dimanche 19 février 2012

L'Europe de la Culture est mal partie

Le 6 juillet 2011, le Syndicat National des Entreprises Artistiques et Culturelle (Syndeac), qui œuvre dans le domaine du spectacle vivant, mettait en ligne une pétition pour défendre le programme Culture de l'Union Européenne, intitulée "Nous voulons pour l'Europe un autre souffle, une véritable ambition artistique et culturelle" (ici), que nous re-publions ci-dessous. Sept mois plus tard, elle a obtenu 363 signatures.

Le texte est intéressant mais ne fait pas mention des pays qui connaissent une grave crise dans le domaine de la Culture : Grèce, Pays-Bas, Grande-Bretagne, Espagne, Italie, Portugal, etc. Un mot de solidarité en leurs directions n'aurait pas été de trop. Cet oubli est problématique. 

De même, si le mot «Europe» réfère dans la pétition à l'Union européenne (créée en 1957, aujourd'hui constituée de 27 états, site), on ne doit pas oublier le Conseil de l'Europe (créé en 1949, 47 pays, site).  



Parler d'«Europe» devrait toujours signifier ces trois dimensions : l'Union européenne (et ses instances), la situation concrète de chaque pays, et le Conseil de l'Europe.

La question du sens du mot «Culture» se pose aussi. Le centre de ressources Relais Culture Europe (site) est une création de l'Union européenne pour la France. Il explique très clairement que l'Union européenne ne défend pas la Culture mais bien la Culture qui peut justifier d'une dimension européenne, ce qui en limite très fortement la définition et donc la portée : « Le programme "Culture" vise, par le développement de la coopération culturelle transnationale, à mettre en valeur l'espace culturel partagé par les Européens et fondé sur un héritage culturel commun, et à favoriser ainsi l'émergence d'une citoyenneté européenne. Il est doté d’un budget de 400 millions d’euros pour la période 2007-2013 (source). » On trouve une autre présentation sur le site de l'Union européenne ici. Ainsi, tous ceux qui pensent que l'Europe pourra/it se substituer aux pays (devenus) défaillants se trompent. Sauf à interroger et modifier cette exigence.

Les dossiers que les compagnies remettent pour obtenir des financements de la Communauté européenne sont, d'après les témoignages, très lourds et complexes à constituer, et de fait hors de portée des petites et moyennes structures. Il faut payer un spécialiste spécifiquement pour cette tâche. 

Il serait souhaitable qu'un colloque ou des états-généraux de la Culture en Europe soient organisés à Paris, faisant la part belle aux témoignages des professionnels de nombreux pays, et que soit ouvert un site internet européen de combat et d'information pour défendre la Culture en Europe, comprenant notamment tous les articles et études consacrés à ces questions.

Mais nous avons beaucoup de mal à penser hors du cadre national. Ce qui n'aide pas à penser et à agir en «Europe».  ◯

PÉTITION initiée par le Syndeac

Nous voulons pour l’Europe un autre souffle, une véritable ambition artistique et culturelle


Institutions européennes et gouvernements élaborent en ce moment même les objectifs et les lignes directrices des futurs programmes de l’Europe. Ces programmes s’inscrivent dans une nouvelle prospective appelée « stratégie EU 2020 » dans laquelle la politique culturelle serait réduite à ses seules dimensions économique et d’inclusion sociale.

Ce qui nous menace c’est l’abandon ou la baisse du Programme Culture, l’impossibilité d’inscrire des projets à dimension culturelle dans les fonds structurels et le risque de les vider de leur sens, s’ils ne peuvent plus soutenir la création artistique.

Nous ne voulons pas de cette régression.

Parce que cela mettrait en ruine l’édifice culturel européen patiemment construit depuis plus de vingt ans par les Etats, les collectivités territoriales, les artistes et les opérateurs culturels.

Parce que l’Europe se construit sur la certitude que les peuples, débarrassés des tyrannies et librement associés, progressent ensemble vers un destin commun, fondamentalement démocratique et nourri par une conception partagée du rôle de l’art et de la culture.

Parce que le projet européen lui-même traverse une crise de légitimité et que les vieux démons du passé ressurgissent.

C’est au contraire dans la création artistique et la recherche que s’inventent les idées, les formes, l’imaginaire du futur. Elles forment le creuset d’innovations esthétiques et sociales d’où jaillit la diversité. C’est dans l’accès du plus grand nombre à cette richesse que se construisent les sociétés inventives, créatives et démocratiques auxquelles nous aspirons.

Nous, artistes et citoyens, interpellons la Commission, le Parlement européen et nos gouvernements respectifs pour obtenir le renforcement du budget du Programme culture et la garantie de soutien des projets artistiques et culturels dans les autres programmes.

Nous voulons pour l’Europe un autre souffle, une véritable ambition artistique et culturelle.
◆   ◆   ◆
NOUS AVONS PUBLIÉ 
Menaces sur la danse et la culture aux Pays-Bas
Menaces contre la culture en Hongrie, Bosnie-Herzégovine et Italie

Aucun commentaire:

Publier un commentaire