jeudi 9 septembre 2010

La danse et le corps dans les enseignements de l'EHESS en 2010-2011

L'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) est un établissement public universitaire français fondé en 1975, mondialement connu et reconnu. Sa mission est l'enseignement supérieur et la recherche en sciences sociales. Site de l'EHESS

LA DANSE 

Pour l'année universitaire 2010-2011, deux séminaires sont consacrés spécifiquement à la danse

-  Histoire culturelle de la danseEn savoir +  

« Ce séminaire propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires en Europe dans une perspective culturaliste. Conçu comme un espace de dialogue et d'échange d'idées sur la danse, mais aussi sur l'histoire culturelle, le séminaire poursuivra en 2010-2011 la réflexion initiée l’an dernier autour des axes suivants :
  • les grandes figures, clichés ou lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie et l’imaginaire de la danse en Europe.
  • la légitimité de la danse (enjeux de son expression dans l’espace public, difficulté avec laquelle elle s’impose comme genre dramatique, comme profession et comme pratique sociale).
  • la circulation de la danse (entre capitales culturelles, d’un continent à un autre, d’un sexe à l’autre, d’un genre dramatique à l’autre, d’un corps à l’autre…).
  • les sensibilités, les conceptions du mouvement et la proprioception (perception que chaque individu a de son propre corps).
Selon cette approche, les intervenants de l’année 2010-2011 seront particulièrement attentifs aux rapports entre musique et danse, aux thèmes de la censure, de l’économie de la danse, ou à la question de la « reconstruction » des danses du passé. »

- Figures du geste dansé : mythes, identités, interprétations.  En savoir +

 
« Ce séminaire du cehta voudrait considérer le geste dansé, au-delà de la spécificité de la danse comme art vivant, dans la perspective d’une iconologie analytique et critique, d’une anthropologie du visuel : pour interroger ce qui, à travers le corps dansant, fait image et sens. 

L’approche, volontairement transhistorique et transdisciplinaire, sera politique dans son attention portée aux positionnements identitaires. Des archétypes (antiques, mythiques) à l’art contemporain, en passant par les différentes formes de danse, on envisagera le geste dansé comme marqueur d’identité, réceptacle, porteur de mythes et d’idéologies, d’histoires singulières et collectives, de formes et d’une histoire des formes.


À la danse comme pratique (rituelle, artistique, esthétique, sociale, identitaire, performative) sera confrontée la figuration de ces gestes : ses transcriptions, ses écritures, ses traces, ses représentations artistiques. On cherchera à définir, dans ces déclinaisons et figures du geste dansé, ce qui se joue d’instauration, de modélisation mais aussi d’affirmation de subjectivités, de résistances et d’interprétations. Ce séminaire est ouvert à toute personne intéressée (étudiants, chercheurs, chorégraphes, artistes, danseurs...). Il est fondé sur des présentations de travaux en cours (recherches théoriques ou/et pratiques) suivies de discussions. » 

LE CORPS

Pour le corps, consulter la liste des enseignements ici 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire