dimanche 19 février 2012

La succession de Serge Lifar vendue aux enchères en mars à Genève

Portrait de Serge Lifar, par Rajak Ohanian,
On peut consulter son site de portraits en noir et blanc ici 
                                                                                                                              
Genève, le 8 février 2012 (AFP)Les biens laissés par le danseur et chorégraphe Serge Lifar (1905-1986) seront dispersés aux enchères en mars prochain à Genève, par les héritiers de sa légataire universelle et amie de coeur, la comtesse Lillan Ahlefeldt (1914-2008).

Selon le commissaire priseur Bernard Piguet, de l'Hôtel des Ventes de Genève, Serge Lifar a été "le grand amour" de la comtesse, qui a vécu à ses côtés pendant presque 30 ans, et qui a été la légataire de ses biens.

La comtesse Lillan Ahlefeldt et Serge Lifar 

Parmi les objets mis en vente, et dont l'estimation globale est de 1 million de francs suisses (800.000 euros), figurent des oeuvres de Jean Cocteau, reçues par Serge Lifar en cadeau de l'écrivain, dont il était un ami.

Il s'agit notamment de dessins originaux illustrant son livre Opium, et un carnet de plus de 40 croquis du voyage autour du monde de Cocteau avec son secrétaire et amant Marcel Khill, ainsi que des manuscrits d'oeuvres telles que Orphée, La Machine Infernale et L'Ange Heurtebise.

Par ailleurs, au cours de cette vente seront aussi dispersées quelque 3.000 photos du danseur, seul, ou aux côtés des personnalités du 20ème siècle telles que Marc Chagall, Picasso, Coco Chanel, dont il a été très proche, Paul Valéry ou Marie-Laure de Noailles.


Plusieurs partitions originales manuscrites composées par Georges Auric, Arthur Honegger, Francis Poulenc ou Igor Stravinsky seront aussi mises en vente.

De son vivant, Serge Lifar, grand collectionneur, avait déjà dispersé une grande partie de ses biens aux enchères à Paris et Londres.

Les biens laissés à la comtesse Ahlefeldt étaient ceux dont il n'a pas voulu se séparer jusqu'à sa mort.

Né à Kiev en 1905, Serge Ligar a été initié à la danse par la soeur de Nijinski. Fuyant la révolution russe, il s'est réfugié à Monaco en 1923, et est entré dans la troupe des Ballets Russes du comte Diaghilev, son mentor.

Après la mort de Diaghilev en 1929, Serge Lifar entre à l'Opéra de Paris, dont il deviendra le premier danseur étoile masculin en 1935, avec son grand succès, le ballet Icare. Il restera à l'Opéra de Paris jusqu'en 1958.

Serge Lifar est mort à Lausanne, où il s'était retiré, en 1986.

La vente aux enchères aura lieu lors de la session de printemps de l'Hôtel des Ventes de Genève, du 12 au 15 mars prochain.

▷ Le communiqué de presse de la vente Lifar de mars 2012 (format pdf, 7 pages)
www.ria.ru

Aucun commentaire:

Publier un commentaire