Centre de Développement Chorégraphique National (CDCN), Avignon (84) 

Marie-Caroline Hominal & Markus Öhrn  (Suisse)
Hominal / Öhrn
Centre culturel Suisse, Paris