jeudi 2 octobre 2014

La culture est-elle sacrifiée à Toulouse ?

« La multiplication des projets abandonnés ou reportés inquiète les acteurs culturels. Le maire met en avant la contrainte budgétaire qui ne vise pas la culture.

Maison de l'image abandonnée, Cité de la danse reportée, Mix'art Myrys [collectif d'artistes indépendant et autogéré qui entend croiser différentes disciplines artistiques : la sculpture, la peinture, l'art vidéo, le théâtre, la musique, le multimédia, la photographie] à la Cartoucherie revu à la baisse, La Machine en suspens [théâtre de rue], l'ex-Printemps de septembre [arts plastiques] amputé une année sur deux… La liste des projets culturels amendés, retardés ou annulés se rallonge. Et qu'en sera-t-il une fois les arbitrages budgétaires, qui s'annoncent si rigoureux, rendus d'ici mars 2015 ? Les nombreux festivals toulousains pourraient bien, pour certains, ne plus être au rendez-vous. La Novela [Fête Connaissance], par exemple, portée par la communauté urbaine, ne sera-t-elle pas réduite à la portion congrue ?  » (La Dépêche.fr, 2 octobre 2014)
> SUITE

Aucun commentaire:

Publier un commentaire