mardi 24 juin 2014

Aller au combat

Publié  le 24 juin 2014 sur le Facebook de la CIP LR, 
Coordination des intermittents et précaires du Languedoc-Roussillon
contre l'accord UNEDIC du 22/03/14 et pour l'ouverture de nouvelles négociations.

Pendant qu'il y en a qui se défoncent sans compter depuis plusieurs mois dans les AG, les actions, la com, les débats publiques et avec le public, n'ont plus de vies de famille, plus de boulot, plus de revenus, dorment peu et commencent à être au bout du rouleau, pendant ce temps là, donc , il y en a qui hésitent, j'y vais, j'y vais pas je fais gréve ou pas. 

Il faudrait peut-être enfin prendre position et de se décider clairement. Il ne suffit pas des se déclarer solidaire ou de signer de tonnes de pétitions, mais aujourd'hui, il faut y aller, il faut aller au combat car nous nous heurtons à un mur. Même si on voit dans les AG une mobilisation qui a pris un envol spectaculaire, j'ai l'impression, qu'on s'essouffle. On s'essouffle, parce que les gens se reposent trop sur nous, ne se prennent pas en main, ne s'organisent pas assez au sein de leur compagnie, de leur troupe, de leur groupe, de leur corporation et comptent trop souvent sur nous pour aller bûcher à leur place. 

Le temps presse les amis. Nous ne sommes plus qu'à quelques jours de la signature. Depuis des mois un gros boulot a été fait, tous les arguments utilisés, nous nous sommes organisés comme jamais auparavant. Tout ça en vain ? Tout ça pour nous voir proposer des arrangement à la hâte et en urgence pour encore sauver les meubles ? Et qui va payer la facture ? Le contribuable encore et toujours, qui va nous haïr crescendo ? Tout ça pour nous faire pourrir par le spectateur lambda qu'a perdu ses dix balles? Celui, qui n'essaie même pas comprendre et s'en remet à une presse souvent orientée qui se copie, dans les articles d'une incompétence rare et qui monte la mayonnaise contre nous. Oui, ce mouvement est impopulaire et le sera encore plus quand il faudra tout bloquer faute de dialogue et d'écoute.

Et les artistes dans tout ça ? En dehors d'une déclaration pendant une cérémonie corporatiste qui n'intéresse pas grand monde, je n'ai pas trop vu ni entendu les déclarations et engagements, quelques rares exceptions mis à part... Sont passé où les vedettes de la chanson, les stars du cinéma et des planches. Les producteurs des films et des spectacles ? La télé ? Tous ces exceptionnels de cette exception culturelle française ? Eux aussi vont raquer la facture de cet accord injuste négocié à la bougie dans la nuit sombre des couloirs du Medef par les mousquetaires du patronat. 

C'est un démantèlement pervers des tous les droits sociaux qui commence par cet accord malin et la précarisation du travail dans son ensemble. Les intermittents, intérimaires et précaires aujourd'hui, tous les autres demain !

Alors, les artistes ? Ceux qui ont une parole de poids et de valeur vous faites quoi ? Vous prenez le relais ? Vous nous donnez enfin un coup de main ? Engagez-vous enfin à nos cotés car ce que nous défendons, nous le défendons pour tous !!!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire