mardi 23 avril 2013

Jaque Chaurand enfin honoré

Le Français Jaque Chaurand (cf. photo à droite de 1976) a fondé en 1969 une manifestation artistique qui va se révéler une initiative très importante pour ce que l'on nomme aujourd'hui la danse contemporaine (à l'époque on parlait de danse moderne) : le Ballet pour Demain, dont le titre pose la volonté défricheuse et bâtisseuse. Celui qui n'aime pas les concours va en fonder un. C'est qu'il sent que (seule ?) cette forme est susceptible de mobiliser des énergies en faveur de la danse, alors parent pauvre des politiques culturelles, aussi bien des collectivités territoriales que de l'État, afin d'en élargir son auditoire et son assise sociale.

Parmi les lauréats les plus connus se trouvent : en 1976 Dominique Bagouet et Jean-Claude Gallotta, en 1977 Reinhilde Hoffman, Karine Saporta, Matt Mattox et Jacqueline Robinson, en 1978 Maguy Marin, Alejandro Witzmann-Anaya et Dominique Boivin, en 1979 Christine Gérard et Jean Gaudin, en 1980 François Verret, en 1981 Joëlle Bouvier, Régis Obadia, Elinor Ambash, Régine Chopinot et Dominique Brun, en 1982 Josette Baïz et Daniel Larrieu, en 1983 Philippe Decouflé, en 1984 Catherine Diverrès, Bernardo Montet, Mark Tompkins et Claude Brumachon, en 1985 Pierre Doussaint, Isabelle Dubouloz, Mathilde Monnier, Alain Rigout et Angelin Preljocaj.

Celles et ceux qui ont assisté à l'événement qui se déroulait dans un gymnase de Bagnolet, ville limitrophe de l'est de Paris, dans le département de la Seine-Saint-Denis, se souviennent de l'atmosphère très réactive du public, et de l'ambiance chaleureuse aussi. 

La dernière édition se déroule en 1985. Et c'est par un courrier du Ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filippetti en date du 3 octobre 2012 que Jaque Chaurand (et non "Jacques Chaurand" comme l'indique la missive) est informé de sa promotion au grade d'officier dans l'Ordre des Arts et des Lettres (l'ordre comprend trois grades, par ordre croissant, chevalier, officier et commandeur).  

Un sujet d'étonnement demeure pourtant : pourquoi un homme aussi important pour l'histoire d'un art n'a-t-il jamais été honoré de la Légion d'honneur ?
                                 Fabien Rivière

Insigne et Ruban d'Officier  
de l'Ordre des Arts et des Lettres

Vue extérieure du gymnase, 1983, Photo DR
Le gymnase, dernières minutes avant le début du concours, Photo DR
1978, Remise des prix : (de gauche à droite) Jaque Chaurand, Daniel Mongeau (Maire-adjoint de Bagnolet),
Maguy Marin, Alexandro Witzmann-Anaya, Dominique Boivin, Photo Noak Carrau
1984, Remise des prix : (de gauche à droite) Catherine Diverrès, Bernardo Montet, Mark Tompkins,
Jaque Chaurand, Claude Brumachon, Igor Eisner (Ministère de la Culture), Jean-Claude Gabin
(Maire adjoint de Bagnolet chargé de la Culture), Photo Noak Carrau
1976 : Françoise Giroud, secrétaire d'État à la Culture, discutant avec Jaque Chaurand, à Pont-à-Mousson
(nord-est de la France, département de la Meurthe-et-Moselle, région Lorraine), Photo DR

Aucun commentaire:

Publier un commentaire