mercredi 24 septembre 2014

Disparition de Gérard Violette, à 76 ans

Gérard Violette

C'est avec tristesse, sinon chagrin, que nous avons appris la disparition de Gérard Violette le 24 septembre, né le 18 novembre 1937, qui fut le directeur du Théâtre de la Ville (Paris) de 1985 à 2008. Il était à la naissance de ce lieu en 1968 auprès de son directeur d'alors, Jean Mercure, au poste d'administrateur général. Dès l'origine, le théâtre, la danse et la musique avaient une place égale.

Il a beaucoup soutenu la danse contemporaine, travaillant à présenter et imposer Pina Bausch, Jan Fabre, Anne Teresa De Keersmaeker, Wim Vandekeybus, Trisha Brown, Meg Stuart, Alain Platel, Emio Greco, Robyn Orlin, Sidi Larbi Cherkaoui, Sasha Waltz, Ushio Amagatsu, Jan Lauwers, Hans Van den Broeck, entre autres. 

Du côté des chorégraphes Français, il a poursuivi, au centre de Paris et dans une salle de mil places, le travail d'un autre homme historique, Jaque Chaurand, qui a œuvré, de 1969 à 1985, à faire émerger la danse contemporaine, dans un gymnase, à Bagnolet (93), dans le cadre du fameux concours de Bagnolet (ou Ballet pour Demain). Ainsi, on a pu découvrir au Théâtre de la Ville Dominique Bagouet, Régine Chopinot, Catherine Diverrès et Bernardo Montet, Mathilde Monnier, François Verret, Odile Duboc, Daniel Larrieu, Joëlle Bouvier & Régis Obadia, Karine Saporta, Jean-Claude Gallotta, Josef Nadj, Marco Berrettini, Christophe Haleb, etc. 
Fabien Rivière

    RÉACTIONS DE CHORÉGRAPHES                   

— Christophe Haleb : Il manquait à la danse depuis son départ du Théâtre de la Ville. Un sacré Monsieur qui a aimé et embrassé le mouvement et la dramaturgie tout au long de la seconde moitié du XX° siècle. Merci à vous monsieur Violette. 

— Olivia Grandville : Ah, cela me touche. C'était un grand bonhomme. Dommage que je n'ai pas eu quinze ans de plus pour le rencontrer plus tôt. Quoiqu'il en soit, c'était quelqu'un qui savait regarder les choses...

— Mié Coquempot : RIP...

                                                                                                                          

Une CÉRÉMONIE D'ADIEU aura lieu mercredi 1er octobre, à 14h45, en l'Eglise Sainte-Trinité (photo ci-dessous), place de l'église, à Bois-Guillaume (76230), commune limitrophe du nord de Rouen.

                                                                                                                               

Communiqué de presse du Théâtre de la Ville
                                                                                                                               




COMMUNIQUÉ DE PRESSE 
de Christophe Girard
Maire du 4e arrondissement de Paris

Gérard Violette est mort.
Directeur impérial des Théâtres de la Ville (4e arrondissement de Paris) et des Abbesses (18e arrondissement de Paris), j’eus la chance, comme Adjoint à la Culture de Bertrand Delanoë de 2001 à 2012, de le côtoyer et d’en devenir l’ami et le complice.
Révélateur, découvreur et soutien de tant de chorégraphes parmi lesquels des femmes exceptionnelles, Pina Bausch, Anne Teresa De Keersmaeker, Carolyn Carlson.... Gérard Violette était exclusif, pour l’exigence de la culture et pour l’art, il aimait le théâtre savant et populaire et sut convaincre qu’Emmanuel Demarcy-Mota serait le meilleur choix pour lui succéder. Il eut raison, une fois de plus.
Merci Gérard Violette pour Paris, pour la culture, pour la danse, pour le théâtre, pour notre exception. Respect. Pensées pour sa femme, ses enfants et petits-enfants.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Réaction d’Anne Hidalgo à la suite du décès de Gérard Violette, qui fut directeur du Théâtre de la Ville
25/09/2014
Par Mme Anne HIDALGO - Maire de Paris

J’apprends avec tristesse la disparition de Gérard Violette, qui fut 40 ans durant d’abord l’administrateur général de 1968 à 1985 puis le directeur jusqu’à 2008 du Théâtre de la Ville.

Il a en particulier révélé une génération de chorégraphes contemporains internationaux qui sont dans les esprits et face au public chaque saison. Les parisiens se précipitent encore nombreux pour les acclamer.

Il a en effet pris le risque de la danse contemporaine à Paris et aura donné à cette discipline une résonnance sur le territoire national et dans le monde par un investissement alors quasiment inégalé ; les artistes ont beaucoup donné en retour à Paris avec de nombreuses créations mondiales.

Mais il aura aussi été un accompagnateur infatigable des metteurs en scène et des auteurs du théâtre contemporain. Comme en danse, il a tout osé au risque de déstabiliser dans les premiers temps les spectateurs qui l’ont suivi finalement dans toutes ses audaces.

Enfin, il fut un découvreur inlassablement curieux de toutes les traditions musicales du monde qui ont trouvé au Théâtre de la Ville un accueil et une fidélité remarquables.

Tout cela est encore bien là, perceptible. Le Théâtre de la Ville est ce qu’il est grâce à Gérard Violette.

A son épouse, sa famille, ses proches, à tout le personnel du théâtre de la Ville, à son directeur actuel j’adresse mes condoléances les plus sincères. 


Merci Gérard !

Hommage de Daniel Larrieu à Gérard Violette, ancien directeur du Théâtre de la Ville.


"La danse est en deuil, la disparition de Gérard Violette est une nouvelle bien triste. Nous lui devons beaucoup ; sans son soutien au Théâtre de la Ville, peu de chorégraphes. Les Français, mais aussi les Belges, les Suisses et les Américains… ne pourraient prétendre à occuper la place qu’ils occupent aujourd’hui si dans les années 80, ils n’avaient été programmés au Théâtre de la Ville.

S’y sont croisées les créations les plus impertinentes. Le travail d’accompagnement des artistes dépassait le cadre strict de la programmation et aura permis à beaucoup dont je suis, de produire des œuvres nouvelles apportant pour chaque projet un véritable soutien à la création. J’aimais les rendez-vous dans le bureau feutré du premier étage du Théâtre de la Ville. Son avis m’importait. Saluons sa mémoire. Rappelons-nous en souriant combien ses encouragements, comme aussi, quelques fois, sa rudesse et sa vigilance, ont accompagné largement nos créations.
Et puis il y a eu Pina, la révolution Pina Bausch, et cette amitié fidèle, entre eux, qui aura permis au public du Théâtre de réécrire son histoire, et au public de la danse de poser les bases du bouleversement dramaturgique du geste dansé. Fidèle aussi à Merce Cunningham ou encore à Trisha Brown et à beaucoup dans la danse française des années 80.
J’ai dansé au Théâtre de la Ville en 1988, puis, en 95, la dernière fois c’était toujours sous la direction de Gérard Violette, en 2007.
Je suis triste, comme devant un glissement de terrain inattendu de mon histoire.
Je salue son épouse, ses enfants, et toute l’équipe ancienne et actuelle du Théâtre de la Ville. Je leur présente l’expression de mon amitié discrète et fidèle. Je garderai en mémoire le souvenir d’un homme remarquable, si engagé auprès des artistes."
Daniel Larrieu
photo : D.R.




C’est avec une grande tristesse qu’Anne Teresa De Keersmaeker et Rosas ont appris le décès de Gérard Violette, survenu le 24 septembre.
Gérard Violette a été durant près d’un quart de siècle, de 1985 à 2008, directeur du Théâtre de la Ville à Paris. Il a indéniablement été un pionnier marquant de la danse contemporaine : sous sa direction, le Théâtre de la Ville est devenu la scène phare de la danse contemporaine en Europe. Il y a introduit l’œuvre de plusieurs générations de chorégraphes de renommée internationale, comme Pina Bausch, Merce Cunningham, Lucinda Childs, Trisha Brown – et bien d’autres.
Gérard Violette a joué un rôle majeur dans le soutien aux arts de la scène flamands. Il a présenté et fréquemment coproduit le travail de Koen Augustijnen, Sidi Larbi Cherkaoui, Jan Fabre, Thomas Hauert, Jan Lauwers, Alain Platel, Meg Stuart et Wim Vandekeybus.
Durant toutes ces années, l’œuvre d’Anne Teresa De Keersmaeker a occupé une grande place dans la programmation du Théâtre de la Ville. Ardent défenseur de l’œuvre de Rosas dès le début de son mandat de directeur, Gérard Violette faisait valoir ses choix artistiques avec un enthousiasme légendaire. Depuis 1985, le Théâtre de la Ville est une seconde maison pour Anne Teresa De Keersmaeker : Rosas a été invité à y danser toutes ses productions, sans exception, y donnant ainsi près de 200 représentations.
En 2008, Anne Teresa De Keersmaeker son spectacle Zeitung à Gérard Violette qui assurait alors sa dernière saison à la tête du Théâtre de la Ville.


PRESSE AFPLe Nouvel Observateur - Le Monde - Libération - Télérama -  Danser canal historique - Les Trois Coups (biographie détaillée) - Le Figaro - Les Inrocks

INTERVIEW de Gérard Violette (http://movingeurope.sashawaltz.deICI

Aucun commentaire:

Publier un commentaire