dimanche 4 février 2018

Défendre le Tarmac (Pétition + Soirée de mobilisation)

Le 31 janvier, le Ministère de la Culture et de la Communication dévoilait une décision stupéfiante, par le biais d'un communiqué intitulé « Françoise Nyssen annonce un nouveau projet au service de la francophonie sur le site du Tarmac à Paris » (ICI). 

À la surprise générale, il s'agit d'installer dans les locaux du Tarmac - la scène internationale francophone, situé au 159 Avenue Gambetta dans le 20° arrondissement de Paris, « à compter de 2019 », Théâtre Ouvert - Centre National des Dramaturgies Contemporaines, qui doit quitter ses locaux du 4 bis Cité Véron dans le 18° arrondissement de Paris.

Le nouveau projet se veut spécifiquement francophone, alors que celui de Théâtre Ouvert ne l'est plus exclusivement. Ainsi, ce dernier entend « Promouvoir le renouvellement des dramaturgies contemporaines, susciter l’émergence de nouvelles écritures par la recherche et l’essai, accompagner le développement de ces écritures par la production, l’édition, la diffusion de textes et de formes théâtrales (lectures, mises en espace, spectacles, pièces radiophoniques…), telles sont les missions de Théâtre Ouvert.  (...) Il devient en 1988, le premier Centre Dramatique National de Création qui se consacre exclusivement à la découverte, à la promotion et à la diffusion de textes contemporains d'auteurs vivants francophones avec, depuis quelques années, une action élargie aux dramaturgies étrangères [nous soulignons]. » 

Le Tarmac propose du théâtre et de la danse, Théâtre Ouvert du théâtre uniquement. La danse va donc perdre un lieu d'exposition. 

Le procédé est pour le moins brutal, d'autant plus que le Tarmac n'a pas démérité. 

Nous publions ci-dessous la réaction du Tarmac qui contient un lien (sur fond jaune) vers la pétition de soutien.
Fabien Rivière
www.letarmac.fr
www.theatre-ouvert.com


Nous avons découvert brutalement, mercredi soir, par voie de presse, la décision du ministère de la Culture de mettre fin au projet que nous menons. 

Les raisons invoquées pour justifier cette suppression sont pour le moins surprenantes. Le site du Tarmac serait confié à Théâtre Ouvert, qui doit trouver un nouveau lieu d'accueil.

Sans dialogue ni concertation avec les artistes ou les acteurs culturels de terrain, le ministère de la Culture décide unilatéralement et précipitamment de fermer le Tarmac, au nom d’un prétendu nouveau projet pour la francophonie.

La réussite d’un lieu, sacrifié sur l’autel d’une politique gestionnaire de réduction des coûts !

Le projet mené par le Tarmac connaît un franc succès avec près de 75 % de fréquentation en moyenne de ses salles, ses nombreux partenariats en France comme à l’étranger, son expertise unique de la francophonie et de ses réseaux, son maillage territorial fort.

La mission donnée à Théâtre Ouvert de promouvoir le renouvellement des dramaturgies contemporaines est essentielle et menée avec talent par son équipe. Nous sommes convaincus de la nécessité de reloger ce projet urgemment. Il ne peut s’agir en aucun cas de mettre dos à dos des projets qui portent sur des objets, des missions et des territoires artistiques différents et complémentaires.

En revanche, par respect pour l’intelligence des publics et des artistes, le ministère de la Culture ne peut tenter de museler la francophonie en recyclant ou dénaturant un projet qui jamais n’a revendiqué d’intérêt ou d’appartenance à ce vaste territoire.

Personne n’est dupe. Derrière les effets d’annonce d’un nouveau projet francophone dont nul ne sait rien, les véritables raisons qui motivent la décision du ministère de la Culture sont d’ordre économique.

Il s’agit plus prosaïquement d’une vision purement administrative, avec comme repère, non pas la création et l’imagination, mais une nouvelle réduction de coûts. Une fois encore, il est question de fermer un théâtre, de détruire des emplois, d’appliquer un schéma libéral et technicien pour économiser et concentrer les ressources financières, toujours plus rares pour la culture.

Ce procédé pour le moins regrettable met aujourd’hui en concurrence deux théâtres à l’identité forte longuement construite, grâce à la passion de leurs équipes.
Cinquante artistes et intellectuels du monde de la culture ont décidé de se mobiliser pour défendre cette maison des artistes et de rédiger une lettre ouverte au Président de la République : ce qui n'était encore qu'une rumeur au moment de la rédaction de cette lettre est devenu une réalité. Pour soutenir le Tarmac, nous vous invitons à signer cet appel et à le partager largement.

Merci d'avance de votre soutien.

Le Tarmac
_____________________________________

         SOIRÉE de MOBILISATION     

Lundi 12 février à 18h au Tarmac Facebook Tarmac  —  www.letarmac.fr 

_____________________________________

         PRESSE       

INTERVIEWS de la directrice du Tarmac :  LesInrocks      RFI
_____________________________________

      RÉACTION du SYNDEAC       
 Syndicat des entreprises artistiques et culturelles — 7 février 2018 

Le 31 janvier dernier, la ministre de la Culture a annoncé par communiqué de presse sa décision de confier à Théâtre ouvert « la suite du projet de Valérie Baran sur le site du Tarmac, dans le 20ème arrondissement de Paris ». Celle-ci avait elle-même appris la nouvelle par texto une demi-heure plus tôt.

Le projet de Théâtre ouvert est majeur pour le renouvellement des écritures dramatiques contemporaines. Le projet du Tarmac l’est autant pour les auteurs, les metteurs en scène, les artistes de la francophonie. Cette décision soudaine n’est pas une fusion, mais bien la modification et l’absorption d’un projet par un autre.

Comment une telle décision peut-elle être motivée ? La difficulté de Théâtre ouvert à se maintenir dans ses locaux actuels est connue depuis plusieurs années : c’est l’incurie, le manque d’ambition et de dialogue du ministère comme de la Ville de Paris qui ont conduit à un blocage sur ce point.  > SUITE 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire