lundi 11 septembre 2017

Court métrage - Adrien Dantou filme les danseurs de Millepied à Luma Arles : « How did you get there ? »

Adrien Dantou est modèle (chez Success), et danseur, diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP). Il a travaillé pour Daniel Dobbels, Benjamin Millepied à New York, Raimund Hoghe et Yves-Noël Genod. Il est aussi chorégraphe, pour des films publicitaires, et acteur. Il a par ailleurs réalisé les bandes annonces des ballets de l’Opéra National de Paris pour la saison 2015/2016,

Le cinéaste, basé à Paris (France), vient de rendre public sur le site de Nowness un court métrage de 9 minutes, How did you get there ?, en français Comment êtes-vous arrivé là ?, qu'il a réalisé avec les neuf danseurs du L.A. Dance Project de Benjamin Millepied. L'action se situe principalement dans la tour en construction de Luma Arles (sud de la France) (1) — où le chorégraphe est aussi en résidence outre Los Angeles —  qui est située le long d'une voie ferrée. 
Fabien Rivière
(1) Nous avons publié des articles : sur le projet Luma Arles ICI, des photos du lieu où travaille Benjamin Millepied ICI et sur la visite du président de la République en juillet 2016 ICI

Directors' Cuts: Luma

Nine dancers become one in a poetic exploration of an ominous construction

Paris-based filmmaker Adrien Dantou teams up with the LUMA Foundation and Benjamin Millepied's LA Dance Project to explore Parc des Ateliers—an expansive cultural center being developed in Arles, France, by LUMA, alongside architects Frank Gehry and Annabelle Selldorf. Here, the director talks about his film:

“I chose choreography that emphasized the tower’s architecture and the human qualities that I wanted to explore. The dancers’ movements are abstract and reflect the human condition—unity, solitude, force, kindness, power, fear, and sensuality. By the end of the film, the dancers become one body. 
“The tower appears overbearing and dangerous at times, providing a brutal contrast with the sensual dances”

“The camera is in constant movement, capturing the space and the sensations it inspires. The camera follows the dancers and envelops the space from both the inside and the outside, at different heights and angles, exploiting the tower’s powerful and complex density. As a result, the tower appears overbearing and dangerous at times, almost vertiginous, providing a brutal contrast with the sensual dances.”   (August 30, 2017)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire