dimanche 19 mai 2013

La Grèce entre pauvreté et parti néo-nazi

La Grèce connaît depuis plusieurs années à la fois un apprauvissement considérable et un développement d'agressions physiques très violentes contre des émigrés, des homosexuels et des militants d'extrême gauche. Un parti néo-nazi, l'Aube dorée, dont le logo n'est pas sans faire penser à celui du Troisième Reich allemand, est associé à ces violences. Il est entré au Parlement hellénique en mai 2012, où il compte 17 députés (sur 300; nous avions publié en décembre dernier Grèce : un parti néo-nazi dicte sa loi). C'est un parti négationniste. Ainsi, le 14 mai 2012, Nikólaos Michaloliákos, le chef du parti, a remis en cause la mort de six millions de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale au cours d'une interview accordée à une chaîne de télévision, niant l'existence des chambres à gaz et des fours crématoires dans les camps d'extermination nazis. Nils Muiznieks, commissaire aux Droits de l’homme du Conseil de l’Europe, s’est déclaré préoccupé. Pour lui, la Grèce en est au premier stade d’une « terreur d’extrême droite. »  
 
Grèce  : « Le plus courant, les attaques au couteau, au bâton ou à la matraque électrifiée. », Elsa Fayner, Rue89, 19 mai 2013. ICI
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Aucun commentaire:

Publier un commentaire