mardi 29 mars 2016

La mairie de Décines enlève 220.000 € au Toboggan

La salle de spectacles du Toboggan

La mairie Les Républicains de Décines, à l'est de Lyon, a voté fin janvier une baisse de 220.000 euros de la subvention allouée au centre culturel Le Toboggansur les 820.000 € attribués, soit une baisse de 27%. Inauguré en 1996, l'établissement regroupe plusieurs équipements : un théâtre de 664 places, un cinéma de 144 places, un espace d’exposition, une médiathèque et un hall doté d’un bar et d’une banque d’accueil.

Le lieu a été amené à réduire drastiquement sa programmation à l’heure de son 20° anniversaire, annulant certains spectacles, dont celui de la jeune compagnie créée en 2010 LE LAABO, — théâtre « alliant le mouvement et le jeu, en travaillant sous contrainte(s) »,  — qui a publié une lettre de protestation que nous reproduisons ci-dessous.

On signalera, comme en écho, l'inauguration le 9 janvier 2016 du grand stade de l'Olympique Lyonnais (OL) à Décines d'une capacité de 60.000 places et qui comprend le terrain et les tribunes, la boutique OL Store, un musée, des salles et salons, des restaurants et les bureaux du siège de l’Olympique Lyonnais. 
Fabien Rivière

— Le Toboggan à Décines sur une pente glissante, Rue89Lyon, 29 février 2016. ICI

——————————————————————————

Chères amies et chers amis, chers programmateurs,

Nous sommes consternés de vous annoncer que la représentation d’(EX) LIMEN, deuxième création du LAABO, qui devait avoir lieu le 2 mars prochain au Toboggan à Décines (69), est ANNULÉE.

À 15 jours de notre venue, nous avons appris que le Toboggan subit une baisse brutale du financement de la ville de Décines de - 25% de son budget annuel, soit 220.000 euros, et se voit contraint d’annuler des spectacles de sa programmation immédiate et à venir.

(EX) LIMEN sera le premier spectacle annulé d’une liste qui semble s’allonger de jour en jour !

Ainsi, malgré un contrat signé, le travail engagé par toute notre équipe (10 personnes) et celle du Toboggan, (EX) LIMEN est éliminé, mis au placard de la programmation ! C’est une bien triste ironie pour une création qui traite de la « placardisation au travail » !

Pour nous, jeune compagnie, cette annulation est dramatique. 

La représentation inscrite dans le programme de la saison 2015/2016 du Toboggan nous offrait la possibilité d’une visibilité auprès du public et des professionnels de la Région Rhône-Alpes et était donc déterminante pour l’avenir de cette nouvelle création !

Notre colère ne se tourne pas vers la direction du Toboggan qui se trouve aujourd’hui dans une situation catastrophique. 

Notre colère se tourne vers une municipalité qui n’a pas conscience des conséquences dramatiques qu’une baisse aussi imprévisible et importante de financement va entraîner sur le projet artistique et culturel mis en œuvre au Toboggan, sur son personnel, sur l’ensemble des compagnies professionnelles qui devaient être accueillies et sur son public.

Il semblerait que cette même municipalité préfère nous payer 75% du prix de vente (contrat oblige) plutôt que de nous voir présenter notre spectacle.

Notre colère vise sa conception d’un monde dans lequel l’équilibre et la sécurité s’obtiendraient en investissant prioritairement dans des caméras de vidéo surveillance (900.000 euros sont prévus au budget 2016 de la ville de Décines !)

Nous parlons, nous, d’ouverture aux autres, de partage et de curiosité. Et, pour autant nous parlons bien nous aussi par le mot « culture », de sécurité et d’équilibre. 

Nous ne sommes, hélas, pas les seuls à subir de telles décisions municipales et nous le déplorons. Pour autant, comme tant d’autres, nous allons continuer à défendre notre projet artistique et au-delà, à défendre les valeurs qui nous semblent essentielles.

Alors, à toutes celles et ceux qui préfèrent le spectacle vivant aux caméras de vidéo surveillance, le lien social et l'échange à l'apologie de la peur de l'autre, à toutes celles et ceux qui préfèrent que l'argent public serve aux jeunes et moins jeunes à penser le monde qui les entoure, plutôt qu’à payer les croquettes des chiens de garde grâce aux économies réalisées sur l’annulation de spectacles, nous proposons et nous vous remercions de diffuser cette lettre d’information au plus grand nombre.

Quant à nous, nous gardons malgré tout l’espoir de venir jouer ce spectacle en Rhône-Alpes la saison prochaine !

A très bientôt,

Bien amicalement,

Anne Astolfe
et toute l’équipe du LAABO

Aucun commentaire:

Publier un commentaire