jeudi 6 janvier 2011

Film : Béjart sans Maurice

  Après Béjart. Le cœur et le courage  
un film de l'espagnole Arantxa Aguirre
Sortie le 19 janvier, dans une dizaine de salles en France
Gil Roman et Maurice Béjart, Capture d'écran du film Fabien Rivière
Bande-annonce

  NOTRE AVIS   
La réalisatrice espagnole Arantxa Aguirre suit le Béjart Ballet Lausanne + après la disparition de Maurice Béjart le 22 novembre 2007. C'est le danseur Gil Roman, choisi par ce dernier, qui a pris la relève (il est entré à 19 ans dans la compagnie, il en a aujourd'hui 50, a dansé jusqu'à récemment, et compte de toute façon redanser). L'enjeu est d'envergure puisqu'il doit se battre pour que la compagnie ne mette pas la clef sous la porte. D'un côté, la ville de Lausanne, principale contributrice financière, s'est engagée sur trois ans, et verse chaque année 4,5 millions de francs suisses. De l'autre, la compagnie doit assurer au minimum 80 représentations par an pour continuer d'exister. Avec en toile de fond cette réalité économique, le documentaire montre surtout le travail artistique. Voulant faire de son film « une lettre d'amour » on pouvait craindre qu'il ne soit complaisant ou naïf. Ce qui n'est heureusement pas le cas. La réalisatrice filme fort bien les œuvres, l'engagement des interprètes (37 permanents), l'exigence et la détermination, jusqu'à l'épuisement, de Gil Roman. Ne voulant pas, selon son expression, d'une « compagnie - musée », il doit continuer à  faire vivre les œuvres de Béjart, proposer sa propre création, et inviter des chorégraphes à venir travailler avec la troupe (ils sont six à ce jour à l'avoir fait). Le film est fluide et frémissant.
Pour connaître les salles et les horaires, à partir du 19 janvier : www.allocine.fr/
Dossier de présentation - APRÈS BÉJART

Aucun commentaire:

Publier un commentaire